Surdose de rayons contre le cancer : L'hôpital Emile-Roux sort de son silence

Par Nicolas Defay mer 03/08/2022 - 12:00 , Mise à jour le 03/08/2022 à 12:00

Mercredi 3 août, la direction du Centre Hospitalier Emile-Roux a partagé un communiqué de presse au sujet du traitement de radiothérapie effectué depuis 2018 entre leurs murs, traitement avéré trop élevé pour 134 patients recensés.
Après avoir tenté de recueillir en vain une réaction de l'hôpital aussitôt l'information vérifiée, nous avons enfin reçu leur explication trois jours après.

La direction de l'hôpital public du Puy-en-Velay partage le communiqué ci-dessous : 

« Suite à la déclaration, à la fin du mois de juin, du Centre hospitalier Émile ROUX auprès de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (A.S.N) d’un événement significatif de radiothérapie, cette autorité a classé cet événement au niveau 1 d’une échelle comprenant 8 niveaux de 0 à 7.

Selon l'hôpital, aucun impact sur la santé des patients traités

La très légère majoration des doses reçues (entre 1 et 2 % en moyenne) n’a impacté ni la santé des patients, ni la qualité de leur traitement de radiothérapie, ni occasionné de perte de chance dans l’efficacité de leur radiothérapie.

« Si cette très légère majoration de dose est regrettable au regard de la qualité et de la sécurité des soins que le centre hospitalier Émile Roux déploie au quotidien, nous pouvons assurer à nos patients qu’aucune conséquence négative n’est à déplorer au travers des traitements reçus »

Les doses de rayons dans la marge de tolérance acceptable

L’Autorité de Sûreté Nucléaire en lien avec le service de radiothérapie de l’hôpital vient d’apporter ce jour un complément à sa publication sur cet événement en attestant, qu’après recalcul des doses délivrées, aucun impact sur la santé de nos patients n‘est à déplorer. Il faut savoir que l’écart mineur entre dose délivrée et dose reçue est compris dans les marges de tolérance des normes de radiothérapie, l’erreur de modélisation n’ayant porté que sur une partie très réduite de notre équipement.

De nouveaux protocoles pour parer à toutes nouvelles éventualités

S’il faut reconnaître la transparence dont le centre hospitalier a fait preuve, en déclarant lui-même cet événement, il est rassurant de constater que nos contrôles qualité aient pu, au final, déceler un décalage marginal de calcul de dose, décalage dont les fabricants de équipements de radiothérapie reconnaissent qu’il n’est pas significatif et non mesurable avec assurance, à ce degré d’erreur, dans les tests de modélisation. Pour autant, des process fins de contrôles, au-delà des exigences réglementaires, vont être protocolisés pour parer à toutes nouvelles éventualités.

« Il est rassurant de constater que nos contrôles qualité aient pu, au final (4 ans après les premiers rayons en surdose, Ndlr), déceler un décalage marginal de calcul de dose". La direction de l'hôpital »

L'hôpital assure également qu'aucun sous-dosage n'a été constaté

Dans ce contexte, les doses délivrées sur la séquence ont dans de nombreux cas été voisines des doses moyennes observées dans le traitement des pathologies en cause et aucune dose n’a été délivrée aux 134 patients concernés au-delà des recommandations des sociétés savantes. Aucun sous-dosage, synonyme de perte de chance, ne s’est par ailleurs vérifié.

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

5 commentaires

ab

jeu 04/08/2022 - 08:17

Relativisons. Recevoir une réponse publique de l'hôpital 3 jours après la publication de l'article, c'est plutôt positif. Surtout que les patients impliqués ont été informés avant cette publication. On ne peut donc pas qualifier la communication de l'hôpital de silencieuse, tout au plus de maladroite car un communiqué public aurait dû être diffusé avant scandale. Et puis, ce n'est pas non plus Tchernobyl, c'est un évènement sans conséquences pour les patients. Pas de quoi affoler les foules.

me

jeu 04/08/2022 - 06:12

ga qui a dit que les soignants étaient responsables ? leur silence devant ces faits est surprenant c'est tout

ga

mer 03/08/2022 - 18:31

Les soignants M "me" ne sont pas concernés, ils ne sont pas  responsables des réglages des appareils. Et un jour ou l' autre vous aurez à faire à eux !

me

mer 03/08/2022 - 17:22

curieux le silence des soignants si prompts à dégainer à la moindre occasion 

mi

mer 03/08/2022 - 12:32

C'est SCANDALEUX d'attendre 4 ans pour un contrôle !!! Pare contre nos voitures ,c'est 2ans Et là c'est un peu TROP proche Il faut préserver son pouvoir d'achat !!!!