Plateau casadéen : une zone humide bientôt restaurée et accessible

Par A.Wa mer 28/04/2021 - 07:00 , Mise à jour le 28/04/2021 à 07:00

Le projet consiste à valoriser les milieux aquatiques et à développer l’éco-tourisme sur le territoire. Il s’agit d’aménager les abords de la zone humide pour permettre aux habitants et visiteurs d’accéder à cette aire protégée.

Ce vendredi 23 avril, de nombreux officiels* ont convergé dans les bois de Saint-Victor-sur-Arlanc. Ils ont pu accéder à la zone humide de la forêt du champs du Cros suite à la coupe d’épicéas à l’entrée nord du site. C’est l’ONF (Office national des forêts) qui s’en est chargé dans le cadre de ses missions de gestion sylvicole. Cette parcelle ne sera pas replantée afin de créer un cheminement accessible à tous à travers la zone humide. 
Dès 2020, l’EPAGE Loire-Lignon (Etablissement public d'Aménagement et de Gestion de l'Eau) et la municipalité de Saint-Victor-sur-Arlanc ont travaillé ensemble pour monter une action de "Valorisation des milieux aquatiques". C’est dans ce cadre que l’initiative a été retenue pour l’appel à projets « restauration écologique et valorisation d’aires protégées » du Plan France Relance de l’État (en tout 100 milliards d’euros financé à 40 % par l’Union européenne). L’EPAGE Loire-Lignon bénéficie ainsi d’une aide de 172 000 euros sur un montant total de 215 000 euros.
« La mesure vise à répondre aux besoins d’accès à la nature par les populations tout en améliorant leur cadre de vie dans un contexte d’adaptation au changement climatique », explique Raphaëlle Korotchansky, sous-préfète de Haute-Loire à la relance, car « l’État accompagne les collectivités et les autres gestionnaires d’espaces naturels pour réaliser des chantiers de restauration de sites ou de création d’infrastructures pour l’accueil du public dans les espaces et aires protégés, vecteurs d’emplois locaux et d’attractivité, notamment touristique ». 

Accéder à une zone protégée... pas pour la saccager

Mais ces touristes seront priés de respecter cette zone protégée car les objectifs affichés du projet prévoient aussi de « sensibiliser et d’éduquer à l’environnement et à la biodiversité ». Il s’agit aussi de favoriser l’accès des personnes handicapées aux milieux naturels, d’améliorer le cadre de vie des habitants, de développer l’éco-tourisme sur le territoire, de valoriser les milieux aquatiques et de soutenir le développement économique et l’attractivité de la commune.

30 milliards d’euros de l'État et l'UE pour la transition écologique

Plus globalement, la préfecture rappelle que le plan France Relance consacre 30 milliards d’euros à la transition écologique dans toutes ses composantes : préservation de la biodiversité, lutte contre l’artificialisation des sols, transition agricole, rénovation thermique des bâtiments publics et privés, production d’énergies renouvelables, décarbonation de l’industrie, mobilités et économie circulaire.

> Voir la liste des projets retenus en Haute-Loire pour le Plan France Relance

* Étaient présents :
- Jean-Luc Borie, maire de Saint-Victor-sur-Arlanc
- Jean-Marc Boyer, maire de Blanzac, représentant le sénateur Oliver Cigolotti (UDI)
- Jean-Paul Bringer, Vice-Président de la de CAPEV en charge de la compétence GEMAPI (Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations) et Président de l’EPAGE Loire-Lignon
- Agnès Delsol, Directrice départementale des Territoires (DDT) ajointe
- Michel Joubert, Président de la Communauté d’Agglomération du Puy-en-Velay (CAPEV)
- Raphaëlle Korotchansky, sous-préfète à la relance
- Karine Vincent, attachée parlementaire représentant le sénateur Laurent Duplomb (LR)

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

1 commentaire

ru

mer 28/04/2021 - 11:44

Jekyll and Hyde .... favoriser d'un côté , démolir de l'autre. On découvre petit à petit l'importance des zones humides et la nécessité de les préserver. Pour la déviation de la RNW 88 ce sont 20 hectares de zones humides qui vont être détruits... je n'ai pas entendu un seul des élus ou des décideurs élever la moindre protestation