La ligne ferroviaire des Cévennes de nouveau sur les rails !

Par Nicolas Defay , Mise à jour le 22/05/2024 à 06:00

Après cinq mois de fermeture, dont deux pour les travaux suite à l’éboulement de Pont Gibert dans le Haut-Allier et trois de plus pour des opérations de maintien, le train des Cévennes reprend du service. "Alléluia !", s'exclame ironiquement le Collectif des usagers des transports du Haut-Allier. 

Vendredi 24 mai, la voie de chemin de fer qui relie Clermont-Ferrand à Nîmes, passant par les gares de Brioude, Langeac ou encore Monistrol-d'Allier, tremblera de nouveau sous les roues du train et de ses wagons. 

Durant cinq mois, le réseau en question a été suspendu après la chute d'un large pan de falaise au sud du lieu-dit Pont-Gibert, sur la commune de Monistrol-d'Allier. L'incident naturel s'est déroulé le vendredi 15 décembre, détruisant toute une partie du chemin de fer en contrebas.

Une crainte qui déraille 

Après cet effondrement, les membres du Collectif des usagers des transports du Haut-Allier, vigie de premier ordre sur tout ce qui concerne la ligne des Cévennes, ont tout de suite exprimé leur inquiétude quant à la survie de la ligne. Selon eux, ce glissement de terrain était le prétexte tout trouvé par la SNCF pour mettre à mort la ligne, ligne qui traverse le temps avec une épée de Damoclès pendue au-dessus de sa locomotive.

Mais, ce mardi 21 mai, le Collectif partage une information qui va à l'encontre de leur appréhension. "C'est le train ex-Cévenol qui inaugure la réouverture en partant de 12 h 56 à Clermont-Ferrand, suivi du 16 h 40", indiquent les membres après s'être félicités pour la bonne nouvelle.

"Nous n’avons de cesse de le répéter à la région AuRA et à SNCF Réseau qui (...) n’ont rien fait" 

Toutefois, si le train semble de nouveau repartir bon train, le Collectif des usagers des transports du Haut-Allier en profite pour mettre un peu de charbon dans la chaudière à contestation. "Ces travaux annuels, avec coupure totale depuis plus de dix ans, occasionnent une forte gêne pour les usagers, pour ne pas dire plus", rappellent-ils.

Avant de déplorer : "En fait, ils se détournent du train et prennent leur voiture. Nous n’avons de cesse de le répéter à la région AuRA et à SNCF Réseau qui, malgré les promesses pour 2024, n’ont rien fait. Ils effectuent toujours leurs travaux en journée et non pas la nuit ou en demi-journée".

Le Collectif termine par ces mots : "Notons d’ailleurs que, à cause de travaux non terminés, les premiers jours de reprise verront les trains du matin supprimés dans les deux sens".

 

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

2 commentaires

mer 22/05/2024 - 18:48

Tres bon commentaires...c'est vrais il ne faut pas abandonner l'etat et les collectivités ont beaucoup d'autres économies a faire?? il peuvent et doivent casser leurs tirelires pour sauver ces lignes. Aider ainsi au désenclavement des zones rurales et favoriser le tourisme intelligent !! un tres vieux souvenir: il a a peu pres  45/50 ans.. mon épouse ayant accouché au Puy j'ai utilisé et de nombreuses fois le St Georges d'Aurac / Paris en couchette 2ie Cl. ..j.arrivais a Paris a 7H. 30 pret pour le boulot...et cela de nombreuses fois...ayant utilisé la maternité du Puy 2 fois... Bravo la sncf.....de l'époque!

 

mer 22/05/2024 - 11:07

L'intérêt touristique de cette ligne devrait convaincre les politiques de sa valeur . En Suisse ce serait une évidence .