Tous

Lantriac

Tourisme : le territoire Mézenc-Loire-Meygal consolide ses atouts

mer 01/08/2018 - 21:28 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:53

Ce village de grottes, une trentaine, taillées par la main de l’Homme au début du Moyen-Âge se laisse donc de nouveau approcher dans un cadre naturel qu'il serait bon de découvrir à toutes les saisons. Datées du XIIe siècle, au fil du temps, ces grottes constituées de pierres poreuses se fragilisaient de plus en plus, jusqu'à perdre des blocs qui se détachaient des plafonds. Une problématique concernant la préservation du site, mais également la sécurité puisque les grottes sont en libre accès.
30 000€ de travaux
Dès lors, la décision a été prise d'engager des travaux (dévégétalisation, purge des pierres fragiles et mise en sécurité de certains endroits du site) menés par l'entreprise installée dans les Pyrénées-Orientales, Ozone Travaux Spéciaux. Ces travaux qui ont engendré une fermeture partielle du site pendant un an et totale pendant un mois, ont été estimés à environ 30 000€, pris en charge à 50-50 par l'Etat et la communauté de communes. L'un des plus beaux atouts touristiques du territoire ne souffrira désormais plus du temps qui passe. L'un des plus beaux atouts, car d'une pierre deux coups, le président de la communauté de communes Mézenc-Loire-Meygal, a profité de cette visite des Grottes de Couteaux pour révéler quelques ambitions dans le domaine touristique. 
Une étude lancée pour la Gare Patinoire et Loisirs
Trois ans après son ouverture et tandis que son directeur, Raphaël Bonnet s'en va vers de nouvelles aventures à bord d'une luge sur rails aux Estables, la Gare Patinoire et Loisirs a accueilli quelque 40 000 amateurs de glisse. Depuis 2015, la patinoire synthétique de Lantriac a su diversifier ses activités pour plaire au plus grand nombre : jeux gonflables, jeux en bois, hover kart. Et une étude est actuellement en cours pour enrichir davantage cette offre et notamment en période estivale.
La nouvelle version de la Transcévenole
Autre atout mais qui n'a pas encore vu le jour : la nouvelle version de la Transcévenole. La communauté de communes voudrait s'appuyer sur cette ancienne voie ferrée ouverte dans les années 1900 mais jamais utilisée, pour créer une sorte de voie verte, du pôle intermodal du Puy-en-Velay jusqu'aux sources de la Loire. Ce qui représente une trentaine de kilomètres. "Il y a des zones qui sont déjà bien aménagées. Notre seul souci, c'est la sécurité sur les ouvrages d'art et notamment sur les viaducs. D'une part, ça coûte très cher de sécuriser des viaducs et puis surtout on va perdre leur cachet architectural. Donc nous sommes en train de réfléchir à la manière de procéder", explique Philippe Delabre. Et d'ajouter : "A l'automne, les travaux débuteront de la Gare Patinoire de Lantriac en direction de Laussonne, soit quatre kilomètres d'aménagement.
Un revêtement écolo
C'est une forme de voie verte mais ça n'en sera pas une. Pourquoi ? "Parce qu'il y a des obligations, des exigences pour ces voies vertes et notamment, il faut qu'elles soient goudronnées. Mais ce ruban noir n'est pas cohérent avec le nom qu'il porte : voie verte. Alors, nous avons réfléchi à une forme de revêtement plus écologique, du sable stabilisé", répond le président Delabre. Seul problème, si la communauté de communes Mézenc-Loire-Meygal veut obtenir des subventions de la Région, l'enrobé est obligatoire. "Je suis en train de négocier ces choses-là, c'est à discuter." Le Département serait quant à lui déjà partant pour accompagner cette voie verte nouvelle version.
Du Puy vers le Mézenc
"Pour nous, c'est important parce que beaucoup de touristes s'arrêtent au Puy, mais si on arrive à les faire venir chez nous, ce serait intéressant. Il faut qu'on arrive à communiquer sur le département entre le Puy qui est le moteur touristique et le Mézenc qui est également un site emblématique pour qu'il y ait des allers-retours. Il faut que nous travaillions ensemble et même avec l'Allier." Le président, Philippe Delabre, envisage une fin de chantier sur l'ensemble des 30 kilomètres à 2023.

Des négociations ont été engagées entre la SNCF et la communauté de communes Mézenc-Loire-Meygal dans le cadre d'un autre projet, celui de la gare des Badioux qui devrait être reprise par trois privés. A suivre.
Stéphanie Marin

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire