Réforme des retraites : les policiers haussent le '''deux-tons'''

mer 11/12/2019 - 17:06 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:01

La colère monte chez les policiers nationaux. "Nous sommes déterminés, assure Michael Hausner, le secrétaire départemental d'Alliance Police Nationale. Aujourd'hui on a mis le deux-tons pour se faire entendre. Tant qu'on ne sera pas entendu, on continuera."

----Des policiers (Alliance Police Nationale et Unité SGP Police-FO) ont manifesté devant le siège du Conseil économique, social et environnemental ce mercredi, juste avant la prise de parole du Premier ministre.
-----Répondant à l'appel lancé, au niveau national, par les syndicats majoritaires de la police nationale dont Unité SGP Police-FO, Alliance Police Nationale et Unsa Police, une quarantaine de fonctionnaires -- des gardiens de la paix, des officiers, des personnels administratifs, techniques et scientifiques et des adjoints de sécurité -- s'est réunie devant le commissariat du Puy, ce mercredi 11 décembre à midi.
A ce même moment, le Premier ministre entamait son discours pour la présentation de l'intégralité du projet de la réforme des retraites, devant le Conseil économique, social et environnemental à Paris. "Il est évident que si on est là, c'est parce que nous ne sommes pas d'accord", lance Lionel Coniasse, secrétaire départemental Unité SGP Police-FO, à propos du projet de réforme du gouvernement, "un système par points où on part sur un flou artistique. On ne sait absolument pas comment les policiers vont être impactés."

"Ce n'est pas un cadeau, les policiers surcotisent pour ces cinq années de bonification"
Un flou artistique qui laisse entrevoir une menace sur le statut spécial des policiers nationaux qui, comme les gendarmes, les douaniers, les surveillants de prison et les pompiers, bénéficient d'une bonification dite "quinquennale". En raison de la pénibilité de leur travail, cette bonification de service spécifique consiste à leur accorder une annuité supplémentaire de cotisation tous les cinq ans, le tout plafonné à cinq annuités, sous condition d'avoir 27 ans d'ancienneté. "Ce n'est pas un cadeau, les policiers surcotisent pour ces cinq années de bonification", précise Lionel Coniasse. 

"Et puis surtout, pointe du doigt le secrétaire départemental Unité SGP Police-FO accompagné de son homologue d'Alliance Police Nationale, il y a l'aspect missionnel qui apparaît dans ce projet de loi. Et ça, c'est quelque chose dont on ne veut pas entendre parler." Mais qu'est-ce que cet aspect missionnel ? Explications de Lionel Coniasse.

  
(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Enfin, Michael Hausner a profité de cette action menée au Puy pour revenir sur l'affaire des heures supplémentaires payées aux policiers, affaire qu'il qualifie de "vol manifeste". Pourquoi ?

   
(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)
Stéphanie Marin

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire