Plus de 44 millions d'euros d'aides attribuées par le Conseil régional d'Auvergne

mar 24/02/2015 - 16:21 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:33

Le Conseil régional d'Auvergne a attribué plus de 44 millions d'euros d'aides lors de sa session de février. Le principal secteur aidé est la formation initiale et la formation tout au long de la vie, qui absorbe à lui seul 65 % des ces aides, soit 28 808 694 €.
On peut également relever, au rang des principaux secteurs aidés, le développement durable et l'aménagement solidaire des territoires, qui avec 8 511 237 € regroupe 19 % de ces aides. Notons également le secteur de la jeunesse, de la culture, des usages numériques, du sport et de la vie associative, qui concentre 11 % des aides, soit 4 614 035 €.
Enfin, les secteurs de l'environnement, de la mobilité et des transports, de la recherche, de l'innovation et de l'ensignement supérieur, ainsi que celui du développement économique sont très à la marge puisque, même cumulés, ils ne représentent que 5 % des aides totales.

  • Voici le détail des 44 millions d'euros d'aides attribuées par le Conseil régional d'Auvergne :


  • Parmi toutes ces aides, la rédaction de Zoomdici vous propose un focus sur certaines qui impactent directement la Haute-Loire. Notons qu'il y a également bien des projets qui impactent l'ensemble de la région, sans une déclinaison locale chiffrable.

Chambre d'agriculture : la plus petite aide pour la Haute-Loire
Dans le secteur du développement économique, on retrouve une catégorie ruralité et agriculture, à laquelle est attribuée 520 040 €. Au sein de cette aide, 60 311 € sont répartis entre les Chambres d’Agriculture des quatre départements auvergnats pour la mise en oeuvre du parcours à la conversion bio en 2015 (conduite, dans chacun des départements, de 18 entretiens et de 18 bilans auprès d’agriculteurs en phase de réflexion ; 10 accompagnements technicoéconomiques et 10 suivis auprès d’agriculteurs en phase de conversion).
15 407 € sont alloués à la Chambre d’Agriculture de l’Allier, 15 457 € à celle du Cantal, 15.531 € à celle du Puy-de-Dôme et seulement 13.916 € à celle de Haute-Loire.

----21 700 € pour le 1er magasin de producteurs 100 % bio de la région
La somme de 21 700 € est allouée à l’association « À la Source » pour la création d’un point de vente collectif de producteurs bio, 1er magasin de producteurs 100 % bio de la région Auvergne, sur la commune de Saint-Pierre-Eynac.-----21 647 € à Haute-Loire Biologique
L'association altiligérienne a obtenu une aide de 1 843 € pour le financement d’une prestation de huit jours du poste d’animation de Haute-Loire Biologique pour la réalisation de 18 entretiens contractualisés avec l’agriculteur, en binôme avec le conseiller spécialisé bio de la Chambre d’agriculture de Haute- Loire, dans le cadre du parcours à la conversion.
Cette aide s'accompagne de 19 804 € pour la réalisation de son programme d’actions intégrant 172 jours de missions régionalisées (frais liés à la mission et frais d’impression pour la boîte à outils « Restauration d’entreprise »).

18 408 € pour la formation de salariés de Vorey
Dans le secteur formation professionnelle tout au long de la vie, 88 727 € sont alloués par la Région au titre du fonds d'intervention formation pour répondre à trois demandes de financement. L'une d'elle correspond à une entreprise de Haute-Loire : la SARL Derocle Développement, basée à Vorey-sur-Arzon.
L’entreprise Derocle Développement, holding relevant du secteur du caoutchouc, souhaite mettre en place un plan de formation au profit de l’ensemble de ses salariés pour redynamiser l’équipe en vue d’une meilleure efficience collective.
Cette formation au management et au pilotage stratégique, prévue pour quatre cadres et trois techniciens, est essentielle au projet de développement de l’entreprise. Dans le cadre du Fonds d’Intervention Formation (axe contrat de continuité professionnelle – public salarié), la Région accorde à la SARL une aide 18 408 €.

Pour tripler les étudiants en alternance, une subvention pour l’équipement des plateaux technologiques des Campus d’Aurillac et du Puy-en-Velay
On retrouve également dans le secteur formation la catégorie apprentissage. Une enveloppe de 24 779 986 € y est consacrée. Une aide de 19 688 786 € est allouée aux 23 CFA auvergnats. Avec l'ambition de tripler le nombre d'alternants dans l’enseignement supérieur sur les sites universitaires d’Aurillac, du Puy-en Velay et de Montluçon, la Région a décidé de prendre part à des investissements sur les plateaux techniques respectifs.
Ainsi, le Conseil régional d'Auvergne accorde une subvention globale de 1 591 200 € aux universités auvergnates, dont 670 000 € sont attribués à l’Université d’Auvergne pour l’équipement des plateaux technologiques des Campus d’Aurillac et du Puy-en-Velay. Notons que le seul campus de Montluçon bénéficie lui de 921 000 €.

Une société yssingelaise aidée pour l'acquisition d’un camion souffleur
Dans le secteur de l'environnement, dont l'aide totale est de 406 319 €, la Haute-Loire bénéficie de 5 950 € pour la Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) ERE 43 à Yssingeaux, grâce au dispositif Plan Bois. La Région, l’ADEME et les quatre Départements aident financièrement les études et les investissements nécessaires au développement de la filière bois énergie en Auvergne.
Dans le cadre de la convention État-ADEME-Région 2014, la Région attribue un total de subventions de 123.475 € dont 5.950 € à ERE 43 (SCIC Énergies renouvelables et environnement) pour financer l’acquisition d’un camion souffleur.

156 500 € pour le SMAT du Haut-Allier
Toujours dans le secteur de l'environnement, les projets de parcs naturels régionaux sont également aidés. C'est le cas du Syndicat mixte d’aménagement (SMAT) du Haut-Allier, qui bénéficie d'une aide de 156 500 €. Crée en 1984, le SMAT rassemble aujourd’hui huit Communautés de communes représentant 112 communes ainsi que le département de la Haute-Loire.
Ses missions relèvent du développement durable avec des projets fondés sur un environnement de haute qualité (appui à la création de la salmoniculture du Haut-Allier, accompagnement de la création du Conservatoire Botanique National du Massif Central, portage du Pays d’art et d’histoire, etc.). La Région lui a également confié la maîtrise d’ouvrage déléguée pour la requalification du site du Mont-Mouchet ainsi que pour la gestion du musée du Mont- Mouchet depuis la saison 2007.

Les festivals de Craponne et de la Chaise-Dieu bénéficient de davantage de subventions de la région que du Département
Dans le secteur Jeunesse, culture, usages numériques, sport et vie associative, l'aide pour l'ensemble des festivals auvergnats est de 612 000 €. Deux festivals de musique de Haute-Loire sont accompagnés par le Conseil Régional : le Festival Country Rendez-vous, qui recevra pour sa 28ème édition 37 000 € et l’association Festival de La Chaise-Dieu qui bénéficiera d'une aide de 165 000 € pour la 49ème édition de son festival en 2015.
Notons que pour ces festivals respectifs, les aides du Conseil général pour 2015 (l'ensemble des subventions sont consultables ici et ) sont de 21 713 € pour le Festival Country Rendez-vous de Craponne-sur-Arzon et de 155 800 € pour le festival de la Chaise-Dieu.

Un groupement de commandes commun aux régions Rhône-Alpes et Auvergne pour réaliser des économies d'échelle
La loi prévoit la constitution d’une nouvelle région formée des actuelles régions Auvergne et Rhône-Alpes à partir du 1er janvier 2016. Un travail en partenariat est désormais nécessaire afin d’assurer la continuité du service public, d’une part s’agissant des règles de fonctionnement relatives à l’assemblée, aux finances, aux ressources humaines, aux affaires juridiques, à l’informatique et aux moyens généraux, et d’autre part concernant les différentes politiques mises en oeuvre par les deux régions (formation professionnelle, enseignement, aménagement des territoires, environnement, transports, action économique, etc.).
Pour faciliter ces travaux préparatoires, les deux régions ont décidé de constituer un groupement de commandes comme le prévoit l’article 8 du Code des Marchés Publics. Il permettra de lancer des marchés en commun et de choisir un ou des prestataires communs aux deux régions. Cette formule donne ainsi la possibilité d’associer les maîtrises d’ouvrage des deux régions dans le but de réaliser des économies d’échelle, en unifiant les ressources et les compétences de chacun, avec rapidité et efficacité.
Lors de cette commission permanente de février, les termes du projet de convention constitutive du groupement de commandes, relatif aux travaux préparatoires à l’union des deux Régions, ont été approuvés.

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire