Numérique : des métiers auxquels il faut rester connecté

jeu 17/05/2018 - 20:12 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:52

« Cloud », « Métadonnées », « Réseaux sociaux », Community Manager », etc. Si ces quelques mots ne vous ont pas fait fuir, c’est peut-être qu’ils signifient quelque chose pour vous. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour d’autres, ça veut dire beaucoup.

----Le Numérique en Haute-Loire
164 offres liées aux métiers du numérique, collectées par Pôle Emploi sur un an. Soit plus 16,3 % d’une année à l’autre. Toutes les offres n'ont pas été pourvues.-----Et notamment pour les entreprises du numérique qui peinent à recruter, à l’instar de la société ponote, Maskott, spécialisée dans la création et distribution d'outils numériques pour l'apprentissage et la formation. « Nos besoins sur le Puy sont assez simples . Nous avons besoins de ressources humaines qui vont travailler sur le développement de nos applications » précise Romain Gibert, représentant de la société Maskott contrainte d'ouvrir une antenne à Lyon pour répondre à ses besoins en termes de recrutement.

A cause d’une pénurie de formations ce à quoi s’ajoute une difficulté d’attirer des candidats expérimentés au Puy-en-Velay, l’entreprise ponote doit imaginer d’autres stratégies de recrutement. « On fait le forcing, on participe à des actions comme celle de Pôle Emploi », lance Romain Gibert.

Aller à l'encontre des préjugés
En effet, ce jeudi 17 mai 2018, dans le cadre du Plan d’investissement compétences (PIC) lancé par le Gouvernement, le Pôle Emploi du Puy-en-Velay a organisé un premier atelier -- d'une longue série qui s'étalera jusqu'au 31 décembre 2018 -- sur le thème des métiers numériques mettant en relation des demandeurs d’emploi, des recruteurs et des centres de formation. Cet atelier, en plus d’éventuellement ouvrir des portes aux demandeurs d’emplois ; va à l’encontre des préjugés que l’on peut avoir sur les métiers du numérique.

D’abord l’image très restreinte que l’on a du secteur. « Le numérique ce n’est pas que du développement. C’est aussi de l’installation et de la maintenance de télécoms, la réalisation de contenus multimédia ou encore la réparation de biens électroniques domestiques etc », explique Patrick Vassal, directeur du Pôle Emploi du Puy-en-Velay.

----Le PIC
Le plan d’investissement compétences s’oriente vers des publics qui ont un niveau bac maximum pour leur permettre d’acquérir un minimum de compétences par le biais de différentes formations misent en place et financées par Pôle Emploi entre autres.-----De nombreux autodidactes
Autre préjugé, le secteur du numérique est réservé aux personnes ayant un bac+4, bac+5. Faux, « j’en suis le premier exemple puisque je n’ai pas de formation dans le numérique. Chez Maskott, il y a d’autres exemples de salariés qui n’ont pas de formation initialement dans le numérique, intervient Romain Gibert. C’est un secteur où il y a beaucoup d’autodidactes capables de s’inscrire dans un métier juste en ayant la passion et la curiosité et l’envie de se former. »

Une mobilité presque obligatoire
Reste que les métiers du numérique sont très peu représentés en Haute-Loire. La mobilité est de mise pour les candidats intéressés. Toutefois le déplacement restera raisonnable car l’Auvergne-Rhône-Alpes est la deuxième région française qui recrute le plus dans ce secteur. Lyon et Saint-Étienne étant les villes les plus actives numériquement parlant. « Mais on a quelques entreprises locales qui ont des besoins et nous voudrions les accompagner pour maintenir leurs postes localement. C’est pour cela que nous allons mettre en place un accompagnement auprès des entreprises par le financement de formations » conclut le directeur de Pôle Emploi.

Stéphanie Marin

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire