Haute-Loire : près de 3% des départementales repassent à 90km/h

mar 23/06/2020 - 12:54 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:05

Neuf portions de routes départementales vont repasser à 90km/h dans les prochains jours. Les élus du Département l’ont voté ce lundi 23 juin 2020 en session. Ces tronçons représentent un linéaire de près de 110 km sur un total de 3400 km de routes départementales de Haute-Loire, soit un peu moins de 2,9 % du réseau.
Les voici :
RD 33 entre la RN 88 à Montagnac et l'entrée de Cayres
RD 150 entre la RN 88 à Fay-la-Triouleyre et le giratoire de Noustoulet
RD 906 entre la RN 88 au Fangeas et la RN102 à Coubladour
RD 906 entre la RN 102 et l'entrée de La-Chaise-Dieu
RD 1 entre Bellevue-la-Montagne et Craponne-sur-Arzon
RD 588 et RD 586 entre la sortie de Brioude et l'échangeur d'Espalem
RD 56 entre la RN 102 et la RD 585 (Langeac)
RD 114 et RD 590 entre la RN 102 et l'entrée de Langeac
RD 105 entre Yssingeaux et Montfaucon

En revanche, le tronçon de la RD 136 entre la RN 102 au rond-point du Collet et l'entrée de Chadrac, présenté également ce lundi, ne remontera finalement pas à 90 km/h.

"Des manœuvres de dépassements dangereuses"
Le Conseil départemental explicite ses motivations. Tout d’abord, la neutralité, voire le bénéfice de la mesure, en termes de sécurité routière. « Une vitesse maximale autorisée (VMA )à 80 km/h sur une route aménagée pour permettre une circulation à 90 km/h, de par ses caractéristiques géométriques, peut être mal respectée. Ainsi, le différentiel de vitesse entre les conducteurs respectant la VMA de 80 km/h et les conducteurs atteignant consciemment ou non la vitesse de 90 km/h peut induire des manœuvres de dépassements dangereuses. »

----Pour rappel, c’est depuis le 1er juillet 2018 que la réduction de 90 km/h à 80 km/h de la VMA est effective sur les routes bidirectionnelles, hors agglomération (avec la possibilité d’aller à 90 km/h sur les créneaux de dépassement).-----Le Département rappelle qu’une VMA majorée à 90 km/h ne signifie pas que les conducteurs sont autorisés à augmenter leur vitesse dans toutes les conditions de conduite et quel que soit le lieu où ils circulent. En effet, le code de la route, dans son article 413-17, prescrit que le conducteur doit régler sa vitesse en-dessous de la VMA en fonction de l'état de la chaussée, des difficultés de circulation et des obstacles prévisibles.
De plus, la VMA reste de 80 km/h sur les routes bidirectionnelles à deux voies pour tous les véhicules en cas de précipitations (pluie, neige), mais aussi pour les jeunes conducteurs par tous temps et pour les véhicules de transport de marchandises et de transport de personnes de PTAC supérieur à 3,5 tonnes. Qui plus est, en cas de visibilité inférieure à 50 mètres (brouillard), la VMA est réduite à 50 km/h pour tous les véhicules.

Concernant la fluidité des déplacements, le président du Conseil départemental, Jean-Pierre Marcon affirme qu’une VMA de 80 km/h augmente la distance et la durée des dépassements : « elle réduit les possibilités de dépassement, ce qui favorise les accumulations d'automobilistes derrière les véhicules lents ».

"En Haute-Loire, la route est le seul moyen de transport de marchandise existant"
Quant à l’attractivité économique du territoire, le Département avance plusieurs arguments.
Il constate que les acteurs implantés sur les zones d'activité ou zones touristiques de la Haute-Loire et ceux potentiellement intéressés, prennent en compte la desserte routière dans leurs projets de développement. « En Haute-Loire, il est important de souligner que la route est le seul moyen de transport de marchandise existant, rappelle Jean-Pierre Marcon. Par ailleurs, l'offre du ferroviaire en matière de transport de personne reste limitée. » Pour les élus, la VMA majorée à 90 km/h permettra de souligner la qualité des itinéraires concernés et constituera un élément de décision en faveur des projets de développement portés par les investisseurs.

----En 2018, en France métropolitaine, il y a eu, pour un même linéaire de voie, six fois plus d'accidents et quatre fois plus de victimes sur le réseau des routes nationales que sur le réseau des routes départementales. « Cela s'explique notamment par les différences de trafics entre ces deux catégories de routes, particulièrement marquées sur le réseau non-urbain », précise le Conseil départemental.-----En moyenne deux fois moins d'accidents corporels que sur les nationales bidirectionnelles
En termes d’accidentologie, en Haute-Loire, les sections proposées pour une VMA de 90 km/h appartiennent au réseau structurant des routes départementales (appelé 1A). Ce réseau concentre près de la moitié des accidents corporels hors agglomération, hors voirie communale. Cette valeur importante est à rapprocher de celle des routes nationales bidirectionnelles de la Haute-Loire (sans terre-plein central) lesquelles ont des caractéristiques géométriques proches. « Malgré un linéaire six fois supérieur pour le réseau 1A, le nombre d'accident est multiplié par trois seulement », fait valoir Jean-Pierre Marcon. Par ailleurs, la densité des accidents corporels hors agglomération sur le réseau départemental 1A est deux fois inférieure à celle des routes nationales bidirectionnelles de la Haute-Loire : à linéaire égal, il y a en moyenne deux 2 fois moins d'accidents corporels.

Pour chacune des sections proposées, et conformément à instruction ministérielle du 15 janvier 2020, les services techniques du Conseil départemental ont étudié les données statistiques de l'accidentologie et les causes de chacun des accidents : « Cette analyse révèle une survenue des accidents indépendante de la mise en œuvre du 80 km/h et une impossibilité de relier les accidents à la vitesse maximale autorisée ». Ils ajoutent que « sur plusieurs sections, la présence de véhicules lents peut justifier une communication particulière appelant à la vigilance des usagers. »

En parallèle, un abaissement à 70km/h
A l’opposé, des portions jugées accidentogènes seront rabaissées à 70km/h maximum, soit  3 850 mètres en tout :
RD 56 Langeac, lieu-dit Pont de Castet :
intégration d'un linéaire supplémentaire de 250 mètres en zone 70 km/h en direction de la RN 102 de manière à traiter le carrefour avec la RD 168 desservant la zone d'activité, prolongement de la zone 70 km/h de 100 mètres sur la RD 585 depuis le giratoire avec la RD 56 en direction du centre-ville de Langeac.
RD 590 Langeac, direction RN 102 :
intégration d'un linéaire supplémentaire de 550 mètres en zone 70 km/h en direction de la RN 102 de manière à traiter les courbes prononcées existantes.
RD 105 Yssingeaux-Montfaucon-en-Velay, lieux-dits Pont de L'Enceinte et La Chapelette :
intégration d'un linéaire supplémentaire de 650 mètres en zone 70 km/h en direction d'Yssingeaux de manière à traiter les courbes prononcées existantes, intégration d'un linéaire supplémentaire de 1870 mètres en zone 70 km/h en direction de Montfaucon-en-Velay de manière à traiter les courbes prononcées existantes.
RD 1 Chomelix, direction Craponne-sur-Arzon :
intégration d'un linéaire supplémentaire de 140 mètres en zone 70 km/h entre l'agglomération de Chomelix et la zone 70 km/h existante au lieu-dit Le Cros.

Pour chaque année, un bilan de la démarche sera présenté à l'Assemblée départementale ou en Commission permanente, au cours du premier semestre de l'année suivante. Les membres de la CDSR et les élus concernés recevront une information correspondante.

Une deuxième fournée de portions de routes départementales pouvant repasser à 90km/h devrait suivre en octobre.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire