Prime de 100 € : les Aides-soignants  du Centre Hospitalier Emile Roux en colère

Par O.St lun 14/02/2022 - 14:30 , Mise à jour le 14/02/2022 à 14:30

Promise par Jean Castex, la prime n’a été octroyée qu’aux infirmiers et aux cadres de  soins critiques et de réanimation. Laissant sur le côté les aides-soignants de ce service  crucial alors qu’ils travaillent en binôme.

D’où la grogne des personnels du Centre  Hospitalier Emile Roux qui réclament cette prime. 

Le 28 décembre 2021, Jean Castex a annoncé une prime mensuelle de 100 € net pour  les infirmiers et cadres des services de soins critiques et de réanimation très  fortement sollicités par la crise sanitaire. Le décret est paru le 10 janvier 2022 et les  aides-soignants sont écartés de cette prime. Pourtant le travail se fait en binôme. Les  aides-soignants sont contents pour leur collègue infirmier mais se sentent lésés et oubliés dans leur métier et leur fonction. 

Dans chaque département, des courriers seront adressés à Emmanuel Macron, Jean Castex et Olivier Véran « pour leur faire comprendre que le binôme aide-soignant / infirmier est indissociable, c’est une vraie équipe avec une réelle collaboration sans oublier les connaissances particulières que ce service requiert », poursuit la CFDT du Centre Hospitalier Emile Roux. 

Des « soldats en blouse blanche » 

« Nos soldats en blouse blanche qui ont tant donné sont eux-aussi dans une grande détresse, au bord de l’asphyxie », déclare le syndicat. Concernant la prime de 100 €, la CDFT du Centre  Hospitalier Emile Roux ajoute: « Vous conviendrez que cette situation est inacceptable et ne peut perdurer plus longtemps. Les personnels aides-soignants méritent notre plus haute estime et notre infinie considération au regard du contexte  que nous subissons depuis maintenant deux longues années et au vu des efforts durant cette crise sanitaire. » 
La CFDT du Centre Hospitalier Emile Roux ne saurait accepter que nos héros du quotidien deviennent des travailleurs en manque de reconnaissance. « Il faut remédier rapidement à cette inégalité », concluent-ils.

 

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire