Vidéo : Gilets jaunes et syndicats d'une même voix sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Vidéo : Gilets jaunes et syndicats d'une même voix

Date : 05/02/2019 | Mise à jour : 05/02/2019 17:59
Partager

Celle de la colère surtout, pour une meilleure répartition des richesses principalement. Entre 900 et 2 500 manifestants (dont des lycéens) ont défilé dans les rues du Puy, selon les estimations des services préfectoraux et ceux des Gilets jaunes. Les syndicats ont annoncé pour leur part 2 000 manifestants.

Aux sons des "Macron démission" et "Résistance", près de 2 000 manifestants se sont réunis ce mardi 5 février au Puy pour le premier mouvement où syndicats et Gilets jaunes marchaient main dans la main pour défendre des revendications communes.
Zoomdici avait déjà expliqué en détail les motifs de cette union, mais aussi les raisons qui ont justifié un rapprochement si tardif. Seuls deux syndicats de Haute-Loire ne se sont pas joints pas au mouvement intersyndical : l'UNSA et la CFDT.

Pouvoir d'achat, emploi, RIC, démantèlement des services publics, "Justice fiscale"...

Au coeur des revendications, comme depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, on retrouve bien sûr la défense du pouvoir d'achat, un consensus pour retraités, chômeurs, salariés et étudiants. Public comme privé étaient dans la rue ce mardi.
L'idée de beaucoup plus taxer les dividendes pour redistribuer davantage de richesses au salariat est également plebiscitée, avec la volonté d'une "Justice fiscale" plus affirmée, tout comme la perpétuelle demande de mise en place d'un RIC (referendum d'initiative citoyenne).
La fracture territoriale et le démantèlement des services publics sont également des motifs de colère, sans oublier bien sûr l'emploi, avec la fermeture annoncée de Défi Mode à Brioude (une cinquantaine d'emplois) et de Copirel à Langeac (plus de 80 salariés), sinistrant encore un peu plus un bassin de population déjà fragilisé.




Maxime Pitavy



Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteJG le 7 février 2019 - 10h14
La meilleure réponse à cette poignée de braillards sera dans les urnes : il y a deux mois, en cas de présidentielle, MACRON était à 24% au 1er tour, début février on a MACRON 30%, LE PEN 27 %, MELENCHON 12 % (le génial lider perd quasi la moitié de ses voix), WAUQUIEZ 8% (limite humiliation, il paie cash mensonges, démagogie, bulshits), HAMON 6%, DUPONT 6%, le pauvre socialiste FAURE 3%, l'orgueilleux écolo JADOT 2%, le PC inexistant Et tous ces nabots osent crier "MACRON démission"

Signaler un abus

img_journalisteM le 7 février 2019 - 08h04
adapter les besoins au terrain qu'ils disaient !!! mieux répartir les dividendes il est vrai que chez nous les petites entreprises pincipales employeurs disposent de dividendes !!!! une négociation salariale se fait avec l'employeur sur la base des conventions collectives etc.... leur rêve payer tout le monde au même tarif par l'état tous fonctionnaires !!!!! quelque soient les compétences, les responsabilités, l'engagement !!! bonne route

Signaler un abus

img_journalisted le 6 février 2019 - 18h50
Six syndicats et un ramassis d aigris, pour faire la révolution sociale, on fait mieux.

Signaler un abus