"L'écologie c'est possible" avec Fabienne Grébert

Par Nicolas Defay lun 17/05/2021 - 12:00 , Mise à jour le 17/05/2021 à 12:00

Renaud Daumas et Celline Gacon seront les têtes de ponts altiligériennes pour la liste écologiste en lice aux élections régionales. Les huit candidats partagent douze mesures de leur programme, soutenues à l'échelle de la Région par Fabienne Grébert.

"Diversité territoriale, complémentarité, métiers, compétences, parcours, et engagements... de notre belle équipe motivée pour faire gagner Fabienne Grébert et les habitants d'Auvergne-Rhône-Alpes". C'est ainsi que Renaud Daumas, Celline Gacon et les six autres colistiers de la liste "L'écologie c'est possible" définissent en quelques mots la pluralité et la personnalité de leur formation.

Photo par L'écologie c'est possible

1- Renaud Daumas, 42 ans, Agriculteur biologique, Retournac, Non-encarté
(Sur la photo ci-dessus, 2ème en haut en partant de la gauche)
"Je suis un militant associatif écologiste et social, très engagé depuis 1998. Je suis un citoyen d’Auvergne/Rhône-Alpes dont je connais de nombreux territoires, j'ai grandi et travaillé dans la Loire, pour mes études j'ai vécu en Isère, en Ardèche et dans la Drôme, et réalisé de nombreuses sessions de formation dans le Rhône. J'ai jonglé entre villes et campagnes, dont je connais les principales problématiques environnementales. J'habite depuis maintenant 15 ans en Haute-Loire où je m'implique avec opiniâtreté pour la préservation de la Nature, de notre cadre de vie et de notre santé. Le conseil régional a pour mission de contribuer au développement économique, social et culturel de la région et différentes visions peuvent être mise en œuvre en fonction de la majorité élue. Devant les urgences écologiques, climatiques et sociales, la région Auvergne/Rhône Alpes, doit maintenant mener de véritable politiques publiques de résilience et de solidarité".

2- Celline Gacon, 53 ans, Médiatrice culturelle, Le Puy-en-Velay, EELV
(Sur la photo ci-dessus, 1ere en haut en partant de la gauche)
"Installée en Haute Loire depuis plus de 20 ans, j’ai aimé ce territoire pour son coté enclavé, la merveilleuse qualité des eaux des baignades sauvages, la richesse de ses paysages et l’apparente préservation de sa biodiversité ! Petite, je militais déjà, avec mes parents sur le Larzac, et puis, ma grande peur du nucléaire et mon amour pour la petite reine m’ont toujours motivée. Je suis chez les verts depuis 14 ans. Investie contre le projet destructeur de la RN 88, j’espère remettre sur les rails ceux étouffés, Parc Naturel du Haut-Allier, création d’emplois locaux, nombreux pour aller vers l’autonomie, la sobriété indispensable à la transition: dans l’alimentation, l’habillement, l’énergie, l’agriculture".

3- Robert Lalisse, 53 ans, Agent d’accueil Pôle Emploi, Le Puy-en-Velay, Générations.S
(Sur la photo ci-dessus, avec un t-shirt orange)
"Entré en politique en 2016, d'abord militant pour la campagne présidentielle derrière Benoît Hamon, j'ai rejoint Génération.s en 2017. Militant, j'ai à cœur de me battre pour l'égalité des chances, des droits humains, des droits sociaux...Je souhaite qu'il y ai davantage de moyens pour la justice sociale (revenu universel, les transports collectifs gratuits, l'accès gratuit aux bien communs...). Je prône pour l'accès à la formation, au logement, aux prestations familiales et aux non-recours afin que toutes et tous puissent avoir de meilleures conditions de vie".

4- Nathalie Rumberger, 48 ans, Professeure agrégée, Arsac-en-Velay, Générations.S
(Sur la photo ci-dessus, 1ere en bas en partant de la droite)
"Je suis originaire de Haute-Savoie mais installée en Haute-Loire depuis bientôt 25 ans. Deux départements auxquels je suis attachée. J'ai deux garçons devenus grands. J'ai donc plus de temps pour m'engager. Je suis professeure de Lettres Classiques dans un lycée public du Puy. Investie dans la vie associative de mon village : présidente de l'association "Au fil des pages" qui organise Livrévasion chaque année ( enfin quand il n'y a pas COVID ) Et militante syndicale depuis des années... C'est ma responsabilité de citoyenne de m'engager aux côtés de Fabienne pour changer le mode de gouvernance de la région et améliorer notre monde".

5- Vivien Girard, 32 ans, Employé polyvalent à Biocoop, Chadron, Non-encarté
(Sur la photo ci-dessus, 1er en bas en partant de la gauche)
"Après plusieurs années à l’étranger à travailler chez Airbus puis en conseil en développement durable, j’ai décidé de réaliser une transition de vie et me former en tant qu’accompagnateur montagne pour sensibiliser à la nature DANS la nature. La Haute-Loire, mon département d’origine, est un terrain d’apprentissage idéal. Mon fer de lance c’est de promouvoir un mode de vie durable et respectueux de l’ENSEMBLE du vivant dans notre région. Je me suis d’abord impliqué au niveau associatif, notamment avec France Nature Environnement, et puis j’ai décidé de m’impliquer également au niveau politique avec les Écologistes car chaque levier d’action est essentiel".

6- Magali Januel, 45 ans , Professeur des Ecoles, La Séauve-sur-Semène, Non- encarté
​​​​​​​(Sur la photo ci-dessus, en bas au centre)
"J’insuffle depuis 5 ans un projet de labellisation Eco-Ecole qui vise à végétaliser la cour de récréation et à apprendre aux enfants à limiter leurs déchets. Je fais partie du Comité de pilotage de l’AMAP Robin des Bios de Monistrol-sur-Loire depuis 10 ans. Je fais partie du comité de pilotage de l’Association CACHALOT Collectif Action Climat HAute-LOire pour la Terre. D’après moi, la Transition écologique indispensable dans cette période de crise climatique majeure est en train de se faire par une prise de conscience des citoyens, par le milieu associatif très actif ... mais elle doit aussi être portée par les élus de nos régions qui ont un pouvoir décisionnaire important dans le respect de la démocratie et de nos libertés".

7- Pierre Pommarel, 64 ans, Médecin généraliste, Lavaudieu, EELV
(Sur la photo ci-dessus, 1er en haut en partant de la droite)
"Militant écologiste de la première heure, j'ai animé ou été la cheville ouvrière de nombreuses associations dans les domaines de l'énergie, de la protection de la nature et de la santé, de la transition écologique, des transports... Je suis particulièrement investi dans le développement des modes de déplacements durables ( transports collectifs et modes doux). De 2014 à 2015, j'ai été conseiller régional de l'ex région Auvergne où j'ai présidé le groupe écologiste. J'ai parallèlement continué d'exercer ma profession de médecin généraliste de terrain, mesurant tous les jours les conséquences de la dégradation de notre environnement et de notre alimentation sur la santé humaine".

8- Dominique PARREL, 65 ans, retraitée, Vals-Près-le-Puy, EELV
(Sur la photo ci-dessus, en haute au centre)
"Auparavant cadre de la fonction publique en Préfecture et représentante syndicale, engagée dès l’adolescence suite à mai 68, dans plusieurs mouvements lycéens, féministes, pacifistes et écologistes, j’ai participé activement à la lutte contre la construction de la centrale nucléaire de Cruas de 1977 à 1979 et aux luttes des paysans du Larzac de 1976 à 1983. Toujours engagée pour plus de solidarité et plus d’écologie comme militante d’Europe Ecologie les Verts et d’associations de protection de l’environnement, je propose de mettre mon expérience au service de la région pour y porter la transition écologique".

"Le gouvernement d’Emmanuel Macron continue à mener une politique à des années lumières des enjeux climatiques et de la volonté démocratique. Pourtant, l’urgence n’a jamais été aussi criante dans un monde ravagé par la Covid-19 et sous la menace du dérèglement climatique dont l’intensité s’accroît un peu plus chaque jour à mesure que le gouvernement garde le silence". Renaud Daumas

Les 12 mesures de la liste la plus écologique des prochaines élections régionales

1- Des emplois durables et de qualité

"Nous avons élaboré un “plan de transition écologique” de l’économie, qui prévoit l’investissement de 3,6 Milliards d’euros (soit la moitié du budget d’investissement de la Région) pour engager rapidement la transition écologique et solidaire de l’économie régionale. Il permettra la création de 100 000 nouveaux emplois pérennes et non délocalisables, avec des filières innovantes, des marchés régionaux dans certains secteurs, des soutiens aux pratiques vertueuses".

2- De la formation pour tous

"La région devra reprendre sa place de premier plan sur ce sujet et développer un plan ambitieux de formation permanente et initiale, accessible, pour créer et soutenir les filières vers de nombreux métiers d’avenir, orientés vers la transition. Cela passera par le développement de formations professionnelles accessibles “tout au long de la vie”, pour permettre les reconversions professionnelles et les évolutions vers de nouveaux emplois, durables et non délocalisables. Il s’agira de développer des formations en appui à des filières dans l’économie sociale et solidaire, l’agriculture bio, la santé, l’économie verte, ou le tourisme durable, par exemple. À titre d’exemple, il sera créé un plan vélo régional doté de 400 millions d’euros".

3- Sortir des crises sanitaires et sociales

"Pour faire face aux crises sanitaires (période Covid), aux urgences nombreuses et aux besoins de prises en charge (tests, vaccins, dépistages), la Région investira pour remettre des lieux de soins proches et accessibles. Pour faire reculer la pollution de l’air et les causes de nombreuses maladies, et de trop nombreuses morts prématurées, nous agirons pour faire reculer la pollution dans la région.

Et pour espérer sortir des crises et des difficultés à vivre qui nous frappent depuis plus d’un an, il faut l’implantation de centres de santé dans les déserts médicaux, un plan de revitalisation de la culture à l’été 2021, l’expérimentation d’une Sécurité Sociale de l’Alimentation, le soutien aux “Territoires Zéro Chômeurs de Longue durée".

4- Agir pour le climat

"Nous agirons pour le climat et pour l’environnement en fixant des objectifs de baisse de nos émissions de gaz à effet de serre, par un vaste plan de plantation de 8 millions d’arbres, en veillant à diversifier les essences d’arbres pour adapter nos forêts au dérèglement climatique. Nous redonnerons aussi leur place centrale aux associations de défense de l’environnement, que nous accompagnerons dans la protection des ressources comme l’eau, ou les actions pour la qualité de l’air. Enfin, nous relancerons le projet de création de 3 nouveaux Parcs Naturels Régionaux, poumons naturels essentiels à notre bien-être".

5- Protéger la nature

"Protéger la planète, c’est aussi protéger la nature et préserver nos sols de la bétonisation, pour laisser respirer la biodiversité en atteignant l’objectif de zéro artificialisation nette en 2030. Cet objectif ambitieux est nécessaire. Nous le tiendrons en soutenant la restauration d’espaces naturels, la valorisation de la biodiversité et le soutien aux fermes en agroforesterie".

"Nous stopperons aussi les grands projets inutiles, coûteux et destructeurs de l’environnement, dans nos montagnes, comme dans les vallées"

6- Des montagnes vivantes

"Freiner la fuite en avant du “tout-ski” destructeur et transformer des stations de ski en “stations de montagne”, pour développer des activités de tourisme et d’accueil diversifiées, toute l’année. Il s’agit de promouvoir une montagne habitée et vivante, qui prend en main son destin face à la baisse de l’enneigement et aux risques liés.

Nous accompagnerons les professionnels à diversifier leurs activités, pour s’adapter au changement climatique et faire évoluer leur offre, pour la rendre durable, respectueuse des milieux, et “4 saisons”.

7-Des transports efficaces

"Il est urgent de développer et de créer rapidement des alternatives à la voiture individuelle à 15 minutes de chez soi. Pour lutter contre la pollution, contre les pertes de temps et d’énergie, nous avons besoin d’alternatives efficaces au tout routier. Pour cela, nous engagerons la rénovation de plusieurs dizaines de lignes de train régionaux (TER) et la création de plusieurs nouvelles lignes, ainsi que de services de transport “à la demande” non polluants pour désenclaver les territoires".

8- De l'alimentation de qualité

"Il faut relocaliser la production agricole et développer une filière d’alimentation locale et biologique. Cela sera rendu possible en accompagnant l’installation de nouveaux paysan-nes, en formant massivement les agriculteurs aux pratiques agro-écologiques, en facilitant la transmission des terres (50% des agriculteurs ont plus de 50 ans) et en innovant pour améliorer leurs conditions de travail".

9- Des économies d'énergie avec des logements bien isolés

"Nous aiderons à la rénovation énergétique de 500 000 foyers sur le mandat, pour lutter contre la précarité énergétique et permettre à ces familles de faire des économies d’énergie. Pour répondre à ce besoin, nous consacrerons de nouveaux budgets, avec aides, garanties et prêts spécialisés, et nous créerons dix nouvelles Plateformes Territoriales de Rénovation énergétique, réparties sur les territoires et soutiendrons les groupements d’artisans spécialisés dans la rénovation énergétique. Et nous apporterons notre soutien à la création de logements sociaux de qualité, dans toute la région".

10- Un soutien à la jeunesse

"Nous mettrons en place un plan d’urgence pour la jeunesse, contre l’isolement et la précarité avec l’expérimentation d’un revenu d'autonomie de 400 € pour les jeunes de 18 à 25 ans sans ressources. Pour les plus précaires, nous investirons 1,5 million d’euros pour prendre en charge les loyers. Pour les lycées, un investissement dans la rénovation énergétique des 576 lycées régionaux, financement de projets pédagogiques dans chaque établissement. La région apportera son soutien aux universités pour l’augmentation du nombre de places et l’aménagement des locaux".

11- Une démocratie améliorée

"Nous mettrons en place une Convention citoyenne régionale de la transition écologique régionale qui permettra une participation active et un droit de regard citoyen sur les politiques menées. D’autres initiatives viendront permettre le développement d’une politique active d’égalité femmes-hommes, d’évaluation du bilan écologique des politiques régionales, avec mise en place de concertations thématiques (transports, jeunesse...) et un soutien au référendum d’initiative citoyenne (RIC)".

12- Subventionner les associations et la culture

"Nous reviendrons aux côtés des acteurs associatifs (protection de l’environnement, sports, éducation populaire...) et nous accompagnerons les acteurs culturels et les artistes, pour les aider à faire vivre la culture au plus près des habitants de la région, en développant l’accès à la culture et aux pratiques au plus proche de chez soi, en lien avec les collectivités locales".

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

1 commentaire

ra

jeu 20/05/2021 - 01:48

cette liste se limite à 2 noms seulement... les autres seraient des "figurants"...