La grippe aviaire découverte dans une basse-cour à Saint-Pierre-Eynac

jeu 12/01/2023 - 11:00 , Mise à jour le 12/01/2023 à 11:00

La préfecture de Haute-Loire a annoncé ce mercredi 11 janvier avoir détecté et traité un foyer de grippe aviaire hautement pathogène concernant 40 poules chez un particulier à Saint-Pierre-Eynac. 

Le virus a été découvert dans une basse-cour d'un particulier installé dans la commune de Saint-Pierre-Eynac. La détection précoce du virus a permis aux services vétérinaires d'intervenir rapidement afin de limiter son éventuelle diffusion et ainsi protéger la filière avicole altiligérienne. 

Des mesures prises par le Préfet de Haute-Loire 

Conformément aux règles sanitaires applicables en pareille situation, Eric Etienne préfet de Haute-Loire a délivré un arrêté préfectoral portant déclaration d'infection influenza aviaire. Cela a conduit au dépeuplement de la basse-cour le  samedi 7 janvier 2023. De plus, l'exploitation a été nettoyée et désinfectée. " Du fait de l'absence de commercialisation de volailles, d'oeufs et d'un effectif de la basse-cour inférieur à 50 volailles, aucune zone de protection n'est mise en place", précise l'institution. 

" La mobilisation doit être collective" 

Selon la Préfecture du département, le nombre de foyers d'IAHP tend à progresser ces dernières semaines en France et en Europe. Face à cette situation le niveau de risque épizootique vis à vis de l'influenza aviaire a été monté de "modéré" à "élevé" sur le territoire métropolitain. Par mesure de prévention les éleveurs doivent mettre à l'abri toutes les volailles sur le territoire métropolitain, les rassemblements de volailles sont interdits et les camions transportant des palmipèdes de plus de 3 jours doivent être bâchés. 

Le préfet de Haute-Loire rappelle que "la mobilisation doit être collective et que l'ensemble des propriétaires de volatiles, qu'ils soient exploitants, agricoles ou particuliers sont concernés"'. Les mesures de biosécurité doivent être strictement respectées pour éviter la contamination de leurs animaux par des oiseaux sauvages. Les volailles doivent être mises à l'abri, les mesures de biosécurité doivent être respectées au quotidien. Il est indispensable d'alerter la direction départementale de l'emploi, du travail, des solidarités et de la protection des populations de la Haute-Loire en cas de mortalité et de signes cliniques anormaux. Le préfet de Haute-Loire appelle à la vigilance. 

Adresse mail à contacter en cas d'alerte est ddetspp-spve@haute-loire.gouv.fr

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés