Naissance de RÉZO 43, pour reprendre le flambeau des spectacles vivants

mar 17/01/2017 - 09:20 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:44

Les diffuseurs du spectacle vivant qui se rangeaient sous la bannière de Haute-Loire Musique Danse (HLMD), association en cours de dissolution, se sont retrouvés ce mercredi 11 janvier 2017 à Saint-Germain Laprade.
L’objectif était de mettre sur les rails RÉZO 43, une nouvelle association reprenant le flambeau. Une assemblée générale constituante dans une urgence relative : celle du lancement du festival Atlilive 2017, qui se déroulera du 4 mars au 8 avril.

Une quarantaine de membres
Cette association va démarrer avec une quarantaine de membres, représentant 28 structures de diffusion, sur la totalité des communautés de communes ou d’agglomération du département. « Sont concernés par Rézo 43, les diffuseurs qui sont attachés à une structure juridique privée ou publique, comme par exemple une association, une société, une collectivité, un syndicat  (…) les diffuseurs du département de la Haute-Loire et ceux qui, hors du département, sont liés par la notion de bassin de vie », ont précisé les animateurs de cette réunion.

----Un « RÉZO » qui s’élargit au secteur privé
Parmi les personnes présentes lors de cette assemblée générale constituante, plusieurs sont issues du secteur privé. Avec cette interrogation : « Pourquoi s’exclure ou être exclu d’une association comme RÉZO 43, quand on assure les mêmes missions de diffusion du spectacle vivant ? »
Bars, cinémas, écoles de musiques ou autres espaces privés... RÉZO 43 prend le parti de s’ouvrir à ces acteurs-là puisqu'un certains nombre de leurs propriétaires et/ou exploitants souhaitent s’investir. En abattant ce clivage privé/public, l’association naissante s’inscrit volontairement dans l’économie sociale et solidaire.-----Un espace ressource
RÉZO 43 entend bien devenir la référence en termes de ressources techniques en « créant les conditions d'échanges et de partage d’expériences autour des enjeux techniques de la profession, relevant de la réglementation, de la législation et de la gestion d’un équipement culturel, de la coordination des acteurs du réseau ». Elle sera également lieu de « formation pour ses membres, dans des domaines techniques, juridiques ou administratifs pouvant améliorer l’exercice de leurs fonctions ».
 
« Mise en œuvre de projets coopératifs »
La nouvelle association se veut aussi « un espace de développement artistique, créant les conditions d'échanges autour des spectacles vus, des questionnements artistiques liés à l’élaboration des projets de chaque établissement ». Elle sera aussi le lieu de « réflexions collectives, de mise en œuvre de projets coopératifs, de partenariats en coproduction, de commandes artistiques, de pratiques et d’actions culturelles développées en direction des différents artistes et publics concernés ». RÉZO 43 sera aussi « un espace de réflexion et de concertation sur les politiques culturelles publiques . Elle représente l’ensemble des diffuseurs adhérents auprès des partenaires et des tutelles ».

Participer à l’élaboration des politiques culturelles
Les acteurs précisent qu’ elle « peut organiser des échanges sur les problématiques touchant le spectacle vivant, intervenir et interpeller les institutions partenaires chaque fois que cela s’avérera utile par tous les moyens nécessaires. » Enfin, RÉZO 43 peut être amené à participer, aux côtés des collectivités, à l’élaboration et la mise en place des politiques culturelles.

Rendez-vous pris avec le Département
Un travail concerté que l’association entend bien d’emblée proposer, tout comme elle va collaborer avec le Département sur la réalisation de l'Altilive 2017 qui aura lieu du 4 mars au 8 avril, notammnent en termes de communication. À ce sujet, une rencontre est prévue à l’Hôtel du Département ce jeudi 19 janvier.

J.J.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire