Quand la glace échauffe les esprits

Par Nicolas Defay mar 29/11/2022 - 06:00 , Mise à jour le 29/11/2022 à 06:00

La patinoire éphémère, installée comme à l'accoutumée sur la place du Breuil, prend lentement forme. Dans deux jours, le public pourra tracer son sillon sur la glace naturelle jusqu'à la fin de l'année 2022. Entre temps, le sujet de sa présence...ne laisse pas de glace.

Chaque an, la patinoire prend ses quartiers sur la place du Breuil durant sept semaines à l'approche des fêtes de Noël. Mais cette année, pour la première fois, sa durée d’utilisation sera amputée de 15 jours. "Nous avons décidé de réduire la durée du marché de Noël composé de la patinoire et des 41 chalets, avait précisé Michel Chapuis, Maire du Puy-en-Velay, dans un précédent article. Ils seront en place du 1er décembre 2022 au 2 janvier 2023".

Dans un contexte de dérèglement climatique de plus en plus prononcé, les dispositifs énergivores tels que la patinoire ou les parasols chauffants sur les terrasses de café, ou les événements comme le Mondial du foot au Qatar ou les futurs Jeux asiatiques d'hiver en Arabie Saoudite, déchainent passions et joutes d'arguments contraires.

Beaucoup d'énergie sont nécessaires pour empêcher la glace de fondre.
Beaucoup d'énergie sont nécessaires pour empêcher la glace de fondre. Photo par Nicolas Defay

"Qu'ils aillent aussi enterrer les champs de lixiviation de lithium"

"Marre de tous ces donneurs de leçons qui veulent que le monde s'arrête !, partage Christian, habitant au Puy et impatient de chausser ses patins. Franchement, c'est pas une patinoire qui va détruire la planète. Si les écologistes veulent vraiment s'attaquer aux causes de la pollution, qu'ils aillent bloquer les aéroports et les ports de chalutiers. Qu'ils aillent aussi enterrer les champs de lixiviation de lithium qui détruisent des milliers de km² d'espace en Australie ou en Amérique du Sud pour alimenter les batteries de voitures électriques !"
À la question, au passage, de ce qu'il pense du Mondial au Qatar, il envoie : "Je regarde, c'est vrai, mais pas chez moi"

"On ne sait plus ce qu'il faut faire"

Romain, brivois trentenaire, est quant à lui partagé. "Je n'irais pas à la patinoire dans un esprit de boycott, affirme-t-il. Et je ne regarde aucun match du Qatar pour la même raison. Mais je comprends aussi les gens qui veulent s'éclater un peu sur la patinoire. Depuis des années, nous sommes tous sous pression. On nous culpabilise sans arrêt pour telle ou telle chose, bien mettre les bons déchets dans la bonne poubelle, se chauffer le moins possible, bien isoler la maison, etc."

Il continue : "En plus de tout ça, on nous donne des infos dont personne ne comprend. D'un côté, il faut une voiture électrique, d'un autre côté on nous dit que les batteries sont extrêmement nocives pour la nature. Dans le même temps, l'essence et le gasoil deviennent inabordables ou en pénurie. On ne sait plus ce qu'il faut faire".

Il termine en ce sens : "Pour la patinoire du Puy, je pense que les gens sont conscients de son impact néfaste. Mais tant que le message ne sera pas clair en général, il est difficile d'en vouloir à tous ceux qui l'utiliseront".

Un offense de plus à la nature pour les uns, un loisir convivial pour les autres.
Un offense de plus à la nature pour les uns, un loisir convivial pour les autres. Photo par Nicolas Defay

La pilule rouge ou la pilule bleue ?

Durant le conseil municipal ponot du 20 octobre, Jean-Williams Semeraro, élu de l'opposition, avait souligné la consommation énergétique d'une telle patinoire. "Ce type d’installation consomme 60.000 kilowatts pendant un mois, l’équivalent de la consommation de 200 frigos pendant une année entière. Beaucoup plus s’il fait doux ou qu’il pleut".

Dur de combiner réalité écologique, intérêt économique et soupape populaire. Si les années qui suivent se dirigent inexorablement dans un dérèglement climatique de plus en plus prononcé, provoqué par les actions et les non-actions de l'Homme, ce triptyque sera sans cesse plus insoluble à résoudre. L'humanité se devra alors de choisir entre la pilule rouge ou la pilule bleue...

Photo par Nicolas Defay

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

10 commentaires

ro

mar 29/11/2022 - 21:38

En effet, à la piscine du Puy l'eau du grand bassin est glaciale, crampes assurées.

d.

mar 29/11/2022 - 18:01

La patinoire nous avons tous la liberté d y aller si cette année elle n est pas très fréquentée ce sera peut-être la dernière fois. Par contre la piscine risque de ne plus être attractive car l eau est de plus en plus froide alors que elle est chauffée avec le réseau bois  Économie d un côté et gaspillage de l autre !!

Fb

mar 29/11/2022 - 12:21

Le problème avec les écolos, c'est qu'ils ont toujours raison,c est totalitaire,point barre!!!.. malheureusement tout le monde n'a pas les mêmes loisirs,et il va bien falloir l'entendre!!!

tout le monde n'aime pas forcément se promener à pieds dans ces petits souliers, ramasser des champignons dans son petit panier...

d'autres aiment se promener en moto (''qui puent'') et n'oubliez pas aussi qui font du bruit et dérangent le renard au fond de son terrier!!..

Après je suis d'accord pour manger bio et locale mais arrêtez svp d'embêter les gens sur les peu de moments d'évasion que l'on n'a encore droit de nos jours, quels qu'ils soient,car ce n'est pas cela qui fera périr la planète !!

ga

mar 29/11/2022 - 12:09

Admettre que réfrigérer de la glace en extérieur pendant un mois pour le loisir de quelques-uns est déraisonnable n'a rien à voir avec l'écologie politique. C'est simplement de la décence, de la sobriété et de l'intelligence. Il est d'ailleurs fort probable que des électeurs d'EELV aillent à la patinoire comme certains ont un SPA ou une piscine à la maison ou achètent des futilités genre "bougies parfumées". L'acte écologique ce n'est pas de voter pour des criards provocateurs c'est agir au quotidien contre le luxe et le gaspillage. Cela n'enlève en rien la bêtise de la municipalité du Puy qui, pour du m'as-tu-vu persiste dans la non-sobriété énergétique.  

ba

mar 29/11/2022 - 12:04

Les élus ne pensent qu'à court terme, à l'horizon des élections... Mais la dynamique climatique morbide, elle, s'installe et se renforce conséquence de leurs décisions sans courage ni vision et par le manque de responsabilité de chacun d'entre nous (et je m'y inclus). Nous devons collectivement changer de logiciel pour tendre vers une sobriété heureuse.

ru

mar 29/11/2022 - 11:28

Halte au bashing "Bobo-Ecolos" on peut être écolo sans être bobo ou ni l'un ni l'autre, ou tout simplement sauver ce qui peut encore l'être

ri

mar 29/11/2022 - 10:26

Bon article, qui résume bien le problème. En fait on n'a pas le choix, il faut écraser la pédale de frein, dans tous les domaines, si l'on veut laisser une Terre à peu près vivable à nos enfants : manger bio et local (adieu le supermarché), réduire ses déplacements (si si), changer de banque, passer au Zéro Déchet (le tri, c'est de la poudre aux yeux), renoncer aux gadgets numériques (5G etc.) et à la patinoire du Breuil, etc. Quant à la soupape, est-elle nécessairement polluante ? On peut aussi aller faire une balade dans les bois (à pied, pas au guidon d'une moto qui pue)...

Fb

mar 29/11/2022 - 09:57

👏👏Bravo à ce Christian ,habitant du puy..je suis tout à fait d'accord avec lui, l'écologie ne doit pas se faire sur le dos des petits gens mais bien sûr les gros pollueurs!!..sur tous les sujets,c toujours les mêmes qui doivent faire les efforts (le peuple), et jamais les réelles personnes concernées..ras le bol des leçons des bobos écolos!!!!

ma

mar 29/11/2022 - 09:09

allons y gaiement patinons patinons!!!!!!!!!

m.

mar 29/11/2022 - 08:54

Mr Chapuis peut-être ne se chauffera pas pour compenser l'électrécité que va user la patinoire. Car la réalité ce sont les coupures d'électrécité pour tous, utilisateurs ou pas de la patinoire et se seront ceux là les premiers a râler.