Plus de 200 agents grévistes envahissent la mairie du Puy

mar 28/11/2017 - 16:12 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:49

Cette fois-ci, ils répondaient à un appel intersyndical, ce qui justifie que la mobilisation soit tant montée en gamme (plus de trois fois plus) par rapport aux 70 agents contestataires du 14 novembre dernier, qui avaient été reçus par le maire Michel Chapuis.
Force Ouvrière et FSU ont ainsi gonflé les rangs des grévistes et outre la question du temps de travail, celle des frais de stationnement faisaient grincer des dents, tout comme celle des tickets restaurants et des sanctions de l'absentéisme.

Les agents contestataires s'invitent à la fête en pénétrant dans l'hôtel de ville
C'est pour dénoncer "un coup de force social", alors que leur temps de travail va être allongé "sans contrepartie financière", que 200 à 300 agents des trois entités (mairie du Puy, communauté d'agglomération et CCAS) se sont réunis devant la mairie du Puy-en-Velay entre 13h et 14h. 
Au moment où débutait la réunion avec le maire ponot Michel Chapuis et le vice-président de l'Agglomération Jean-Paul Bringer, les agents contestataires ont décidé de s'inviter à la fête en pénétrant dans l'hôtel de ville. Une initiative qui ne devait pas faciliter les négociations compte tenu des chants partisans scandés par les représentants syndicaux.

>> Zoomdici vous proposera un reportage plus complet au terme de la réunion entre les représentants du personnel et leurs employeurs, en l'occurrence Michel Chapuis et Jean-Paul Bringer, au nom des trois entités précitées. Sollicités, leurs réactions sont toujours attendue ce mardi soir.

Maxime Pitavy

  • Pour rappel, voici les principaux motifs de grief et les points sur lesquels portent les négociations de ce mardi après-midi  : 

Harmonisation du temps de travail : "un nivellement par le bas", selon les syndicats
En tout, ce sont pas moins de 1 200 personnels qui sont concernés (environ 200 au CCAS et 350 à la Ville, ainsi que 650 à l'Agglo du Puy) par les nouvelles mesures qui visent à une harmonisation du temps de travail entre les agents municipaux, ceux du CCAS et ceux de l'agglo du Puy.
En effet, les agents des trois entités sont amenés à travailler ensemble sans avoir les mêmes temps de travail, ni les mêmes avantages ou les mêmes salaires. C'est "pour des questions d'équité, de simplification de la gestion et pour ne pas freiner les mobilités internes entre ces structures", que la Ville du Puy justifie cette harmonisation des statuts, qui est "un nivellement par le bas", selon la CGT et FO.

Les 35h à la Ville du Puy feraient perdre 20 ETP
La mairie du Puy affirme suivre les recommandations de la Chambre régionale des comptes qui estime, dans son rapport de décembre 2015, que "l'accord 35h très favorable des agents de la Ville du Puy induit la perte de 20 ETP (ndlr : équivalent temps plein), soit un coût salarial estimé à 707 000 €". Les agents, "à une très large majorité" insistent les syndicats, ont exprimé leur désaccord de la modification de l'accord des 35h obtenu en 2002 et amélioré en 2011. 
Concrètement, les agents pointent du doigt une différence de 74 heures puisqu'on leur demande, pour le même salaire, d'effectuer 1 607 heures annuelles alors qu'ils en font actuellement 1533.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire