À Saint-Front, écoliers et bénévoles plantent des haies

mar 19/04/2022 - 04:30 , Mise à jour le 19/04/2022 à 04:30

Avec l'agrandissement des parcelles agricoles, les haies disparaissent. Mais certains en replantent pour freiner le vent qui dessèche les récoltes, pour favoriser la faune auxiliaire, pour abriter les troupeaux, pour limiter l’érosion des sols... Exemple à Saint-Front récemment avec la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO).

 

 

En partenariat avec la ferme pédagogique et la Mission haies Auvergne-Rhône-Alpes, un groupe d'une dizaine de bénévoles de la LPO Auvergne-Rhône-Alpes a procédé à la plantation de 320 mètres de haies sur une exploitation agricole de Saint-Front, au chalet de l'Aiglet, ce mardi 12 avril 2022.

Les bénévoles de la LPO ont été rejoints dans l’après-midi par les élèves de l’école de Saint-Front qui ont également participé à la plantation de la haie, en plantant environ 80 arbres. Un bon prétexte pour les sensibiliser aux rôles agronomiques et écologiques des haies. Ces haies participeront en effet à maintenir un paysage favorable à une riche biodiversité et assureront une protection de la parcelle contre le vent, élément essentiel comme ont pu le constater adultes et enfants dont les pelletées de terre étaient balayées par les bourrasques. Il valait mieux ne pas de placer dans le sens du vent !

Des haies d'espèces variées

Une diversité d'espèces d'arbres, grands et petits, ont été alignés sur deux rangées de chaque côté de la parcelle. Un espacement de 10 mètres a été respecté entre chaque espèce de grande taille, en l'occurrence des tilleuls. Chaque plant était préalablement trempé par la racine dans un pralinage, mélange boueux de terre, de fumier composté, d'argile et éventuellement de mycorhizes, ces symbioses avec les champignons qui apportent des sels minéraux et de l'eau aux racines. 
Les bâches retenant la terre sont constituées d'un matériel biodégradable à base de betterave.

Le couple d'agriculteurs propriétaires de la parcelle a offert le repas et le goûter aux bénévoles, l'occasion d'échanger en toute convivialité et de bénéficier des connaissances de naturaliste de l'encadrant LPO.

Ce projet s’inscrit dans le programme de sauvegarde des pies-grièches du Massif central, et bénéficie ainsi du soutien financier de l’Europe, de la région Auvergne-Rhône-Alpes, du conseil départemental de Haute-Loire, et de la DREAL Auvergne-Rhône-Alpes.

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire