Téléphonie mobile : deux pylônes en 2018 mais une couverture intégrale pour... 2028 ?!

lun 25/06/2018 - 17:13 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:53

Comme Zoomdici l'avait annoncé en exclusivité en juin 2017, le député de Haute-Loire et conseiller régional Jean-Pierre Vigier voulait imposer aux opérateurs de s'installer en zone rurale par la voie législative.
Le député de la Haute-Loire avait même insisté l'été dernier en relançant le gouvernement et en assurant qu'il ne lâcherait rien sur la couverture numérique.
En accord avec les quatre opérateurs, le gouvernement a obtenu en début d'année de ces derniers un investissement de trois milliards d'euros sur deux ans pour l'installation de 5 000 pylones par opérateur (ils sont quatre) sur le territoire national. Comme certains seront mutualisés, le total de pylones installés devrait tout de même être inférieur à 20 000.

 >> Lire aussi : 4G, le meilleur opérateur dans votre commune

Jean-Pierre Vigier, on sait que c'est un dossier qui vous tient à coeur et que vous êtes déjà intervenu plusieurs fois. Il se trouve que le gouvernement doit faire une annonce dans les jours à venir. Cela signifie-t-il qu'il y a enfin des avancées sur la couverture téléphonique en Haute-Loire ? 
Oui, comme nous l'avions évoqué en début d'année, le gouvernement a trouvé un accord avec les quatre opérateurs pour une couverture intégrale en téléphonie mobile. Il y a donc un plan d'installation qui se décline et au niveau national, ce sont 435 pylônes qui seront installés en 2018, dont deux en Haute-Loire : au Monastier-sur-Gazeille et à Araules.

Est-ce qu'on connait les critères qui ont été retenus pour déterminer ces deux sites ? 
D'après les informations que j'ai pu glaner, il y a trois critères qui ont été mis en place : d'abord le pourcentage de la population départementale qui est en zone blanche, puis le pourcentage de la superficie départementale qui est en zone blanche et enfin des critères de montagne.

On a donc 485 pylônes qui seront installés en 2018 (complétés par 115 nouveaux sites d'ici novembre), puis sur 2019, ce devrait être 700 sites installés et les années suivantes 800 sites, soit des installations jusqu'en 2028 pour une couverture intégrale... Comment jugez-vous ce délai ?
Absolument inacceptable ! Il faudra que je monte au créneau car le gouvernement avait annoncé un plan sur trois ans mais selon les informations que l'on vient de me donner, ce plan serait sur dix ans. Ce n'est pas du tout acceptable ; oui pour des installations chaque année, mais pas sur dix ans, c'est beaucoup trop long.

Pour des territoires qui sont déjà enclavés comme la Haute-Loire, en quoi cette couverture téléphonique est-elle indispensable ? 
Plus on avance dans le temps et plus on a une couverture numérique et en téléphonie mobile qui se dégrade. Aujourd'hui un des piliers pour assurer le développement économique d'un territoire rural comme la Haute-Loire c'est assurément une couverture intégrale. Il y a donc urgence de mettre en place ce plan de manière intégrale.

Certains habitants du département se sentent victimes de cette fracture numérique. Ils se considèrent traités comme des citoyens de seconde classe...
Complètement et c'est pourquoi je le répète régulièrement au gouvernement : quand vous êtes en milieu urbain, vous avez facilement la 4G, voire plus. La plupart des urbains ne savent même pas que chez nous il existe des secteurs où le téléphone portable ne passe pas. On est parfois en 2G, à peine. C'est important que l'on ait, sur l'ensemble du territoire, une couverture intégrale en téléphonie mobile et un accès à Internet. C'est indispensable.

Il est également question de basculer les 72 sites 3G de Haute-Loire (voir la liste en bas d'article) en 4G mutualisée, c'est-à-dire que les quatre opérateurs seront présents sur chaque pylône. Comment vont s'articuler les travaux et qu'est-ce que ça va changer dans le quotidien des habitants concernés ? 
Sur ces 72 sites, normalement, 65 % devraient passer en 4G d'ici deux ans et les 35 % restants d'ici 2022. C'est indispensable car ça permet d'augmenter la superficie en termes de couverture et puis ça permet notamment sur Internet d'accélérer le débit. C'est un gain de confort évident pour les usagers dans leur quotidien. Enfin, ça permet de renforcer l'attractivité de ces territoires et d'en assurer un développement économique.

Ces avancées signifient-elles la fin des zones blanches ? 
Absolument. Une fois que ce plan sera mis en place, j'espère qu'on ne va pas attendre dix ans. On aura avec une grande assurance, complète et totale, la garantie d'une couverture sur l'ensemble de la Haute-Loire et on aura supprimé les zones blanches.

La définition de zone blanche présente des critères très étroits : l’opérateur place un pylône dans le centre du bourg, qui rayonne sur 500 mètres, et il suffit que le mât de mesure distingue un seul opérateur ayant seulement une barre de réseau pour ne pas être considéré comme une zone blanche. N'y a-t-il pas un risque de voir les zones grises se multiplier tandis que les zones blanches disparaissent ?
Non, on aurait la garantie à la fois pour les zones grises et à la fois pour les zones blanches. Dans ces zones grises, le téléphone passe parfois un petit peu et parfois non. Surtout, on n'a pas du tout la qualité du confort d'utilisation du téléphone portable de façon correcte et c'est pour ça qu'il faut en finir, au même titre qu'avec les zones blanches.

On  vient de voir l'apport de l'État dans ce dossier mais il y a aussi la Région qui souhaite s'en saisir. Va-t-elle mettre le paquet sur le numérique et la téléphonie ?
À travers sont président Laurent Wauquiez, la Région Auvergne Rhône-Alpes a annoncé un grand plan sur la période 2017-2021 de 650 millions d'euros en faveur du numérique. Je crois savoir, mais je laisserai Laurent Wauquiez l'annoncer, qu'il travaille de manière très forte pour agir aussi au niveau de la Région sur une couverture numérique intégrale en téléphonie mobile.
Avec ce soutien supplémentaire, j'espère que dans des délais très courts -- deux, trois ou quatre ans maximum -- mais certainement pas dix ans comme le met en place l'État, on pourra avoir sur la Haute-Loire une couverture intégrale en téléphonie mobile. C'est indispensable pour l'attractivité du territoire, c'est indispensable pour vivre confortablement au quotidien et c'est indispensable pour assurer le développement économique d'un territoire comme la Haute-Loire.

Propos recueillis par Maxime Pitavy

> Voir les annonces faites par le ministère de la cohésion du territoire ce mercredi 27 juin 2018

Liste des 72 sites 3G qui seront en 4G mutualisée : 
- Saint-Christophe-d'Allier
- Saint-Haon
- Alleyras
- Monistrol-d'Allier
- Esplantas
- Chanteuges
- La Beysseyre-Saint-mary
- Saint-Front
- Chaudeyrolles
- Les Estables
- Laussonne
- Moudeyres
- Bellevue-la-Montagne
- La Chapelle-Bertin
- Collat
- Saint-Pal-de-Senouire
- Felines
- Monlet
- Josat
- Sainte-Marguerite
- Beaune-sur-Arzon
- Chomelix
- La Chapelle-Geneste
- Malvières
- Bonneval
- Saint-Bonnet-le-Froid
- Saint-Julien-Molhesabate
- Riotord
- Saint-etienne-sur-Blesle
- Blesle
- Saint-Laurent-Chabreuges
- Ally
- Saint-Just-près-Brioude
- Saint-Beauzire
- Mercoeur
- Saint-Ilpize
- Villeneuve-d'Allier
- Saint-Privat-du-Dragon
- Lavoute-Chilhac
- Vals-le-Chastel
- Laval-sur-Doulon
- Saint-Vert
- Domeyrat
- Saint-Didier-sur-Doulon
- Berbezit
- Agnat
- Champagnac-le-Vieux
- Cistrières
- Saint-Hilaire
- Araules
- Auzon
- Saint-Austremoine
- Saint-Cirgues
- Chastel
- Cronce
- Montusclat
- Lafarre
- Goudet
- Saint-arcons-de-barges
- Arlempdes
- Salettes
- Auvers
- Pebrac
- Chazelles
- Desges
- Chanaleilles
- Croisances
- Thoras- Vazeilles-près-Saugues
- Saint-Préjet-d'Allier- Prades
- Saint-Julien-des-Chazes

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire