La CGT Santé et action sociale veut 'remettre l'humain au coeur' des préoccupations

lun 17/11/2014 - 17:09 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:31

Étaient présents, des représentants du syndicat CGT du Centre Hospitalier du Puy-en-Velay, de Craponne et des maisons de retraites du bassin du Puy en Velay ainsi que le syndicat CGT du Centre Hospitalier d'Yssingeaux et des maisons de retraite publique du bassin de l'Yssingelais.

La prochaine loi qui concernera l'hôpital va-t-elle entendre les personnels non médicaux?
La CGT en doute dans un communiqué adressé à notre rédaction. Les 800 000 agents de la santé sont dans l'attente d'écoute, de considérations et de décisions concernant bien des sujets. Entre autre : les moyens humains, les qualifications et les salaires, la formation qui nécessite financements et remplacements, et bien sur la titularisation des contractuels.

Remettre l'humain au cœur des préoccupations
Le jeudi 4 décembre prochain, plus de 3 500 salariés de la Haute Loire travaillant dans les structures sociales et médicales vont élire leurs représentants du personnel. La motivation de ces agents n'est plus à démontrer, elle est essentielle dans le fonctionnement de ces établissements. Cependant, ils ----La CGT va présenter près de 420 candidats dans tout le département de la Haute Loire.  Pour la elle, l'amélioration des conditions de travail sont et seront un enjeu majeur : « Trop souvent la législation n'est pas appliquée, cela témoigne d'un travail pas toujours reconnu ».-----doivent faire face à de nombreuses difficultés engendrées par le manque de moyens humains. Pour la CGT, il est fondamental de remettre l'humain au cœur des préoccupations afin d'améliorer la prise en charge.

Ce qui nuit à des bonnes conditions de travail
Pour la CGT « la pression discontinue sur les équipes, qu'elles soient soignantes, techniques, administratives, a pris le pas sur les conditions de travail et bien entendu sur une prise en charge correcte et des soins de qualité ». La recherche d'économie et la notion de productivité sont aussi à la base du problème pointé par le syndicat.

Trop d'agents contractuels
Dans son communiqué, le syndicat dénonce le stress, la stagnation de point d'indice salarial depuis 2010 mais aussi la précarité avant un nombre croissant d'agents contractuels : « Par économie des directions, certains agents sont pendant des années, parfois 10 ans, dans des situations de salaire au niveau du SMIC, faisant le même travail que leurs collègues titulaires ».

« Le pacte de responsabilité ou plutôt pacte d'irresponsabilité »
« Il va imposer des milliards d'économie à la sécurité sociale amputant directement les crédits et budgets alloués au fonctionnement de nos établissements de santé » déclare le syndicat, c'est ce qui ne facilitera pas, selon eux, la création de postes.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire