Tous

Langeac

PNR : une "réserve d'indiens" ou une "chance pour dynamiser le territoire" ?

jeu 26/05/2016 - 17:22 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:41

Le dossier du PNR a agité la toile ces deux dernières semaines. D'abord, ce sont les trois chambre consulaires qui ont exprimé leur opposition au projet, puis le Président de Région Laurent Wauquiez est entré dans la danse à son tour en signifiant ses craintes et en annonçant l'arrêt du projet.
Les acteurs de terrain, à l'initiative de Bruno Depalle, ont aussitôt dégainé une pétition pour soutenir le PNR du Haut-Allier (environ 3 800 signatures ce vendredi 3 juin 2016), pétition soutenue notamment par les associations écologistes REN 43 et SOS Loire Vivante. Comme le rappellent ces deux associations, ce rétropédalage va à l'encontre des votes et délibérations des 65 communes, 2 régions, 2 départements et 10 communautés de communes qui se sont déclrées favorables à la création du Parc Naturel Régional Sources et Gorges du Haut Allier.
Enfin Guy Vissac, l'un des fondateurs du SMAT du Haut Allier et initiateur du projet de parc, a pris la plume pour canaliser sa colère. Il a envoyé en recommandé une lettre à Laurent Wauquiez ainsi qu'à divers élus concernés par ce PNR, où il déplorait : "c'est infamant pour moi, c'est injuste pour tous".

Agriculture et écologie ne peuvent-elles jamais faire bon ménage ? 
Il y a une lettre qui dérange dans ce PNR, c'est le "N" de Naturel... Pourquoi assiste-t-on toujours à une opposition entre agriculture et écologie ? Est-ce vraiment incompatible ?

----Une opposition orchestrée et des éléments de langage martelés à souhait
La "mise sous cloche", la "réserve d'indiens", le "gaspillage de l'argent public"... Ces arguments, mots pour mots, reviennent à la fois dans la bouche des agriculteurs et des industriels. Comme si l'opposition au projet avait été parfaitement orchestrée, jusqu'aux éléments de langage à marteler dans les médias...----- Les "technocrates et les fonctionnaires" en prennent pour leur grade...
La FDSEA (fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles) avait convoqué la presse ce mercredi pour clarifier sa position : soucieuse, elle est opposée au PNR.  "On ne veut pas être parqués, on ne vaut pas devenir une réserve d'indiens", relate sommairement Yannick Fialip, le Président de la FDSEA de Haute-Loire. Une expression et un argumentaire que l'on retrouve (étrangement) dans la bouche d'un "collectif d'industriels implantés sur le périmètre de ce projet", qui a décidé d'adresser une lettre ouverte à Guy Vissac. Les "technocrates et les fonctionnaires" en prennent également pour leur grade...
Second argument : une mauvaise gestion de l'argent public et des frais de fonctionnement indécents. Les industriels, qui revendiquent représenter "plusieurs centaines d'emplois sur le territoire du PNR", déclarent : "la structure pléthorique du PNR [...] conduira à utiliser l'argent public essentiellement pour financer des postes de fonctionnaires. [...] On ne peut que dire STOP au PNR et à la gabegie de fonds publics qu'il génère".
Interrogé au micro de Zoomdici, Yannick Fialip tient un discours extrêmement semblable...

"On essaie de sauver les saumons, les loutres ou les écrevisses... mais il y a aussi des agriculteurs qui crèvent"
Du côté des agriculteurs, si on passe le couplet sur la "mise sous cloche", la "réserve d'indiens", ou le "gaspillage de l'argent public", on explique que le lobby écologiste était de nature à inquiéter, en particulier sur la thématique du loup. "Dans cette charte, 95 % des critères environnementaux n'apportaient absolument rien à notre économie locale", proteste Michel Dumas, agriculteur de Venteuges siégeant à la chambre d'agriculture. 
"C'est quand même fou", poursuit-il, "on essaie de sauver les saumons, les loutres ou les écrevisses... mais il y a aussi des agriculteurs qui crèvent. Après, on nous dit qu'il n'y a plus d'argent pour acheter nos produits, mais regardez le prix de ces études...". Le nom de haut-Allier était également "inadmissible" pour le territoire de Saugues et le Président de la FDSEA conclut : "ce parc était excluant pour certains territoires car c'est toute la haute-Loire qui a besoin de développement".

Où se situe le processus démocratique ?
Ce projet de PNR a été validé par diverses instances démocratiques où siègent des élus de la République (il a eu l'aval des votes et délibérations de 65 communes, deux régions, deux départements et dix communautés de communes). Comment expliquer que l'on puisse ainsi, du jour au lendemain, balayer d'un revers de main tout ce processus démocratique ?

Les défenseurs du PNR
Ils parlent pour leur part d'un "projet qui vise à bâtir un programme d'actions pour les 12 prochaines années, qui conjugue la préservation de nos patrimoines, le développement économique et social et d’augmenter la notoriété de notre territoire. L'objectif d'un Parc Naturel Régional n'est pas d'apporter une nouvelle réglementation, mais de miser sur la qualité de notre environnement comme facteur de développement et d'attractivité".
L’association de préfiguration réunit ce vendredi soir les élus du projet de Parc naturel régional des sources & gorges de l’Allier pour définir ensemble la réponse à donner au Président de la Région Auvergne Rhône-Alpes laurent Wauquiez. A l’issue de cette réunion, ils donneront une conférence de presse à St-Jean-Lachalm.

Maxime Pitavy

>> Et d'après vous, ce PNR est-il plutôt une "réserve d'indiens" ou une "chance pour dynamiser le territoire" ? N'hésitez pas à poster vos commentaires en bas d'articles. 

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire