Nouvelle agglo : 14 sièges pour la majorité ponote, un seul pour l'opposition

mer 02/11/2016 - 21:22 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:43

Les élus municipaux du Puy-en-Velay se sont réunis ce mercredi 2 novembre à 18 heures pour désigner ceux d'entre eux qui siégeront à la grande agglomération mise en place dès le 1er janvier 2017.
Des changements de taille au 1er janvier 2017
L’Agglo du Puy va s’étendre pour englober la communauté de communes de l’Emblavez, du pays-de-Craponne, de La Chaise-Dieu, des Portes d'Auvergne ainsi que deux autres communes : celles de Saint-Hostien et du Pertuis. Cette nouvelle intercommunalité va donc regrouper un total de 71 communes. Ce sont 95 élus communautaires qui les représenteront. La cité ponote a le droit à 15 sièges. Les élus ont voté à l’unanimité le schéma départemental de coopération intercommunale. D'après elle, chaque commune doit bénéficier d’au moins un siège, le nombre d’élus doit être proportionnel à la population et une commune ne peut pas représenter plus de la moitié des sièges.
Assez de places pour le monde rural ?
Laurent Johanny (PS), leader de l’opposition, a simplement souhaité faire une remarque : « On a le devoir d’accueillir correctement les autres communes. Craponne perd un de ses deux conseillers, ce qui est regrettable puisqu’on a besoin d’entendre les requêtes du monde rural ». Remarque peu appréciée. « C’est exactement l’inverse : Le Puy, Vals ou d’autres communes perdent des sièges donc on privilégie l’espace rural », a rétorqué Michel Chapuis (UDI), maire du Puy.
Une attribution des sièges sans surprise
La majorité a donc proposé une liste de 15 noms sous le nom « Ensemble gardons le bon cap », l’opposition : une de quatre « Le Puy en avant ». Trois assesseurs volontaires (Brigitte Benat, Françoise Gauthier-Willems et Charlotte Ollagnon), ont dépouillé les bulletins. Sans surprise, la majorité a reçu les votes de tous ses membres : 29. Et l’opposition en a eu quatre. Selon la législation, ce sont donc 14 sièges qui reviennent à la majorité contre un seul pour les élus minoritaires.
Des aménagements à prévoir sur le nouveau parking
À l’issue de ce vote, deux questions diverses ont été abordées par les élus d’opposition. La première concerne le nouveau parking privé créé en retrait de l’avenue Foch. Didier Alibert a souligné : « Il est situé en zone rouge du PPRI (Plan de prévention du risque inondation, ndlr) ». En effet, dans ces zones à risque, la réglementation précise que le nombre de places est limité à 50 et qu’un obstacle doit être mis entre les places et le cours d’eau. Mais ce n’est pas tout, l’élu d’opposition s’est aussi étonné de l’absence d’un système de récupération d’eau ainsi que de celle d’une signalétique pour interdire aux automobilistes de couper l’avenue Foch. Ginette Vincent s’est chargée de répondre. « L'aménageur a une autorisation pour 49 places, plus une place handicapés (…) Il doit faire attention à la signalétique, notamment sur l'interdiction de couper la route, et placer un dispositif anti-embâcle, le but étant d'éviter le départ des voitures dans la rivière. Ce peut-être un mur, une barrière, ou des pieux. Par ailleurs, son aménagement ne nécessite pas d'implantation d'un système de séparateur à hydrocarbure. La DDT (Direction départementale des territoires) l'a même déconseillé. En effet, pour les parkings, le traitement des hydrocarbures est assuré par la filtration des fossés et espaces verts. » Pour l'opposition cette réponse n'est pas satisfaisante, mais privée de parole après cette intervention, les élus se sont exprimés via le blog de Laurent Johanny. Il y aurait 85 places en location. Et les eaux souillées seraient directement rejetées dans le Dolaison, photo à l'appui.
Autre parking, autre débat
Par ailleurs, le stationnement créé sur la seconde partie de la place Michelet, à l’ancien emplacement des bus scolaires, fait également débat. « Sans aucune concertation, mais c’est une habitude, vous avez créé 85 nouvelles places pour les voitures en ignorant les autres moyens de transport (…) quant à la station de recharge électrique, ne serait-ce pas possible d’y faire recharger des vélos ? Pour favoriser ce mode de transport, on pourrait imaginer qu’une place de 2,5 mètres leur soit réservée tous les 20 stationnements », a proposé Laurent Johanny. Sans attendre, Michel Chapuis a tranché. « On a rendu la place au stationnement. C’était très attendu par la population et c’est très apprécié des commerçants. (…) Pour l’ombrière, des techniciens viennent prochainement voir s’il est possible de mettre des prises pour les vélos. (…) On a fait le calcul, nous avons environ 3 000 places de parking. Si on met 8 à 9 vélos dans les emplacements que vous proposez, ça ferait presque 1 500 vélos. Ce n’est pas adapté à notre ville. » Le maire a fait la longue énumération de tous les emplacements des emplacements prévus pour garer les vélos. « Et à chaque rue que nous réaménageons, nous pensons aux vélos », a-t-il ajouté avant de clôturer le conseil municipal.

Emma Jouve

Liste des élus municipaux désignés pour siéger à l'Agglo :
- Huguette Portal,
- Pierre Robert,
- Caroline Barre,
- Willy Guieau,
- Corinne Goncalves,
- Éric Raveyre,
- Brigitte Benat,
- Michel Chapuis,
- Elisabeth Raffier,
- Jean-Dominique Toussaint,
- Catherine Chalaye,
- Yves Devèze,
- Ginette Vincent,
- Guy Chouvet,
- et Laurent Johanny.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire