Quand la toile devient un levier de croissance

lun 25/01/2016 - 16:31 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:38

La conférence  de ce mardi 19 janvier 2016 était une initiative du CEE, le comité d'expansion économique, une émanation du Conseil départemental qui a déjà créé plus de 2 200 emplois en Haute-Loire depuis 2009, en accompagnant environ 850 entreprises, dont plus de 80 ù sont toujours en activité aujourd'hui. Son objectif est de contribuer au développement économique du département, en inscrivant son action dans une logique partenariale avec les autres secteurs du développement local : les chambres consulaires, les collectivités locales, les industriels, les associations, etc.
Dans sa mission d'accompagnement du secteur indistriel, la conférence permettait à plusieurs entrepreneurs du département de découvrir des concepts et de s'initier aux perspectives de marché qu'offre le web 3.0, grâce aux éclairages d'entrepreneurs spécialisés dans les objets connectés et le web sémantique.

Les objets connectés, véritable levier de croissance ?
Guillaume Blanc est Président d'Exotic Systems, une entreprise spécialisée dans la transformation des idées d'objets connectés en produits industrialisables et basée à Clermont-Ferrand depuis 2007. L'entreprise a acquis une expérience transversale en adressant de nombreux marchés tels que l'agriculture, la domotique, la mobilité ou encore l'e-santé. Elle compte aujourd'hui douze employés et elle était également présente au CES de Las Vegas début janvier.
Selon ce jeune entrepreneur, les objets connectés sont un vrai levier économique, un levier de croissance : "ils contribuent à la révolution industrielle actuelle parce qu'ils redefinissent la manière dont les entreprises, les fournisseurs de services, communiquent avec leurs clients. Ils ont un lien direct avec eux grâce aux objets connectés".

Pour ceux qui ne connaissent pas très bien, les objets connectés, c'est quoi ? Est-ce que ça peut vraiment transformer leur quotidien ?

Les objets connectés, c'est dans l'air du temps, c'est sympa, mais est-ce générateur d'emploi ? Est-ce un moyen d'avoir des entreprises plus performantes ?


----Auvergne Rhône-Alpes au coeur de la French Tech
La France est le pays d’Europe le plus représenté et leader en terme de startups. L’année dernière la France représentait 25% de l’ensemble des startups mondiales présentes au CES. Cette année, sur les 450 startups les plus innovantes au Monde, 10 % venaient de France. Sur ces 45 entreprises de l'hexagone, 34 provenaient de la région Auvergne Rhône-Alpes.-----"La maîtrise de l'information et de la connaissance est un enjeu majeur du XXIème siècle"
Steny Solitude est le PDG de Perfect Memory, basée à Chamalières, dans le Puy-de-Dôme. L'entreprise a été créée en 2008 mais l'offre a commencé à être commercialisée en 2013. Perfect Memory édite une solution cloud qui simplifie et automatise l'enrichissement et l'exploitation de très grands volumes de données que gèrent chaque jour les médias, les agences ou les grandes marques. L'entreprise était également présente au CES de Las Vegas.
La startup de Steny Solitude compte onze employés et elle est spécialisée dans le big data et les traitements sémantiques. "La maîtrise de l'information et de la connaissance est un enjeu majeur du XXIème siècle", explique Steny Solitude, "sur le plan économique comme sociétal". Perfect Memory ambitionne ainsi de développer un vrai leadership dans le domaine du Semantic Management d'ici les deux prochaines années.

Steny Solitude, le web 3.0, qu'est-ce que c'est, et quels sont les leviers qu'active ce nouveau paradigme ? Et donc quels sont les opportunités à saisir pour les industriels ? Est-ce alors destructeur d'emplois ? Ou le contraire ?

L'emploi peut être préservé, et même créé ? Avez-vous un exemple concret ?

Sur la toile, on trouve de nombreux services pour améliorer notre quotidien, mais comment monétise-t-on tout ça ?


Un secteur qui recrute
Outre une croissance à deux chiffres et des effectifs grandissant, ce secteur d'activité manque carrément de personnel... Un comble quant on sait que le taux de chômage dépasse les 10 % en France, particulièrement chez les jeunes. "On cherche massivement des développeurs ! ", lâche Steny Solititude. 
Un constat assez largement partagé par les entreprises du secteur, comme l'avaient déjà évoqué les deux pépites ponotes présentes à Las Vegas. Un problème de qualification alors ? "Il y a une grosse tension sur ce type de ressource", analyse le PDG de Perfect Memory, "et les gros acteurs monopolisent les étudiants en début de quatrième année en leur faisant signer des contrats de pré-embauche".

Maxime Pitavy

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire