La ferme s’invite en ville : rencontre entre le monde rural et urbain

lun 11/04/2016 - 01:07 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:40

Vaches, chevaux, cochons, moutons et chèvres ont pris d’assaut la place du Breuil et le Jardin Henry Vinay ces 8, 9 et 10 avril. Invités d’honneur de la 8ème édition de la Ferme s’invite en ville, les agriculteurs et éleveurs ont également été très plébiscités. Près de 8000 personnes sont venues des quatre coins du département, soit bien plus que les années précédentes, pour découvrir les ficelles du métier et échanger avec les professionnels. Pour François Becamel, responsable du site et de l’organisation, « le but de l’opération est de sensibiliser au monde rural ». En trois jours, l’évènement a permis de dévoiler quelques facettes du quotidien du métier d’agriculteur…
La vie à la ferme dans toute sa diversité
De nombreuses animations ont été mises en place : promenades en poneys et calèches, concours bovins et de chevaux lourds, mini ferme, exposition de tracteurs… De quoi faire découvrir tout ce qu’implique le métier d’agriculteur. Hugo, 4ans, a même été nommé officieusement « plus jeune éleveur de France » pendant un court instant quand il s’est essayé à la traite d’une vache. Mais c’est surement la mini ferme qui a eu le plus de succès : pour les petits comme les grands, c’est le contact avec les animaux qui restait la priorité.
« La rencontre du public avec les agriculteurs, c’est gagnant-gagnant »
Jérémy, agriculteur de 32 ans, est venu pour « promouvoir le métier, ce qu’on fait au quotidien, au grand public ». Et le public justement, en redemande : « les gens me posent beaucoup de questions. Ça fait plaisir de montrer aux enfants d’où vient le lait ». Les citadins peuvent ainsi découvrir un monde à part aux portes de la ville, mais également réaliser les enjeux et difficultés du métier.
Promotion du local Les produits locaux ont été mis en avant tout au long de l’évènement, notamment à travers un marché du terroir. Pour Laurent Wauquiez, président de la région Rhône Alpe, mais venu ce dimanche en tant que défenseur de son territoire : « la seule bonne manière d’aider les agriculteurs, c’est d’acheter les produits locaux ». Aurélie et Julien, habitant Vals-près-le-Puy, confirment ces propos : « Nous connaissons tous le contexte des agriculteurs, et il faut participer ».
Une véritable sensibilisation au monde rural dans un contexte de crise Le dialogue instauré entre citadins et agriculteurs semble avoir porté ses fruits : les Jeunes Agriculteurs, venus en masse et très motivés, ont su transmettre la passion de leur profession et sensibiliser à ses enjeux. Objectif atteint pour François Becamel qui affirmait : « vu la crise du milieu, il faut faire voir aux gens qu’on peut apporter de la qualité ».

A.P. 

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire