Statut des psychomotriciens : Un amendement de Jean-Pierre Vigier repris par le Gouvernement

Par RSi jeu 27/10/2022 - 06:00 , Mise à jour le 27/10/2022 à 06:00

" Je rends hommage à toute la profession de santé", déclare Jean-Pierre Vigier. Dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2023, un amendement du député de Haute-Loire sur le statut des psychomotriciens a été repris par le Gouvernement, ce mardi 25 octobre 2022. 

Depuis 2018, l'activité de psychomotricien était considérée comme une profession non règlementée. " ll s'agit très certainement d'un oubli. Il fallait le régulariser", ajoute Jean-Pierre Vigier. Le député de Haute-Loire a vu son amendement sur le statut des psychomotriciens repris par le Gouvernement dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2023 ce mardi 25 octobre 2022. 

Revaloriser et renforcer l'attractivité de cette profession 

Un oubli qui avait toutefois eu un impact important sur la profession avec une différence de traitement avec les autres métiers de la santé médicale ou auxiliaires de médecine en raison du non-conventionnement. Ces disparités concernaient notamment les droits à la formation, l'affiliation aux régimes de retraite et d'assurance maladie ou encore les assiettes de cotisation URSSAF. " L'URSSAF les considérait comme une profession commerçante. De même qu'ils étaient intégrés au régime général des retraites et ça ne correspondait pas du tout à la réalité de leur profession", précise le débuté. 

" C'est un premier pas vers plus d'égalité entre toutes les professions paramédicales" 

Julie Roche est psychomotricienne depuis deux ans et demi au Puy-en-Velay. Elle partage son temps entre une activité libérale et salariée. Selon cette spécialiste, le chemin est encore long pour que atteindre l'égalité entre toutes les professions paramédicales. " C'est un premier pas mais nous ne sommes pas encore au même statut. Nous sommes réglementés mais pas conventionnés. Nous n'avons pas d'Ordre",  détaille la psychomotricienne.

Julie Roche est psychomotricienne au Puy-en-Velay
Julie Roche est psychomotricienne au Puy-en-Velay Photo par Raphaëlle Simonnot

"Désormais, nous bénéficions d'indemnités journalières lorsque nous sommes malades" J.Roche, psychomotricienne

Autre manquement selon elle, le remboursement des soins par la sécurité sociale. "Lorsqu'un patient vient nous voir, il est obligé de payer sa consultation et n'est pas remboursé. Certaines mutuelles en prennent parfois une partie", poursuit-elle. Cette professionnelle du paramédical espère toutefois que le métier soit d'avantage considéré. "Aujourd'hui, les choses ont un peu évolué. Nous cotisons à la CIPAV (Caisse interprofessionnelle de prévoyance et d'assurance vieillesse des professions libérale), ce qui nous permet de bénéficier d'indemnités journalières lorsque nous sommes malades par exemple. Récemment, nous avons eu le droit au fonds interprofessionnel de formation des professionnels libéraux", conclut Julie Roche.  

 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

1 commentaire

m.

jeu 27/10/2022 - 09:54

Mr Vigier sensible au métier de santé, ouf. Je pensais que en Haute-Loire, il n'y avait que des agriculteurs et pas d'autres métiers qui souffraient eux aussi (taux de démission impressionnant, burn-out, non attractivité du métier). Il était temps de bouger un peu les choses et de penser à tout ceux-la aussi. Merci à tous ceux qui nous soignent