La LP0 Haute-Loire, 50 ans au service de la biodiversité locale

Par G.La ven 20/05/2022 - 12:30 , Mise à jour le 20/05/2022 à 12:30

La Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) Auvergne fête ses 50 années d'engagement au service de la protection des oiseaux et plus largement de la biodiversité. Des animations sont organisées sur tout sur le territoire à cette occasion. Robert Montel, bénévole de l'association, nous présente le groupement de la LPO Haute-Loire. 

Créé en 1971, le centre d'Ornithologie d'Auvergne, devenu L.P.O. Auvergne en 1990 fête ses 50 ans du 14 au 22 mai 2022 avec des animations dans le Puy-de-Dôme. L'occasion pour nous de mettre en lumière  le groupement local de Haute-Loire, installé à Brives-Charensac, qui compte environ 300 adhérents. Robert Montel, bénévole, nous parle de la LPO et détaille quelques actions menées au sein de nos territoires.

"En 15 ans, un oiseau sur trois a disparu"

"Une dégringolade intense". C'est ainsi que Robert Montel qualifie le déclin général de  la biodiversité qui frappe les milieux naturels. " Nous connaissons une relative diversité en Haute-Loire grâce à la protection du milieu, précise-t-il, puisque chez nous, c'est un déclin moyen, environ 30%, soit 1 oiseau sur 3 en 15 ans qui a disparu".

Le chiffre du jour

298. C'est le nombre d'espèces d'oiseaux détectés sur le département de la Haute-Loire. Certaines sont dites "nicheuses", tandis que d'autres ne feront que passer.

Nous lui demandons quelle est l'espèce la plus présente sur nos territoires altiligériens. "Le Milan royal !" ,avec un enthousiasme non dissimulé dans la voix. "C'est lui le plus présent chez nous, puisque 10% du nombre total de ces oiseaux en France est en Haute-Loire."  Il nous cite également le Milan noir et le Faucon Pèlerin, encore des rapaces. Et puis les fauvettes, bergeronnettes, chardonnerets.

Photo par Robert Montel

Le Grand-Duc également, dont la  population est en train de croître. Les hirondelles et les martinets, les mésanges , moineaux, rouges-gorges... Et puis de rajouter "des oiseaux d'eau aussi, comme les hérons, il y en a beaucoup." Il nous semble intarissable sur le sujet, alors nous nous permettons d'interrompre ici la longue liste des espèces que Robert Montel nous énumère...

Il tient à préciser tout de suite que les oiseaux ne sont pas les seuls êtres vivants auxquels s'intéresse la LPO. "C'est le milieu naturel dans son ensemble qu'il faut protéger, toute la chaîne". C'est ainsi que la LPO a établi de nombreux partenariats associatifs pour la protection des reptiles, des insectes, des chauves-souris...

Des actions comme la "bataille des vieux arbres", la préservation des zones humides, ou encore la lutte contre "les grandes fauches".

Les pesticides. Le premier mot de Robert Montel à la question des dangers pour les oiseaux sur nos territoires. "On pense souvent aux abeilles. C'est catastrophique. Mais il n'y a pas que les abeilles, toutes les espèces sont impactées."
D'autres pratiques humaines menacent également les espèces, notamment l'abattage de vieux arbres, dont les cavités naturelles servent de refuges aux chouettes, entre autres. Ou encore la pratique de fauche des herbes, au sein desquelles se cachent les nichées. Un gros travail d'explication, de négociation, est ainsi mené par la LPO avec des agriculteurs locaux : "nous sommes en pleine période des nichées des Busards cendrés, nous explique-t-on, alors nous surveillons attentivement les arrivées et les pontes pour préserver les nids en accord avec les agriculteurs concernés".
La L.P.O. se mobilise également pour la préservation des zones humides. "L'assèchement des tourbières pour transformer ces espaces en terres pâturables par les animaux pose de réelles difficultés, puisque ce sont des milieux de reproduction des insectes, des batraciens." L'association agit aussi pour le replantage de haies, la conservation des murets, dont la disparition engendre celle des espèces qui s'y abritent, comme les lézards, les fouines, autant de maillons indispensables à la chaine alimentaire de nos régions. Une action a été menée récemment à Saint-Front.

"Les refuges L.P.O. : une communauté d'adhésion à la biodiversité"

Des séquences d'observation, des ateliers de reconnaissance des espèces, de comptage des actions de sensibilisation des publics, "aussi souvent qu'on nous le demande lorsqu'il s'agit de s'adresser à des enfants", nous confie Robert Montel, la mise en place de programmes de sauvegarde d'espèces, comme la Huppe fasciée, ou bien le Torcol fourmilier, le programme de réintroduction de chouettes, les actions parfois plus militantes qui conduisent parfois à poursuivre en justice les piégeurs de loutres, ou les empoisonneurs, c'est cela le quotidien et l'engagement des salariés et des bénévoles au sein de la LPO de Haute-Loire.

Mais ce n'est pas la seule forme d'engagement possible au sein de la LPO. Ainsi il existe en France environ 25 000 "refuges LPO". On en compte actuellement environ 290 en Haute-Loire.

Robert Montel détaille ce qu'est un refuge L.P.O. : " il s'agit pour une personne, ou une collectivité, une association, de passer contrat avec la L.P.O., par lequel on s'engage à préserver la biodiversité :
- mettre des nichoirs, des mangeoires, pour abriter et nourrir les oiseaux à partir des graines de tournesol bio et locales achetées auprès de la L.P.O.
- ne pas utiliser de pesticides
- faire son compost
- récupérer l'eau de pluie
- ne pas faucher l'ensemble de son jardin, favoriser la réapparition des fleurs des prés, des insectes.
- planter des espèces mellifères, pour les abeilles et autres insectes pollinisateurs.
Pour devenir adhérent, toutes les informations sont disponibles sur le site de la L.P.O.

Les animations du 50ème anniversaire de la LPO Auvergne ont lieu dans le Puy-de-Dôme. Sur la Haute-Loire, présentation du nouveau local à Brives-Charensac aux membres et adhérents du groupement local.

Prochaine sortie LPO en Haute-Loire : Les oiseaux du jardin
28 mai - 9h à 12h
Gratuit sur réservation
RDV parking de la Halle Fermière du Mazet St Voy
Écoute et découverte des oiseaux du jardin botanique du Mazet St Voy, classé refuge LPO, géré par l’association « Environnement et Patrimoine ».
Réservation et inscription : Office de tourisme - 04 71 59 71 56 ; Robert MONTEL - 06 07 41 35 32.
> Renseignements ici

Pour plus d'informations :

  L.P.O. groupement Haute Loire
  Avenue de la République ( à côté de l'école)
  43700 Brives-Charensac

 Pour plus d'informations : site de la LPO Auvergne

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire