Le Monastier charmé par un duo entre un danseur et une pelleteuse

mer 10/06/2015 - 12:44 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:34

Le spectacle a marqué l'ouverture du festival « Chèvre qui peut » du Monastier-sur-Gazeille ce vendredi 5 juin, tout en s'inscrivant dans la programmation des Déboulés de Mai - qui fêtent leurs cinq ans cette année.
A 19 heures, quelque 200 personnes se sont réunies esplanade Stevenson pour un spectacle de danse contemporaine gratuit pour le moins original. Pendant 20 minutes, sous un superbe soleil de fin de journée, le public a été ébahi par les prouesses et la poésie de « Transports Exceptionnels » de la Cie Beau Geste ou le duo entre un danseur et une pelleteuse.

Agilité, force et poésie
Un public largement familial d'où provenaient des « oh ! » et des « ah ! » à chaque acrobatie de l'athlète parfois allongé sur le godet de la pelleteuse qui tournoie, parfois suspendu dans les airs, escaladant la machine en mouvement ou attendant, sans ciller, le bras de l'engin s'abattant à quelques centimètres près. Tout cela sur un fond musical poignant aux vibrations du timbre de la diva Maria Callas.
Les yeux des petits garçons brillaient de voir un jouet grandeur nature accomplir tant de prouesses, comme Miles, 6 ans, de Chaspinhac, qui arborait un énorme sourire tout au long de la soirée. Quant à Elanor, 3 ans, de Vals-près-Le-Puy, elle poussait de petits cris à chaque fois qu'elle s'inquiétait de voir tomber l'acrobate virevoltant à une dizaine de mètres au-dessus du sol goudronné. Mais la chorégraphie du danseur était calibrée au millimètre près.

Une pelleteuse différente à chaque représentation
A la fin du spectacle, le cordon de sécurité a été levé et enfants et parents ont pu approcher la machine, retombée en sommeil après ce ballet mécanique, avant de retourner à des travaux moins lyriques sur les chantiers de l'entreprise Eyraud du Monastier qui avait prêté l'engin pour l'occasion.
Les spectateurs étaient ensuite invités à poursuivre la soirée au château du Monastier pour le premier jour du festival « Chèvre qui peut ».

Annabel Walker

Présentation du spectacle organisé par l'Espace Culturel Européen :

« Transports Exceptionnels est une œuvre chorégraphique originale et audacieuse dans laquelle Dominique Boivin propose un duo entre un danseur et une pelleteuse à travers les interprètes Philippe Priasso et Aurélien Le Glaunec. Au cours de cette rencontre singulière entre fer et chair, le danseur est tantôt lové dans le godet de la pelleteuse, tantôt accroché des deux mains aux dents de la machine qui s’impose en majesté. A mesure de cet échange, les corps de ces deux êtres se frôlent, se cherchent, se perdent, sur des airs d’opéra interprétés par Maria Callas (Le Cid de Massenet, Samson et Dalila de Camille Saint-Saëns et Norma de Bellini). La force de ce pas de deux, présenté dans le monde entier, réside dans sa puissance dramatique et émotionnelle. Les spectateurs sont emmenés dans un univers poétique, témoins d’une histoire d’amour inconditionnelle qui naît sous leurs yeux. »

> Les Déboulés de mai continuent jusqu'au 20 juin

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire