Suppression de 10 postes d'enseignants du 1er degré en Haute-Loire ?

Par RSi mer 11/01/2023 - 17:00 , Mise à jour le 11/01/2023 à 17:00

Dans un communiqué envoyé ce mardi 10 janvier, la fédération nationale de l'enseignement, de la culture et de la formation professionnelle de Haute-Loire dénonce les récentes annonces concernant la dotation départementale. Selon l'organisation, 10 postes d'enseignants du premier degré seraient supprimés pour la prochaine rentrée.

"Le Ministre et la hiérarchie locale de l'Education nationale envisagent de supprimer pas moins de 10 postes d'enseignants dans les écoles de la Haute-Loire. Une véritable saignée, jamais connues depuis plus de 15 ans", dénonce la FNEC FP FO. Selon l'organisation, l'école publique est dans une situation difficile. Ecoles fermées, journées de remplacements non assurées, formations au rabais, l'organisation dénonce des conditions de travail de plus en plus difficiles.

"On s'oppose à ces décisions. Cela aurait un impact sur l'école et notamment dans les ruralités. Cela rend le métier encore plus difficile. Ils parlent de baisse de la démographie mais ils ne recensent pas les enfants de 2 ans scolarisés. Ils sont là mais on ne les compte pas", détaille Guy Thonnat, secrétaire de la fédération enseignante FO. 

Document préparatoire adressé le rectorat comuniqué par FNEC FP FO
Document préparatoire adressé le rectorat comuniqué par FNEC FP FO Photo par FNEC FP FO

Dans son communiqué, la FNEC FP FO appelle les personnels à répondre aux appels de confédérations contre la réforme des retraites. "Gagner sur les retraites permettra de gagner sur les revendications et notamment celles des conditions de travail et des postes", écrivent-ils. Des assemblées générales de secteur seront également organisées pour permettre au personnel de décider au fur et à mesure des actions à mettre en place. 

"Il ne faut pas faire de spéculation hâtive" 

A la mi décembre, le ministre de l'Education Nationale Pap Ndiaye avait annoncé la suppression de plus de 1 100 postes dans l'enseignement à la rentrée 2023 dont 667 dans le premier degré. "Il est normal que chaque académie contribue à la baisse attendue. C'est une décision prise lors du vote du budget au Parlement", répond Marie-Hélène Aubry, Inspectrice d'académie des services de l'Education nationale de Haute-Loire.

Depuis 2015, la France connaîtrait une baisse démographique ressentie au niveau scolaire. " Selon les prévisions, cette diminution devrait se poursuivre jusqu'en 2027. Chaque département va devoir fermer des classes", poursuit-elle. D'après l'inspectrice d'académie de Haute-Loire, l'académie de Clermont Ferrand est en perte d'élèves depuis longtemps. " C'est historique. Toutefois, le taux d'encadrement, c'est à dire le nombre de professeurs pour 100 élèves, continuera d'augmenter partout", ajoute-t-elle. 

Marie-Agnès Petit aux cotés de l'Inspectrice d'Académie Marie-Hélène Aubry. Photo par Nicolas Defay

 

L'inspectrice d'académie du département invite toutefois à ne pas faire de spéculation hâtive et à attendre les décisions prises lors du comité organisé à l'académie de Clermont-Ferrand le 19 janvier 2023 pour échanger sur le sujet. " Tout cela sera discuté collégialement. Aucun chiffre définitif n'est pour l'heure connu", conclut-elle. 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

1 commentaire

de

mer 11/01/2023 - 19:42

Dans le document préparatoire communiqué par le Rectorat, on peut voir les colonnes prévisions des effectifs scolaires. Intéressantes, car les prévisions de retraits de postes se font, probablement, à partir des prévisions concernant les élèves.
Or, les effectifs présents en 2022  ont tous été supérieurs aux effectifs prévus pour cette même année.
D'ailleurs, sauf erreur de ma part, aucune colonne ne calcule cet écart positif entre le réalisé et le prévu.