Tous

Yssingeaux

La pétanque, un sport de vieux ?

dim 19/08/2018 - 13:22 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:54

Les trois garçons, âgés de 10 à 13 ans, ont remporté le 28 juin dernier les Masters Jeunes au tournoi international au Puy en Velay. Belle performance puisqu'ils ont de surcroît battu l'équipe de Nîmes en finale. "On était venus pour gagner. Cette année n'a pas été facile, c'était une façon de se rattraper", se souvient Julien Aubert.
Une compétition de haut niveau
Passés par Romans et Millau il y a quelques jours, ils concourraient aussi dans la catégorie jeunes de la Supranationale qui rassemblait 4 000 adeptes de la boule du 16 au 19 août sur la place du Breuil et au jardin Henri Vinay. S'ils se sont cette fois inclinés en finale, un autre challenge les attend mercredi 29 août à Nevers. Ils partiront disputer la finale nationale des Masters Jeunes. L'un d'eux avance : "On fera ce qu'on pourra. On va se battre et y aller motivés. C'est une compétition de haut niveau quand même.  On va essayer de gagner au moins une partie. On a fait quelques concours pour se préparer à gérer la pression. Il y a au moins quatre équipes favorites qui sont sûres de passer une étape. Nous, c'est la première fois qu'on y va. Le coach nous aide à nous détendre car c'est c'est très difficile de jouer en étant crispés. Il faut garder le sourire. Il nous explique les bonnes stratégies. On va faire du mieux possible et voir ce qu'on vaut."
La confiance est importante
Et Marie-Line, la maman de Julien d'ajouter :  "Pour Nevers, ils vont y aller pour gagner bien-sûr. Mais pas avec le melon, ils savent rester humbles. C'est une des valeurs qu'ils apprennent dans ce sport et ce sera une expérience à prendre. La confiance est importante. Ils ont eu des craintes cette année. Parfois ils doutent et ont du mal à croire en eux. Mais ils savent que ce sont les efforts qui paient. On ne peut gagner sans entraînement." Justement, quand on leur demande quelles sont les valeurs qu'ils retrouvent dans la pétanque, les trois garçons avancent : "avant tout, le respect de l'adversaire, celui du point net, et aussi l'esprit d'équipe. Et nous, ça nous permet de nous retrouver en famille. Quand on joue, on est complémentaire".
Quatre heures d'entraînement par jour
Julien Aubert s'entraîne depuis sept ans. Il joue actuellement en cadet. Ce sont ses grands frères qui l'ont initié. Lui les suivait lors des compétitions. Mahé et Hugo Peyroche-Butillon, ses cousins de Chalamont dans l'Ain,  viennent régulièrement le retrouver à Retournac. Chaque jour, les jeunes joueurs s'entraînent durant quatre heures avec leur coach Jean-Yves Aubert. Les deux cousins ont découvert la pétanque il y a deux ans et demi. C'est leur deuxième sport et ils sont classés dans les catégories minimes et cadets. Les deux jouent aussi au foot et au rugby.
Loin d'être un sport de vieux
Alors , la pétanque, un sport de vieux ou pas ? A les entendre parler de technique et d'implication, on est surpris par les propos de ces trois petits gars, fous de pétanque, qui s'expriment bientôt comme des adultes. "Ce sport va rentrer dans les Jeux Olympiques, c'est loin d'être un sport de vieux. C'est très physique. C'est tout un travail de coordination avec le mental et entre le bras et la main qui va jeter la boule. Il faut beaucoup de concentration, d'adresse. C'est difficile de tenir toute une journée quand il fait très chaud ou parfois sous la pluie. A la fin d'un concours, on a des crampes. La pétanque demande une gestion physique intense. C'est quatre vingt kilos de boules qu'il faut diriger toute une journée."
Une carrière honorable voire plus
Et les J O ?  "ça peut être un rêve, pourquoi pas. En tout cas, s'ils continuent de s'entraîner comme ils le font, ils peuvent faire un carrière honorable", imagine le coach, qui est aussi le père de Julien. Les trois cousins sont fiers : suite à leur éclatante victoire au Puy en juin dernier, ils porteront un maillot avec le nom de la ville ponote inscrit dessus.  L'école de pétanque retournacoise est gérée par Jean-Yves Aubert, détenteur du Brevet Fédéral 2ème degré. Elle compte actuellement douze élèves. Il en existe six dans le département.
M-A.B.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire