L'Etat aide les agriculteurs contre les attaques du loup

jeu 22/04/2021 - 14:00 , Mise à jour le 22/04/2021 à 14:00

Compte tenu des attaques de loups constatées en 2020 dans les départements limitrophes de la Haute-Loire (Cantal, Ardèche, Lozère), la protection des troupeaux ovins et caprins est toujours subventionnée en 2021 dans certaines communes de Haute-Loire.

Voici le communiqué de presse partagé la préfecture concernant la reconduction en Haute-Loire de la mesure cofinancée par l'Union Européenne (Feader) et l'Etat en faveur de la protection des troupeaux contre la prédation des loups

"L’arrêté préfectoral 2021-025 disponible sur le site internet de la préfecture définit les communes dans lesquelles les agriculteurs sont éligibles à une aide financière pour mettre en place des mesures de protection contre la prédation du loup.

En 2021, l’aide financière peut être accordée pour :

  • l’entretien et l’achat de chiens de protection
  • l’étude de vulnérabilité des troupeaux
  • l’accompagnement technique des éleveurs
  • les parcs électrifiés (uniquement pour la commune de Saint-Etienne-du-Vigan).

Le dossier de demande, ainsi que la notice explicative, sont disponibles sur le site internet du Conseil régional.

Le dossier papier complété doit être envoyé par courrier ou déposé à la DDT43 (Service Économie Agricole et Développement Rural, bureau Projets d’Exploitation et AgriEnvironnement) avant le 30 juin 2021. Pour tout renseignement, vous pouvez contacter le gestionnaire des aides à la protection des troupeaux de la DDT de la Haute-Loire au 04.71.05.83.94".

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

1 commentaire

lo

ven 23/04/2021 - 08:46

Ce serait bien que quelqu'un puisse une bonne fois pour toutes, expliquer à quoi sert ce prédateur si ce n'est causer des problèmes aux éleveurs et balancer l'argent par les fenêtres pour les dédommager ! Je veux bien admettre que cette espèce est protégée du fait de sa quasi disparition dans notre Région, quoique...mais il le semble que les éleveurs ovins en particulier, ont bien d'autres soucis que d'aller pleurer une quelconque indemnisation.