Un marché du Cœur pour les Restos de Coluche

jeu 06/05/2021 - 17:30 , Mise à jour le 07/05/2021 à 16:52

Jeudi 13 mai, de 8 à 13 h, un marché de découverte des produits locaux est organisé sur la Place du Breuil au Puy par les Restos du Cœur. Son but ? Présenter les divers producteurs locaux au public et favoriser des partenariats agricoles.

Les Restos du Cœur du Puy, associés à la chambre d’Agriculture, organise le jeudi 13 mai un marché de découverte des produits de Haute-Loire. Seuls les producteurs locaux pourront vendre et présenter l’ensemble de leurs marchandises sur la place du Breuil. Insolite et unique, c’est la première fois qu'une telle opération se joue entre l’association humanitaire altiligérienne et des professionnels agricoles.

  • Gaec du Clarel (Araule), production de produits laitiers et oeufs
  • Brasserie Ouroboros (Freycenet-la-Cuche), production de bière
  • Pain fermier, production de pain et de miel
  • Reine des Pré, production de plantes aromatiques et médicinales
  • Torifaction Yssingeaux, production de café, thé et épices
  • Denis Gachet, poterie
  • Dunis Marielle (Roche-en-Régnier), production de steak haché
  • Laura, production de confiture et jus de fruit
  • Rose Treymière, savonnerie
  • Gaec Tallobre, production de fromages
  • Gaec Les Abeilles de l'Abbaye (Sembadel), production de miel
  • Gaec des Sapins, production de yaourt
  • Ferme du vert, production de lentilles
  • Ferme Archer (Polignac), production de pâtes et farine
  • Gaec Vach'Mont bio (Tence), production de produits laitiers
  • Ferme Rodier (Ceaux-d'Allègre), production de fromage de chèvre

Ce marché possède un double enjeu majeur pour les Restos du Cœur. Le premier est de faire découvrir les productions locales aux citoyens. Le second et le plus important est celui de favoriser de nouveaux partenariats entre l’association et les agriculteurs. Les producteurs devenant partenaires offriront à l’association la possibilité de récupérer leurs denrées alimentaires en date limite de consommation pour les distribuer aux plus démunis. Ces invendus seront alors acheminés dans le local des Restos du Cœur, Chemin du Fieu, et confié ensuite aux bénéficiaires.

Photo par Nicolas Defay

"Les Resto du Cœur ont aidé pas moins de 2 237 familles en Haute-Loire"

Marc Lavergne, présent lors de la conférence de presse organisée pour médiatiser l'évènement, a rappelé les chiffres qui ne cessent de grossir d'année en année. "Durant la dernière campagne d'hiver, les Resto du Cœur ont aidé pas moins de 2 237 familles en Haute-Loire, déplore-t-il. Dans ces familles, ce sont, entre autres, 5 032 personnes adultes et 124 bébés. Au total, 409 433 repas à cuisiner chez soi ont été distribués durant cette période-là".

« C’est important de le faire connaître au public et de même de le faire connaître aux agriculteurs. C’est une très belle opération pour faire connaître cette osmose qu’on a entre les producteurs et les Restos » Marie-France Dabert, agricultrice et élue du Comité de promotion des produits de Haute-Loire.

Une misère sociale aux mille visages

L’association veut ainsi répondre à une demande d’aide aux plus démunis amplifiée par le difficile contexte sanitaire. Perte d'activité, fins de droits, travailleurs pauvres, étudiants sans possibilité d'occuper un "job" dans les cafés ou les restaurants, famille en surendettement, femmes victimes de violences conjugales...les bénéficiaires sont de plus en plus nombreux à solliciter le secours des bénévoles des Restos du Cœur. Les partenariats locaux permettent non seulement aux Restos du Cœur de récupérer divers produits de Haute-Loire, mais également aux producteurs partenaires d’éviter le gaspillage.

Des soutiens pour l'asso de Coluche

Ce marché du Cœur reçoit le soutien de plusieurs partenaires. Ainsi, la Région Auvergne-Rhône-Alpes a mis la main à la poche en octroyant une subvention de 2 500 euros. La Ville du Puy offre la gratuité des emplacements aux producteurs et également des plans de fleurs cultivés aux Serres du Monteil destinés à être vendus au profit de l'association humanitaire. Le Conseil départemental, la Chambre d'Agriculture et la Crédit Agricole font eux-aussi partie des soutiens.

Opaline Martraix

Vous aimerez aussi