L’Appart, un lieu d’accueil de jour pour les victimes de violences

jeu 26/11/2020 - 11:56 , Mise à jour le 27/11/2020 à 16:43

Le Centre d'information sur les droits des femmes et des familles (CDIFF) a profité de la journée contre les violences faites aux femmes pour annoncer l'ouverture, début 2021, d'un nouveau local du Puy qui sera un lieu ouvert, chaleureux et gratuit pour déstresser, s'occuper de soi et des enfants.
Les membres du centre arboraient un masque rouge symbolisant le baillonnement de la parole féminine et les violences subies.

Il y a un an tout juste, se clôturait le Grenelle des violences conjugales. L'égalité entre les femmes et les hommes a été élevée au rang de grande cause du quinquennat.
Pourtant, les violences faites aux femmes ne sont en régression ni en France, ni en Haute-Loire, (Relire notre article du 5 Septembre) bien au contraire, peut-être du fait des confinements successifs qui ont fragilisé encore plus la situation de centaines de femmes.

Des symboles de la lutte féministe

Le 25 novembre marque la journée internationale de l'élimination de la violence à l'égard des femmes, elle doit sa date à l'assassinat le 25 novembre 1960 de trois sœurs les "Mariposas" par les sbires du dictateur de la République dominicaine Trujillo (papillons en Espagnol).

Le 25 novembre est une date symbolique  inscrite dans le calendrier international pour rappeler et lutter contre les violences faites aux femmes partout dans le monde "C'est pourquoi le CIDFF, qui accueille déjà des femmes victimes dans de nombreux lieux au Puy-en-Velay et dans l'Yssingelais a choisi cette date pour annoncer l'ouverture prochaine de ce lieu d'un nouveau genre que les officiantes ont choisi d'appeler "l'appart". Il permettra aux femmes victimes de violences d’être accueillies dans des ateliers thématiques deux journées par semaine, mais c'est avant tout un espace confortable, chaleureux et agréable, pour se reposer, être cocooner, pour partager ou simplement écouter d'autres femmes", explique Arlette Arnaud-Landau, l'ex-maire du Puy aujourd'hui présidente de la structure.

Le 3919, un numéro à retenir

Chantage, humiliation, injures, coups... Gratuit et anonyme, les femmes victimes de violences ou leurs témoins peuvent alerter à ce numéro de téléphone.

Présentation du nouveau lieu en présence des officiels

Le nouvel Appart n’ouvrira officiellement qu’en janvier 2021 mais ce 25 novembre a été choisi pour réunir les différentes autorités qui participent à l’existence et au financement du CDIFF.

C’était pour eux l’occasion de rappeler les missions de cet organisme qui œuvre pour l'égalité Femmes-Hommes au cœur de la cité ponote, mais aussi dans de nombreux lieux décentrés pour être au plus près des victimes de violence.
Etaient présents, le préfet Éric Etienne, le maire du Puy Michel Chapuis ainsi qu’Aurélie Néry, chargée de mission départementale déléguée au droit des femmes.
C'était l'occasion pour Elodie Arsac, directrice de la structure, de rappeler que « le CDIFF de Haute-Loire fait partie depuis 1991 de la fédération nationale des Centres d’information du droit des femmes et des familles et de la fédération régionale. Il doit aussi cette pérennité aux nombreux partenaires institutionnels qui en assurent la visibilité et le fonctionnement, ministère de la famille, de la justice, de l’éducation nationale (de nombreuses action sont menées chaque année avec les scolaires), ministère de l’intérieur et soutien de tous les services décentralisés de l’Etat ».

Un nouveau local d'accueil de jour pour les victimes de violences conjugales : il s'appelle l'Appart

Le choix du nom Appart (Accueil Pour PARTager) tient à en résumer l’esprit. Il doit être un lieu un peu comme à la maison où l’on discute parfois de choses sérieuses et parfois on est là juste pour se rencontrer, se parler, s’apprivoiser. Le concept n’est pas nouveau en Haute-Loire, c’est le local présenté ce jeudi soir qui l’est. « C’est un lieu agréable, propre et neuf, comme on peut le constater, un peu secret aussi. On y vient comme ça, pas besoin de s’y inscrire, pas d’obligation de fidélité, pas même d’obligation de parler », explique l’une des sept personnes salariées par le CDIFF. « L’appart, ce n’est pas du tout un lieu de l’urgence, nous avons d’autres structures pour cela comme le Tremplin. Ici vient qui veut, il n’y a aucun critère pour être accueilli(e). Les maîtres mots du lieu sont CONFIDENTIALITE- ANONYMAT –GRATUITE », poursuit une autre.

Deux journées d’ouverture pour retrouver ses marques et prendre soin de soi

Le mardi matin de 9h à 12h où l’on vient pour retrouver du lien. On pourra y rencontrer des psychologues, des juristes, des conseillers en insertion. "Et puis nous mettons en place des ateliers le jeudi après-midi de 14h à 16h sur le thème du bien-être et du corps. On pourra y faire de la sophrologie, il y aura des ateliers d’expression pour parler ou pour écouter, partager l’expérience de celles qui ont vécu un autre parcours, il y aura des ateliers parents-enfants et des ateliers pour juste prendre soin de soi pour retrouver une image positive", poursuit l'une des encadrantes.

Journée d’action repoussée

« La journée d’action des chaussures rouges, initialement programmée ce samedi 28 novembre, est repoussée à une date future, sans doute avant la fin de l’année 2020 », rappelle Arlette Arnaud-Landau qui reconnait que les conditions matérielles n’étaient pas réunies en ces temps de confinement pour faire aboutir cette action importante sur le plan médiatique.

Pour en savoir plus sur les actions du CIDFF

Un site internet https://hauteloire.cidff.info/
Une page Facebook pleine d'informations diverses à laquelle il faut s’abonner
https://www.facebook.com/cidff43/

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire