Tous

Landos

Un an après le déluge : Zoom sur Landos

lun 04/06/2018 - 18:47 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:52

Le 13 juin 2017 est toujours bien ancré dans les mémoires. Même si ce jour hante encore certains habitants de la commune de Landos d'après le maire Jean-Louis Reynaud, le village fait place à la reconstruction depuis onze mois.

Deux dispositifs de soutien
Ce lundi 4 juin 2018 se tenait une conférence de presse en présence du député et conseiller régional (LR) Jean-Pierre Vigier ainsi que du conseil municipal de la commune. L'ensemble des élus a tenu à remercier la Région Auvergne Rhône-Alpes pour le soutien apporté à la commune grâce à différents dispositifs : le fonds de solidarité mis en place suite aux intempéries d'une part, le "contrat territorial" spécifique pour le Haut-Allier d'autre part.

Rapidement, la Région a donc voté un fonds de solidarité avec une aide totale de 522 426 euros pour la commune de Landos soit 48,75 % de la dépense totale des travaux de réparation qui s'élevent à 1 071 708 euros, permettant ainsi un déblocage de fonds à hauteur de 90 %.
Le reste des fonds dédiés à Landos a été fourni notamment par l’État (288 049 euros), le Département (214 341 euros), l’association des maires de France (8 000 euros) et les communes épargnées des alentours qui ont fourni une aide logistique, pour un total de 1 032 816 euros.

La place de l'église, un tractopelle et le gymnase
A cela s'ajoute donc le "contrat de territoire spécifique pour le Haut-Allier". D'après le maire, ce dispositif est très fonctionnel et permet d'éviter les interruptions de chantiers et de faire des emprunts à court terme, donc facilite la gestion de la trésorerie. Trois dossiers ont été déposés.

D'un côté, l'aménagement de la place de l'église avec la création d'un parvis, la démolition d'une bâtisse avec repositionnement du monument aux morts et éclairage de l'édifice. Le montant du projet s'élève à 199 673 euros HT avec une aide demandée à hauteur de 33 749 euros à la Région.

De l'autre, l'acquisition d'un tractopelle neuf, indispensable aux services techniques afin de faciliter le déneigement et d'assurer l'entretien des réseaux d'eau et d'assainissement. L'aide sollicitée auprès de la Région est ici de 36 530 euros.

Et puis, la reconstruction, la mise en sécurité, l'accessibilité pour les personnes à mobilité réduite et l'extension du gymnase municipal (rendu inutilisable) en type "L" c'est-à-dire obtenir un classement autre que purement sportif permettant une capacité d'accueil supérieure à 1100 personnes et pouvant recevoir différents événements culturels, festifs et autres rassemblements.

> Lire aussi Un an après le déluge : Zoom sur Costaros

Par ailleurs, une faible présence d'amiante a été constatée au niveau de la chaudière et des vestiaires du gymnase. Des entreprises spécialisées ont donc été contactées. Les employés techniques doivent par la suite s'occuper des travaux préparatoires de démolition de l'intérieur du bâtiment. Viendra ensuite une phase de restructuration et d'extension permettant un classement du lieu adapté à l'accueil d'un public plus large.
Le gymnase représente 1,9 million de frais en totalité. L'Etat va accompagner le projet mais à quelle hauteur ? On ne sait pas encore.
A noter que le gymnase est le seul équipement de ce type sur le plateau du Devès. Il permettait d'accueillir de nombreuses associations sportives. Actuellement, les élèves et diverses associations comme le club de handball ou le club de football doivent se rendre à Bains ou à Langogne.

Le gros est fait
Le four communal, quant à lui, était bien assuré en raison de sa forte valeur sentimentale. Il doit également être restucturé dans sa globalité. Aucun taux de vétusté n'a été appliqué de la part de l'assureur (environ 65 000 euros).

Avec ces deux dispositifs, la Région est présente à hauteur d'un peu plus de 1 million d'euros de subventions, sur un total de 3,5 millions d'euros de travaux à Landos, avec la volonté de faire travailler les entreprises locales. 

En comparant les clichés de l'année passée (ci-dessous), nul doute que les infrastructures majeures ont été réparées dans leur grande majorité. Il reste néanmoins sur la commune des séquelles qui demanderont du temps et encore quelques investissements.

M.G.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire