''' Mais que fait le déneigement ? '''

jeu 17/11/2016 - 13:17 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:44

Depuis le vendredi 4 novembre 2016 et jusqu'au lundi 20 mars 2017 (sous réserve des conditions météorologiques à cette date), le Département a activé son dispositif de viabilité hivernale.
Jean-Pierre Marcon, le président du Département, accompagné de Joseph Chapuis, son vice-président en charge des routes, ont présenté les moyens mis en place cette année pour assurer des routes départementales praticables dans les conditions hivernales imposées par certaines particularités du département de la Haute-Loire. 

"On ne peut pas enlever la neige avant qu'elle ne tombe"
Chaque hiver, les usagers de la route grognent et se posent des questions : comment se fait-il que les routes ne soient pas déneigées à dix heures du matin ? Ou encore, pourquoi le service des routes n'a pas salé ce soir ? « Ce que la population ne sait pas, c'est que nous avons déjà des équipes qui déneigent admettons vers cinq ou six heures du matin, donc effectivement à dix heures, il est possible de retrouver un peu de neige sur les routes. Pour ce qui est du salage, c'est la même chose, nous essayons toujours d'agir en amont pour éviter les mauvaises surprises. Malheureusement, on ne peut pas enlever la neige avant qu'elle ne tombe », répond Jean-Pierre Marcon.

De nouveaux moyens mis en place
Pour pallier les difficultés d'un hiver rigoureux, l’État et le Département de la Haute-Loire se sont mis d’accord sur les parcours d'intervention prioritaires pour l'hiver 2016-2017. En effet, les axes de l'A75 et des national 88 et 102 bénéficient, 24 heures sur 24, d'une intervention des équipes de la DIR (direction interrégionale des routes) Massif Central. Pour les routes départementales, les équipes du Conseil départemental agissent entre six heures du matin et neuf heures du soir.

320 agents à pied d'oeuvre
Le Département, qui a réalisé des économies l'hiver dernier, met l'accent sur une réelle disponibilité de ses agents. Au total, 320 agents sont mobilisés cet hiver, avec un peu moins d'une centaine de véhicules, ce qui est conséquent pour la Haute-Loire. Le coût de la viabilité hivernale pour l'année 2016-2017 est estimée entre 2,5 millions et 5 millions d'euros, auxquels sont rajoutés les amortissement en termes de personnels et de machinerie.

----La Haute-Loire avec 719 mètres d'altitude en moyenne, est le troisième département le plus montagneux de France.-----Un département pas comme les autres
Le président du Conseil départemental insiste lourdement sur la particularité de la Haute-Loire d'être relativement peuplée et active dans une altitude moyenne assez élevée. « Nous sommes dans un département qui n'est pas un département comme les autres. 60 % du réseau routier se trouve à plus de 800 mètres d'altitude, ce qui rend les choses tout de suite plus compliquées », confie-il.
Jean-Pierre Marcon poursuit : « L'activité économique de la Haute-Loire est importante, de nombreux poids lourds empruntent chaque jour nos routes. Si les services de voirie ne sont pas suffisants, c'est notre économie qui est en jeu ». L'objectif est de permettre à la population de se déplacer le plus aisément possible sur l'ensemble du réseau routier de Haute-Loire.

Quelques conseils avant de prendre la route
Eric Maire, préfet de la Haute-Loire, invite les usagers de la route à la prudence : « Il est important de bien s'informer avant de s'engager sur les routes, ensuite il faut impérativement équiper sa voiture, pneus neige par exemple. Enfin, je rappelle que tout conducteur doit adapter sa conduite aux diverses situations, en roulant lentement et à bonne distance. En aucun cas, les usagers ne doivent dépasser un engin de service hivernal, quand celui-ci est en action », explique t-il.

M.C.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire