Tous

Costaros

Le singe, acheté 600 €, appartient à une espèce en voie de disparition

mer 03/12/2014 - 17:01 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:31

Cette espèce en voie de disparition fait l'objet d'un trafic : les bébés magots sont proposés aux touristes qui se laissent attendrir. Dans le cas présent, le couple altigérien se rend au mois d'août 2014 en Espagne, où leurs sont proposés des singes détenus dans une camionnette.
Contre 600 euros, ils obtiennent le singe accompagné d'un carnet de santé "chien" dans lequel figure la date de naissance de l'animal (20 mars 2014) ainsi qu'une vignette de vaccination contre la rage en date du 16 août 2014, estampillée au nom d'un vétérinaire Marocain.

----Le fait d'acheter et de ramener cette espèce en France est un délit : importation d'animaux vivants, de leurs produits ou sous-produits ou aliments pour animaux, sans contrôle vétérinaire conforme.-----Une espèce en voie de disparition
Le singe magot est une espèce protégée par la convention de Washington car elle est en voie de disparition. Le fait de le ramener chez soi provoque le traumatisme de l'animal lié au brutal bouleversement de ses habitudes.
En effet, les primates sont généralement euthanasiés car les zoos sont surchargés et les primates seuls sont difficiles à réintroduire en groupe. De plus, il existe un risque sanitaire (rage et fièvre hémorragique transmissible à l'homme).

Le singe mis en quarantaine dans un zoo de la Loire
La DDCSPP (Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations) a été avisée et a aussitôt averti l'Espagne après l'audition de l'acheteur.
Le singe a été saisi le 22 novembre 2014 à 14h30 par les services de l'ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage). L'animal est accepté au zoo de Saint-Martin-de-la-Plaine, dans la Loire (42), où il sera mis en quarantaine.

Un travail d'équipe
L'auteur des faits a été entendu par les gendarmes de la Compagnie de Costaros. Le service spécialisé a été informé des investigations.
La compagnie de gendarmerie tient à souligner que cette enquête d'initiative a pu être menée à bien avec le concours d'autres administrations, tels que la DDCSPP et l'ONCFS.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire