Limitation à 80 km/h : les opposants annoncent du lourd

ven 02/02/2018 - 16:42 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:51

Ils promettent d’être nombreux. Ce samedi 3 février 2018, au Puy, des motards, des automobilistes, des routiers, des taxis, des ambulances feront un tour de ville remarqué. Ils entendent protester contre la limitation de vitesse à  80 km/h au 1er juillet. Une mesure qui concerna 400 000 kilomètres de routes secondaires à double sens, sans séparateur central, à travers la France.

----Entre 1 000 et 1 500 élèves sont sensibilisés chaque année en Haute-Loire par la FFMC au sein de leurs établissements.
-----Depuis le 9 janvier et l'annonce officielle de la décision du gouvernement, des actions sont menées, notamment en région parisienne. C’est la première manif de ce genre en Haute-Loire. La Fédération des motards en colère (FFMC 43) a réuni tous ces acteurs de la route. Son co-coordinateur, Richard Col, explique ce qui va changer au 1er juillet.

Le rassemblement est prévu à partir de 14h30, samedi, au parking poids lourd de la rocade d’Aiguilhe. Une délégation sera ensuite reçue par le préfet Yves Rousset, lui-même, à 17h30.

Trois questions à Richard Col

Zoomdici : Les voitures et les poids lourds limités à la même vitesse : en quoi cela pose souci ?
Richard Col : « Si un poids lourd suit une voiture, en cas de ralentissement soudain, les distances de freinages ne sont pas les mêmes. Ça nous fait un peu peur. »

Vous dîtes que les conducteurs sont moins vigilants s’ils roulent moins vite ?
Richard Col : « Oui, ils auront tendance à être plus sur leur téléphone en roulant, d’admirer le paysage, de discuter… Essayez-le, prenez la route de Clermont et mettez votre régulateur de vitesse à 80km/h, vous verrez que vous serez plus du tout attentif. Qui plus est, si vous vous retrouvez derrière un ensemble routier, vous ne pourrez pas le doubler sous peine d’être en excès de vitesse, donc vous resterez derrière et automatiquement vous n’aurez aucune visibilité, donc aucune anticipation possible. Alors ça risque d’avoir l’effet opposé à ce que prévoit el gouvernement. »

Quelles actions la FFMC mène-t-elle pour sécuriser les routes de Haute-Loire ?
Richard Col : « Nous faisons remonter à la préfecture les zones accidentogènes. Dernièrement, un collègue est allé prendre des photos à Fix Saint-Geneys parce que des bandes blanches avaient été posées, mais sur route mouillée, personne ne pouvait s’arrêter tellement c’était glissant. Dans les 15 jours suivants, la peinture a été refaite avec un anti-dérapant. En plus, nous allons bientôt signer une charte avec la préfecture. La FFMC sera désormais consultée à chaque modification des infrastructures routières. »

Propos recueillis par Annabel Walker

> Lire nos articles précédents :

Réduction à 80 km/h : le Sénat crée un groupe de travail sur la sécurité routière Date : 24/01/2018

La réduction à 80km/h va "particulièrement toucher les zones rurales" Date : 12/01/2018

Réduction de la vitesse à 80km/h : quels sont les résultats de l'expérience ? Date : 05/01/2018

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire