Les francs-maçons rajeunissent, leurs idées aussi ?

mar 28/03/2017 - 16:36 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:45

« Je m'appelle Philippe Charuel, 62 ans, marié, deux enfants. J'habite Annecy mais je suis d'origine lyonnaise, j'ai fait toute ma carrière dans le secteur commercial ». La volonté de transparence est bien là pour le grand maître de la Grande loge de France, deuxième obédiance du territoire, venu au Puy-en-Velay, ce lundi 27 mars 2017, pour donner une conférence, à la Commanderie Saint-Jean.

----Le dépassement de soi
« Aller beaucoup plus loin, prendre conscience de ses imperfections, ayant décidé de les corriger, et trouver des réponses sur des sujets divers et variés », résume Philippe Charuel. Dépassement de soi aussi synonyme d'ouverture d'esprit : « D'autres vont venir pour se cultiver pour rencontrer des gens d'autres horizons et cela permettra d'ouvrir les yeux vers d'autres domaines. » Le grand maître, concernant l'entrée en franc-maçonnerie, conclut sur cette formule : «  Il y a ce qu'on est venu chercher, mais il y a surtout ce qu'on a trouvé ».-----Important patrimoine immobilier
Un lieu qui appartint aux Templiers, durant le Moyen-Âge, mais le trésor des francs-maçons de la Grande loge de France n'est, quant à lui, pas aussi fabuleux, même s'il nourrit sûrement également quelques fantasmes : « Nous avons un patrimoine immobilier qui est très conséquent, 84 sites qui sont importants. Le dernier en date que l'on a acquis, c'est de l'ordre de 8 millions d'euros ».  Franc-maçon depuis 33 ans, Philippe Charuel multiplie les conférences, justement « dans une volonté d'ouverture » et notamment en direction des jeunes, « cela faisait partie de mes objectifs annoncés, depuis que je suis grand maître, voilà deux ans : la moyenne d'âge des frères de la Grande loge s'est abaissée de dix ans et un tiers d'entre eux a moins de trente ans. »

«L'humain a perdu totalement sa place»
Et en effet, l'action de la Grande loge est très axée sur la jeunesse qui « manque de repères dans un monde de consommation à outrance, observe Philippe Charuel, les jeunes ont du mal à se projeter, on est complètement dans des addictions, notamment les portables, l'humain a perdu totalement sa place. » Un constat que beaucoup partagent, mais peut-être pas au-delà du « c'était mieux avant » qui s'invite alors dans le propos du grand maître : « On est loin du temps de nos arrière grands-parents qui, à la veillée, descendaient parler des choses essentielles de la vie, de la famille. »

L'inquiétude populiste
Mais visiblement beaucoup de jeunes sont sensibles à ce discours, notamment lors de récents colloques « pleins à craquer », selon Philippe Charuel, et organisés dans les grandes villes françaises : « On pourrait s'imaginer que c'est une question de génération, que cela convient bien, et quand on prend le temps d'échanger, on se rend compte qu'il n'en est rien du tout, qu'effectivement il y a un réel manque. » Les francs-maçons et Philippe Charuel se veulent comme au chevet de notre sociéte, où la montée des populismes est « une grande inquiétude, confie-t-il, je ferai notamment entre les deux tours des élections une déclaration et un communiqué officiel à ce sujet. »

----

La franc-maçonnerie en chiffres
La Grande loge de France, c'est 34.000 francs-maçons répartis sur 930 loges. En tout, la France compte 185 000 « frères ».
Concernant la Haute-Loire, Philippe Charuel fait état de trois loges - Grande loge, Grande loge féminine, Droit humain, à raison de 35 à 45 personnes par loge.
Il évoque aussi quatorze grandes obédiences en France.

-----Peur des persécutions
Pour le grand maître, la démocratie est malade, ce qui justifie à ses yeux encore le maintien du secret d'appartenance des francs-maçons, par crainte que ne se reproduisent les persécutions qui ont vu bon nombre d'entre-eux déportés et/ou exécutés au cours de l'histoire contemporaine.Néanmoins, quand il prône « une période probatoire avant une élection où il ne serait pas possible de poursuivre qui que ce soit en justice, parce que ça fausse complètement les cartes », son diagnostic n'est-il pas à l'opposé de certains courants de pensée ? Ceux qui mettent ce constat d'une démocratie malade aussi sur le compte d'institutions vieillissantes et d'un affairisme gangrainant la société.

 «Monter des cabales» On surfe même parfois sur le complotisme ambiant. Etonnant quand on sait la sensibilité modérée (centre-droit) de la Grande loge  : « Il y a des groupes politiques qui, au moment de l'élection, ne sauront plus pour qui voter, parce que leur candidat sera mis hors-jeu pour d'autres choses que ses idées, constate-t-il, ça à mon avis c'est génant, parce que ça va fausser complètement la démocratie. On peut tout à fait monter des cabales sur qui que ce soit dans les derniers temps. » Une société démocratique malade de trop l'être ? L'option thérapeutique de la Grande loge à l'encontre des populismes serait donc de soigner le mal par le mal ? Autant de questionnements qui auront été abordés lors de la conférence qui a suivi cette rencontre.

J.J. 

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire