Pollution : le seuil d'alerte dépassé

sam 21/03/2015 - 15:20 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:33

L'épisode de pollution aux particules fines qui a débuté ce 20 mars 2015  en Haute-Loire, se poursuit aujourd'hui en raison des conditions météorologiques stables et des apports longue distance de poussières. La valeur de dépassement la plus forte a été atteinte le 20 mars à 4h à la station du Stade Causan, au Puy avec 72 μg/m3 (le seuil se situe à 50μg/m3).
Les effets sur la santé
Les particules constituent des polluants relativement complexes, compte tenu de ce que leurs effets sur la santé dépendent d’une part de leur granulométrie puisqu’elles pénètrent d’autant plus profondément dans l’appareil respiratoire que leur diamètre est faible et d’autre part de leur composition chimique car elles peuvent contenir des produits toxiques, tels que les métaux ou des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) dont certains sont considérés comme cancérigènes. Des études de l’Organisation Mondiale de la Santé ont mis en évidence que des effets significatifs sur la santé humaine sont constatés même à de très faibles doses, et principalement pour des expositions à long terme, sachant que les particules issues de la combustion sont identifiées comme étant particulièrement dangereuses et que les composés comme le nitrate d’ammonium présentent une moindre toxicité.

Les précautions

Les conditions actuelles laissent penser que la situation peut perdurer durant les prochains jours. Il est recommandé aux populations sensibles, notamment les enfants, les personnes âgées, les insuffisants respiratoires chroniques, les insuffisants cardiaques, les allergiques ou asthmatiques :

  • d’éviter toutes les activités physiques et sportives intenses augmentant de façon importante le volume d'air et de polluants inhalés,
  • de veiller à ne pas aggraver les effets de cette pollution par d'autres facteurs irritants, tels l'usage de solvants sans protection appropriée et surtout par la fumée de tabac qui joue un rôle majeur dans la survenue, notamment de l'expression clinique, de l'allergie respiratoire et de l'asthme,
  • de respecter scrupuleusement leur traitement médical en cours à visée respiratoire ou de l'adapter sur avis du médecin.
  • d'éviter d’utiliser son véhicule personnel, utiliser en priorité les transports en commun, différer les déplacements qui ne présentent pas un caractère de nécessité, faire les déplacements courts à pied ou à bicyclette, pratiquer le covoiturage en se regroupant à plusieurs dans un véhicule (famille, voisins, collègues de travail...),
  • si le déplacement en véhicule personnel est indispensable : utiliser de préférence un véhicule peu polluant et s’assurer que le moteur est bien réglé, sinon le faire vérifier par son garagiste ; réduire la vitesse de circulation et adopter une conduite souple (sans à-coup, ni accélération brutale), éviter les heures de pointes,
  • d'éviter d’allumer des feux d’agrément, notamment au bois, reporter les activités d'écobuage. Il est rappelé que le brûlage à l’air libre de déchets ménagers et de jardin de quelque nature qu’ils soient est interdit par le règlement sanitaire départemental,
  • pour les émetteurs industriels, de s’assurer du bon fonctionnement des dispositifs de dépoussiérage.
Pour plus d’information :

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire