Les métiers du bâtiment dans les mains des collégiens

Par Macéo Cartal mar 16/03/2021 - 06:55 , Mise à jour le 16/03/2021 à 06:55

Les collégiens de Pôle de La Chartreuse à Brives-Charensac ont découvert le temps d’une journée tous les pans du bâtiment qui interviennent dans la construction d’une maison. Cette initiative est le fruit d’un partenariat entre le Pôle de la Chartreuse et la CAPEB.

Voici quatre ans le collège privé de La Chartreuse à Brives-Charensac, en collaboration avec la CAPEB (Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment), donne la possibilité aux élèves de 4e et 5e de SEGPA (Section d'enseignement général et professionnel adapté) de découvrir le monde du bâtiment, avant la redoutée mais néanmoins cruciale orientation.

Une journée pour construire une maison

Sur une journée, une classe entière se glisse dans la peau d’artisans du bâtiment dans le cadre d’une initiation à la construction. Le matin, c’est une approche plus théorique qui a été proposée aux élèves du collège. Ils ont ainsi découvert les différentes facettes des métiers du bâtiment, les matériaux, leur rôle dans la construction d’une maison par exemple. Les jeunes sont également sensibilisés à l’évolution de l’habitat et à la réflexion d’écologie et d’économies d’énergie. L’après-midi, les collégiens passent à l’action. Ils se lancent alors, encadrés par deux intervenants artisans et membres de la CAPEB, dans la construction d’une petite maison. Carrelage, fenêtre, installation électrique, toiture ou encore plomberie, chaque élève choisit sa spécialité afin de mener à bien ce travail de groupe.

Les collégiens en train de s'affairer sur le carrelage Photo par Macéo Cartal

Faire reconnaître les métiers du bâtiment et susciter des vocations

Le but de cet atelier est d’abord de faire découvrir des métiers qui ne sont, bien souvent, pas appréciés à leur juste valeur. « Pendant longtemps, les métiers du bâtiment ont été considérés comme des sous-métiers. Aujourd’hui, on veut leur montrer que quelqu’un qui sait travailler avec ses mains est très demandé et qu’il est possible de faire une belle carrière et de gagner de l’argent », indique Dominique Fauvet, artisan peintre, un des deux intervenants de la CAPEB.

« J’ai été vraiment surpris par ce que certains sont capables de faire ! » Philippe Gommet

Cet atelier est aussi là pour faire découvrir ces métiers aux jeunes qui ne les connaissent pas. Ce qui est sûr, c’est que cette activité a attisé la curiosité des élèves. À notre arrivée, en milieu d’après-midi ce jeudi 11 mars, le groupe de 4e générale sur place, était en train de finaliser l’installation électrique de leur construction. L’instant fatidique approche. Un des élèves actionne l’interrupteur de la lampe… mais rien ne se passe. À ce moment-là, un autre élève observateur remarque : « le compteur électrique est sur OFF ! ». L’intervenant de la CAPEB lui indique donc d’actionner le compteur. Le jeune exécute, actionnant un a un les boutons de ce compteur. La tension est palpable, l’attente est presque longue. Et là, la lampe s’allume, et la salle résonne des cris de joie des élèves qui font face au résultat concret de leur travail effectué peu de temps avant.

La classe de 4e2, encadré par deux intervenants de la CAPEB Photo par Macéo Cartal

Même si certains sont moins sensibles à ce genre de réalisations, d’autres semblent vraiment les apprécier. « On sent que certains se plaisent vraiment dans ce travail. J’ai même été vraiment surpris par ce que certains sont capables de faire ! » félicite Philippe Gommet, artisan menuisier à Beauzac, l’autre intervenant de la CAPEB.

Le monde du bâtiment au féminin

Lors de notre intervention, nous avons eu affaire à une classe mixte, où la parité numérique entre les filles et les garçons était quasi parfaite. L’occasion de voir que le bâtiment au féminin prend de l'’ampleur. « On voit certaines filles plus investies même que certains garçons, même si c’est plus sur le domaine de la peinture par exemple, mais pas que heureusement », remarque Philippe Gommet. Ce dernier se réjouit d’ailleurs que de plus en plus de femmes intègrent le milieu du bâtiment. Selon une étude de la CAPEB en 2018, les femmes représentent 13 % des salariés des entreprises artisanales du bâtiment en France. Une hausse de plus de 4 % sur l’année précédente.

« Il y a bien des femmes qui conduisent des tractopelles et plein d’engins de chantier », Pierre, élève de 4e générale

Les élèves aussi sont sensibles à cette intégration. « C’est important parce que ça apporte peut-être une certaine fraîcheur et ça change un peu », indique Célia, élève de 4e générale. « Même si les filles font peut-être plus de la peinture par exemple, elles apportent vraiment quelque chose », ajoute Maëlle. Pour les jeunes garçons également, la présence de femmes dans ce milieu « d’hommes » n’a rien de plus normal. « Il y a bien des femmes qui conduisent des tractopelles et plein d’engins de chantier, c’est la preuve qu’elles font exactement comme nous », indique Pierre, de 4e générale. « Il y en a même qui conduisent des 44 tonnes ! », s’exclame Maé à son tour.

Forts de ce qu’ils ont appris, ces élèves connaissent à présent les différents corps de métiers qui interviennent lors de la construction d’un habitat. Certains semblent même avoir découvert une vocation, fortement appréciable à ce niveau où l’orientation est la prochaine problématique à laquelle ces jeunes vont avoir à répondre.

 

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire