Monistrol : la publication assistée par ordinateur c'est aussi de l'art

mar 04/04/2017 - 04:17 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:45

Parmi les nombreux artisans qui ont participé aux Journées européennes des métiers d'art du 31 mars au 2 avril derniers, Zoom sur Systycom. 
Originaire de Bas-en-Basset, Amélie Queiras envisageait tout d'abord une carrière dans le social. C'est en passant par la filière sociologie et en finissant par un Master des constructions des idées collectives qu'elle s'oriente finalement vers le milieu de la communication.

En enchaînant plusieurs emplois pendant ses études et de nombreux stages, elle a commencé à s'intéresser à ce métier, tout en étant présente dans le domaine social par le biais d'entreprises telles que la Smerra qui forme des jeunes recruteurs.
1 à 3 mois de gestation pour une identité visuelle
Dans la région, nombreuses sont les personnes voulant devenir entrepreneurs et ouvrir leur propre boîte. C'est en mai 2011 qu'Amélie Queiras passe le cap. Elle fonde Systycom.
C'est à Marseille qu'est née son entreprise, aprés avoir travaillé près de trois ans en tant que salariée chargée du partenariat dans la communication au sein d'une entreprise. Aujourd'hui, Systycom est implanteé à Monistrol-sur-Loire, sur la zonne industrielle de Chavanon. Amélie Queiras est formatrice en stratégie de communication globale. Elle intervient auprès des entreprises et des collectivités pour des projets ponctuels ou des missions de longue durée. Elle a créé Systycom pour accompagner les entreprises dans le démarrage ou le développement de leur activité.
Son métier consiste, entre autres, à donner une image visuelle à une entreprise, un travail qui peut durer entre un et trois mois, en fonction de la complexité du projet.
"Les petites entreprises qui n'ont pas de gros budgets voit une alternative aux agences qui proposent les mêmes services", explique la trentenaire. Pour donner un ordre d'idée, les prix en agences avoisinent les 10 000 euros tandis que ceux de Systycom ne dépassent pas souvent les 3 000 euros, somme non négligeable quand on commence à se mettre à son compte.

Des conseils
Autre mission de la jeune femme, vérifier les prix des prestations proposées car, explique-t-elle en substance, parfois certains entrepreneurs ne se rendent pas compte en proposant certains prix; ils ne font pas assez de marge pour pouvoir vivre. Le but est aussi de trouver une cohérence entre la prestation proposée et les prix qui pourront permettre la "survie" de l'entreprise. Au-delà des prix, les projets peuvent être très hétérogènes, allant du haut de gamme à la moyenne gamme.  De temps à autres, Amélie Queiras travaille aussi pour des PME dont elle se charge de la communication, lors des missions qui lui sont confiées.  Dans ses réalisations, il s'agit véritablement de donner vie à l'entreprise par la communication visuelle. 

S.E.

 

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire