Tous

Chadrac

Le maire de Chadrac porte plainte car '''l'école est saccagée'''

mar 10/12/2019 - 18:45 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:01

---------Jeudi dernier, au terme de la mobilisation qui a rassemblé 8000 manifestants selon les syndicats, 4 200 selon la préfecture, il y a eu du grabuge autour d'un bâtiment désaffecté à Chadrac, que des manifestants occupaient illégalement. Ils ont été délogés dans "un contexte tendu" qui a conduit à six gardes à vue.
Joint par téléphone ce mardi soir, le maire de Chadrac Gérard Convert nous a confirmé qu'il avait déposé plainte contre X.

"L'école est saccagée"
C'est le premier qualificatif qui vient à la bouche du premier magistrat de la commune, qui poursuit : "une expertise va être engagée car la plupart des vitres sont brisées, les fenêtres arrachées, tout comme les portes et les chambranles". Autre dégradation notoire : "la lucarne du toit est brisée".
Difficile de savoir exactement quelles dégradations sont imputables aux manifestants et lesquelles sont l'origine des nombreux squatteurs qui occupent régulièrement le site. "Et je ne vous parle pas de tous les tags sur les murs des classes et du préau, ainsi que les grillages coupés".

Oui au droit de grève, non aux dégradations
c'est ainsi que l'on peut résumer la pensée du maire socialiste de Chadrac : "autant je considère que la grève est un droit républicain et que les manifestations sont un droit d'expression indispensable, autant je considère que les destructions de biens publics sont inadmissibles". Pour la commune, le préjudice (qui n'est pas chiffré pour l'instant) portera sur la remise en état des locaux.

----Selon Adeline, l'une des porte-parole d'un groupe de Gilets jaunes du Puy, assure que les grillages ont été découpés par les forces de l'ordre et les portes enfoncées de même. Elle reconnaît en revanche les tags et une vitre brisée comme étant le fait des manifestants.-----Policiers, pompiers et gendarmes "pourront continuer à s'y entraîner [...] mais pas sûr qu'ils puissent l'utiliser tout de suite"
Notons enfin que comme nous l'avait déjà confié le maire de Chadrac jeudi dernier, depuis deux ans, cette école sert de bâtiment d'entraînement à la gendarmerie, à la police et aux pompiers. "Ils pourront continuer à s'y entraîner s'ils le souhaitent gratuitement comme auparavant", conclut Gérard Convert, "mais pas sûr qu'ils puissent l'utiliser tout de suite".

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire