Un jeune altiligérien lauréat du concours de plaidoirie Oratore

mar 03/05/2022 - 11:13 , Mise à jour le 03/05/2022 à 11:13

« Cette victoire est l’aboutissement d’un travail acharné. » Après de longues semaines à travailler de jour comme de nuit, Mickaël Dédé vient de remporter le concours de plaidoiries devant un jury composé de personnalités importantes.

Mickaël Dédé est le lauréat du prestigieux concours de plaidoirie organisé par Oratore à Saint-Étienne. Agé de 20 ans, en deuxième année de droit, il est né au Puy-en-Velay et a grandi à Brives-Charensac. Il a notamment étudié au lycée de Simone Weil (43) avant de s’inscrire à la Faculté de Droit de Saint-Étienne où il suit une formation parcours d’excellence au sein du Collège de Droit dirigé par l’enseignant-chercheur Aurélien Antoine.

« Une ascension étape par étape »

Avant d’en arriver à la grande finale organisée en Salle des Assises au sein du Palais de Justice stéphanois, Mickaël a dû franchir un certain nombre d’étapes. Un premier tour, un second tour et une demi-finale où les candidats se sont brillamment succédés. Ainsi, il s’est qualifié jusqu’à la finale néanmoins l’affaire n’était pas mince. Avocat à la défense, il devait défendre les intérêts de sa cliente accusée de complicité de séquestration aggravée. La défense fût pertinente, construite et éloquente à en convaincre le jury qui n’a pas manqué de remarques élogieuses à son égard. Toutefois il tient à rappeler que « le jury a souligné la grande qualité de la plaidoirie de Dhiaeddine Rezgui qui représentait le Ministère Public et que je salue ».

« Un jury prestigieux »

Le jury de la grande finale était « prestigieux » explique Mickaël. Il était notamment composé de Madame la Présidente du tribunal judiciaire de Saint-Étienne, le Procureur de la République adjoint André Merle, du Doyen de la Faculté de Droit stéphanoise Monsieur Baptiste Bonnet, Monsieur le Bâtonnier Maître Olivier Bost ou encore Madame Perret-Richard, maître de conférence et directrice de l’Institut d’Etude Judiciaire de l’université Jean Monnet.

« Nous pouvons aller loin d’où que nous venons »

Champion du concours de plaidoirie, le jeune brivois est envoyé à Paris pour plaider et concourir désormais au concours national Lysias. « Nous pouvons réussir et aller loin d’où que nous venons mais il faut persévérer pour cela. L’année dernière j’avais atteint la demi-finale sans être retenu pour la finale et malgré la frustration que cela puisse susciter, j’ai persévéré et mon entourage m’y a également incité. » explique Mickaël avant d’ajouter que « C’est une grande fierté mais ce n’est aussi qu’un début, le chemin est encore long et les occasions ne manqueront pas. »

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire