Foot : ce que change la fusion des ligues Auvergne et Rhône-Alpes

mar 28/06/2016 - 12:20 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:42

La réforme territoriale s'inscrit dans un contexte de redéfinition des missions de l’État. Conduit à aligner son organisation administrative sur celle de l’État entrée en vigueur le 1er janvier dernier, dans le cadre de la loi NOTRe (promulguée le 7 Aout 2015), le football français a mené ces derniers mois un immense et délicat chantier.
Cette réorganisation devra donc être effective au plus tard fin 2017. Cette saison est une année charnière et très mouvementée. De 22 ligues, nous allons passer à 13. Les ligues ultramarines n'étant pas concernées. De 102 Districts, nous allons passer à 90. Aujourd'hui, la ligue Auvergne compte une poule de DH, deux de DHR et quatre de PHR. Le volume d'équipes sera donc presque doublé une fois la fusion opérée.
Entretien avec Raymond Fournel, qui nous a reçu dans son bureau au moment d'évoquer ses vingt ans de présidence (un article y sera dédié prochainement).

Zoomdici : Un gros chantier qui va très rapidement bouleverser le quotidien des footballeurs du département, c'est la fusion des ligues Auvergne et Rhône-Alpes... Comment ça va concrètement se passer ? 
Raymond Fournel : La fusion des ligues, pour le district de la Haute-Loire, est une très bonne chose, mieux que pour nos amis du Cantal parce qu'on est frontaliers. Avec les quatre districts auvergnats et les sept rhonalpins, la nouvelle Ligue Auvergne Rhône-Alpes va devenir la deuxième ligue de France après celle de Paris, à quelques milliers de licenciés près.
En Haute-Loire, grâce à notre positionnement géographique, on ne sera pas les plus malheureux car on est aux portes de Saint-Etienne et de Lyon,tout va bien se passer car on a beaucoup de points communs avec nos amis rhonalpins car on se connait depuis longtemps, on a le même assureur et la même organisation avec des championnats de DH, DHR et PH.

Zoomdici : Quand est-ce que cette fusion sera effective et comment vont-être organisées les poules ?
----Seize clubs de Haute-Loire à l'échelon régional
Pour la saison à venir, on recense trois clubs de Haute-Loire en DH : Nord Velay (fusion entre Polignac et St-Paulien), la réserve du Puy foot et Espaly, quatre en DHR (Chadrac, Vergongheon, Blavozy et Monistrol) et neuf en PHR (Brioude, Langeac, Langogne, Brives, St-Julien-Chapteuil, Vorey, Bas-en-Basset, Grazac/Lapte et l'US Sucs et Lignon).-----Raymond Fournel : Pas encore cette année mais en janvier 2017 il y aura des élections avec un nouveau comité directeur de Ligue auquel les onze présidents de district siègeront. Les nouveaux championnats seront donc effectifs en début de saison 2017-2018. Pour l'organisation, on va diviser en deux la grande région : le grand district Lyon Rhône avec ses 60 000 licenciés va être coupé en deux, avec d'un côté 50 % qui évolueront avec la Savoie, la Haute-Savoie, l'Ain, l'Isère, la Drôme et l'Ardèche.
L'autre moitié, côté Sud, sera avec la Loire, la Haute-Loire, l'Allier, le Cantal et le Puy-de-Dôme, ce qui signifie qu'il y aura deux poules de DH, une à l'est, l'autre à l'ouest et après en DHR, nous, en Auvergne, avons deux poules alors qu'ils en ont trois en Rhône-Alpes. Ça fera donc cinq poules, là encore en privilégiant les rapprochements géographiques pour avoir moins de déplacements et pour la PHR, on a quatre poules et eux six, donc ça en fera dix. Donc par exemple, un club comme l'US Sucs et Lignon aura plus de chance d'aller à Andrézieux qu'à Saint-Flour.

Zoomdici : Cette réorganisation devrait logiquement influer sur les montées et descentes ?
Raymond Fournel : Bien sûr, tout à fait, d'autant plus que le championnat national de CFA 2 n'existera plus. Le National s'appelera toujours National mais le CFA s'appelera National 1 et l'ex-CFA 2 s'appelera National 2. Mais ce championnat sera géré par les ligues tout en étant aidé financièrement par la fédération car il sera national mais la désignation des arbitres ou des délégués par exemple sera gérée par les ligues. On aura des groupes de 14, ce qui devrait permettre une aspiration pas uniquement des premiers de DH, mais peut être des deux premiers de chaque poule de DH.

Zoomdici : Et concrètement, pour les montées et descentes, les clubs ne peuvent pas savoir quelles sont les places qualificatives ou relégables ?
Raymond Fournel : Non, on ne peut pas encore le savoir, il faut déjà que cette saison se termine pour savoir ce qui va se passer en CFA et CFA2 et l'été prochain, il y aura de grandes manoeuvres pour mettre en place tout ça.

Zoomdici : Mais il est important que sportivement les équipes sachent si elles jouent ou non la montée. On n'aborde pas le championnat de la même manière si on sait qu'il y a deux équipes ou six qui descendent...
Raymond Fournel : Oui mais elles le sauront rapidement car on sait qu'on aura des groupes de 14 dans le championnat de National 3 donc les clubs premiers de DH sont sûrs de monter, et les deuxièmes l'apprendront très rapidement, mais on ne peut pas le dire pour l'instant.

Zoomdici : Et pour les descentes, on est toujours tributaires des descentes de CFA ?
Raymond Fournel : Exactement

Zoomdici : On a bien compris les mécanismes et sur le terrain maintenant, cette fusion sera l'occasion de rencontrer des clubs de la Loire et de la banlieue lyonnaise, mais il faudra s'accrocher car il y a souvent un niveau supérieur à celui de la Haute-Loire... Est-ce un avantage ou un inconvénient ?
Raymond Fournel : Et bien un peu les deux car ça va être difficile mais ça va aussi permettre à nos clubs de s'améliorer pour pouvoir s'accrocher dans ces championnats régionaux mais ça ne signifie pas que l'on aura plus aucun club de Haute-Loire en Ligue non plus.

Zoomdici : L'an prochain, trois clubs du bassin du Puy vont se retrouver dans le championnat de DH. C'est a priori une première mais est-ce que le territoire a une réserve de joueurs de qualité suffisante pour pouvoir alimenter trois équipes en DH ?


Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire