Synthétique de Massot : vers une solution à base de billes en plastique

dim 20/01/2019 - 13:48 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:55

Comme Zoomdici l'avait révélé au printemps dernier, la pelouse synthétique du stade Massot, qui part en lambeaux et devient dangereuse pour les joueurs, va être refaite.
Inauguré précisément le 10 décembre 2009 par le footballeur professionnel Sidney Govou, le stade Massot du Puy-en-Velay est en piètre état. L'investissement, de 228 210 €, n'aura pas permis à la pelouse vellave de tenir une décennie.
Étonnant pour ces fameuses pelouses synthétiques dont on nous vante régulièrement les avantages, tant sur les économies réalisées en entretien que sur la possibilité de les utiliser tout au long de la saison, même au coeur de l'hiver.
Ces mêmes pelouses synthétiques dont l'utilisation de billes en caoutchouc (recyclées à partir de vieux pneus) pourrait présenter un danger pour la santé comme l'a révélé en novembre 2017 le magazine Sofoot

"Ce ne sera pas en billes en caoutchouc recyclées à partir de vieux pneus ou encapsulés"
"On en est encore au stade des études car il y a des polémiques au niveau des billes en caoutchouc", nous a répondu le maire Michel Chapuis au terme de la cérémonie des voeux vendredi soir où il a annoncé la réfection de la pelouse synthétique, "donc il s'agit pour le moment de savoir si les terrains ne sont pas dangereux, donc de recueillir à la fois l'avis de la fédération française de foot et aussi bien sûr de notre club de foot ponot, puisque ce seront les principaux utilisateurs".
Une chose est certaine : "ce ne sera pas en billes en caoutchouc recyclées à partir de vieux pneus ou encapsulés", nous certifie Guy Chouvet, adjoint aux sports à la mairie du Puy.

Le rapport de l'ANCES conclut à un risque négligeable pour la santé, mais potentiel pour l'environnement
Pourtant, le rapport rendu par l'ANCES (agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) en septembre dernier conclut à "un risque négligeable pour la santé des sportifs et des enfants" car "les analyses épidémiologiques existantes ne mettent pas en évidence d’augmentation du risque cancérogène".
En revanche, les données disponibles évoquent "l’existence de risques potentiels pour l’environnement liés au transfert de substances chimiques dans les milieux (zinc, phénols…) via les sols et les systèmes de drainage des eaux de pluie". Pour l'adjoint au sport, "au bénéfice du doute, on ne prend pas le risque".

Vers une solution à base de billes en plastique
Reste à savoir quelle solution sera retenue ? La possibilité de recourir à des billes en liège a également été abandonné car comme nous l'avions indiqué au printemps dernier, le coût est alors plus élevé de 25 à 30 %. Autre argument mis en avant par Guy Chouvet : "cette solution n'est pas adaptée à nso territoires, à cause des périodes de gel notamment".
La collectivité poursuit donc les études de faisabilité en ce moment et on s'orienterait peut être vers une solution à base de billes en plastique. "Il y a peu de réalisations en France mais ça semble être une solution adaptée à nos contraintes. C'est à l'étude pour l'instant", complète l'adjoit aux sports. La rénovation de la pelouse synthétique est estimée à environ 450 000 €.

"On a besoin de la mairie avec nous et c'est certain qu'un terrain synthétique, ce sera utile"
Du côté du Puy foot, c'est forcément très bien accueilli par le staff : "la mairie fait attention à nous et nous donne les moyens de faire des choses", souligne l'entraîneur de l'équipe fanion Roland Vieira, "nous, en contrepartie, le Président met aussi des moyens et on essaie de faire grandir le club".
Pour le technicien vellave, cet outil va surtout permettre de passer un cap dans le domaine de la formation : "on a besoin de la mairie avec nous et c'est certain qu'un terrain synthétique, ce sera d'utilité au moins autant pour l'équipe première sur des périodes hivernales que pour les équipes de jeunes et on sait qu'on a besoin de poursuivre notre travail sur la formation avec de jeunes Ponots qui intègrent petit à petit le groupe".

Pourquoi l'ancien terrain n'aura même pas tenu dix ans ?
Michel Chapuis, ce terrain n'aura même pas tenu 10 ans... pourquoi ? Le choix de privatiser le nouvel équipement, est-ce un moyen de ne pas reproduire les erreurs du passé ? 

Aussi un city stade pour "jouer au foot de manière plus ludique"
La rénovation du terrain synthétique s'accompagnera d'une privatisation du stade avec une clôture et la pelouse ne sera réservée qu'aux licenciés des associations sportives et scolaires. "C'est la raison pour laquelle on propose en plus un city stade", justifie Michel Chapuis, à l'instar de celui se trouvant à proximité de La Vague.
Il sera installé sur la plateforme autrefois dédié au terrain de handball, vers les terrains de tennis couverts du complexe Massot. Le coût est estimé à environ 60 000 €. "Ce sera un équipement ouvert à tous publics et qui permet de jouer au foot de manière plus ludique", poursuit le maire du Puy, "je pense surtout aux jeunes qui organisent des tournois de manière informelle".

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire