Un collège de St-Julien Chapteuil précurseur contre le harcèlement à l'école

ven 06/03/2015 - 16:28 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:33

Ce mercredi 4 mars 2015, au rectorat de Clermont-Ferrand, le recteur Marie-Danièle Campion et Jean-Marc Faure, délégué régional de la MAE, ont remis le prix « Coup de cœur académique » du concours national « Mobilisons-nous contre le harcèlement », à destination des jeunes de 8 à 18 ans,  doté d'un chèque d’un montant de 1 000 euros versé par la MAE, partenaire de l’opération.
Lancé en septembre 2013, le prix « Mobilisons-nous contre le harcèlement », organisé par le ministère de l’éducation nationale, a pour objectif de donner la parole aux jeunes des écoles, collèges, lycées et structures péri et extrascolaires pour qu’ils expriment collectivement sur le harcèlement à travers la création d’une affiche ou d’une vidéo, qui servira de support de communication pour le projet qu’ils souhaitent mener dans leur établissement.
Quinze établissements de l’académie de Clermont-Ferrand ont participé cette année à ce concours en produisant affiches ou vidéos sur ce sujet du harcèlement. Six d’entre eux ont été sélectionnés par le jury académique pour être présentés au jury national qui se prononcera en mars 2015.
Le prix académique « Coup de coeur » récompense des élèves de 4ème et 3ème du collège Louis Pasteur à Chaudes-Aigues dans le Cantal. Les affiches lauréates : « Les mots aussi douloureux » et « Harceleur, Victime ou spectateur ? »
Objectif de la démarche : sensibiliser et responsabiliser les élèves, les parents, les enseignants et tous les professionnels de l’éducation. La campagne de lutte contre le harcèlement s'articule autour de trois axes opérationnels. Tout d'abord, engager les écoles et les établissements à élaborer un programme d’actions. Ensuite, améliorer la formation des personnels pour mieux prévenir, mieux repérer les situations de harcèlement et savoir agir face à elles.
Un programme de formation de formateurs se déroulant sur trois ans est donc engagé. Enfin, mieux impliquer les élèves et les parents dans la prévention et la lutte contre le harcèlement. « Les élèves doivent devenir des acteurs à part entière », déclare le rectorat. Les instances de vie lycéenne (CAVL et CVL) et collégienne sont impliquées ; les expériences de médiation entre élèves sont encouragées et valorisées. Des conseils de la vie collégienne sont en cours d’expérimentation dans cinq établissements de l’académie dont le collège Jules Romains à Saint-Julien Chapteuil.
Adrien Di Favio y est élève de 3ème. Il a choisi de faire partie de ce conseil de la vie collégienne et nous en explique le rôle et les projets.

Jean-Marc Taviot est proviseur de vie scolaire au rectorat. Interrogé par Quentin Lachèse, de Nostalgie Puy-de-Dôme, il décrit le profil des élèves harcelés et il se réjouit des progrès obtenus dans les établissements.


Le recteur Marie-Danièle Campion explique la démarche.

Elle rappelle que le harceleur est bien souvent, lui-aussi, victime.

Elle met en garde, jeunes et parents, sur les risques des réseaux sociaux.


Le site www.agircontreleharcelementalecole.gouv.fr propose des ressources variées sous forme de films, de quiz, de guides pédagogiques.

Les élèves sont donc invités à s’informer et de signaler tout cas de harcèlement sur la plateforme téléphonique académique d’appel (0 800 303 204). Les élèves peuvent aussi composer le numéro vert « Stop harcèlement » d’écoute, d’information et d’orientation (0 800 807 010), géré par l’Ecole des parents et des éducateurs d’Ile-de-France, mis en place depuis janvier 2012. Pour les situations particulières de « cyberharcèlement », le numéro vert Net Ecoute (0 800 200 000), géré par l’association E-enfance,
est mis à disposition.

Annabel Walker

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire