Vidéo : "Le textile n'appartient pas au monde d'hier" sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)
logo_zoom

Vidéo : "Le textile n'appartient pas au monde d'hier"

Date : 11/01/2018 | Mise à jour : 11/01/2018 16:03
Partager

Pour soutenir 205 emplois à Cheynet et "le plus gros projet d'investissement et de restructuration industriel en Haute-Loire cette année", le Président de Région Laurent Wauquiez s'est rendu sur le site de Saint-Just-Malmont en présence des autres collectivités qui soutiennent ce projet.

Fondé en 1948, cette entreprise très implantée sur le territoire compte aujourd’hui 205 emplois et représente un savoir faire « made in France » de la lingerie et la corsetterie.
Grégoire Giraud, PDG du groupe Cheynet, très optimiste, est "convaincu que l’on va rentrer dans une nouvelle ère". Une ère où "produire en local" peut prendre tout son sens.

Comment passer d’une usine du XXème siècle à une usine du XXIème siècle ?

C’est le défi qu’ont relevé Laurent Wauquiez, Président de la Région Auvergne Rhône Alpes, Frédéric Girodet, Président de la communauté de Communes de Loire Semène, Jean-Pierre Marcon, Président du Département et Yves Rousset, Préfet de la Haute-Loire.
La première étape a été de consulter les banques qui malheureusement n’ont pas donné une suite favorable à ce projet de renouveau, d’investissement et de développement.  

AURA à la pointe de l'industrie

Auvergne Rhône-Alpes est la région qui compte le plus d'emplois industriels, devant l'ïle-de-France notamment et "on n'accepte pas l'idée d'une France sans industrie" insiste le Président de Région.

Un pari fou : trouver deux millions d’euros malgré l’absentéisme des banques

Laurent Wauquiez et Grégoire Giraud, PDG du groupe Cheynet, ont fait le pari de trouver une solution malgré l’absentéisme des banques. Un pari fou puisque deux millions d’euros est une somme considérable à trouver. La Région Auvergne Rhône Alpes a donc pris la décision d’être le premier financeur de l’opération puisqu’elle met 700 000 euros de financement sur l’opération de rachat de la Communauté de Commune et 200 000 euros d’accompagnement à l’entreprise pour l’achat de machines de teinture.
Frédéric Girodet a donc réussi à convaincre sa collectivité de cet investissement dans lequel l’entreprise Cheynet va devoir payer chaque année des loyers.



Mettre aux normes le bâtiment afin de pouvoir accueillir l’ensemble des activités industrielles

Le troisième élément c’est l’implication du Département qui conserve une compétence économique sur le foncier et Jean-Pierre Marcon, Président du Conseil Départemental, a accepté de mettre un tiers de la somme qui est mise par la Région, avec 300 000 euros d’accompagnement sur la Communauté de Communes. "Renforcer le tissu industriel est l'une de nos priorités", a ajouté le Président Jean-Pierre Marcon.
Ensuite, l’Etat propose 175 000 euros d’accompagnement au projet pour mettre aux normes le bâtiment afin de pouvoir accueillir l’ensemble des activités industrielles sur un seul site de 22 0000 m² et générer ainsi des économies. Pour finir, la caisse des dépôts accompagne le projet avec un prêt sur un taux d’intérêt à 1,75%. 

Un beau projet à faire perdurer


Le préfet Yves Rousset rappelle que dans ce dossier le soutien de l’Etat est déjà ancien et ne se limite pas au 175 000 euros précités, compte tenu des nombreuses interventions de l’Etat durant ces dernières années, mais se chiffre plutôt en millions. Le montage n’étant pas simple, ce dernier se félicite de l’issue positive.
Il conseille néanmoins à l’entreprise Cheynet de continuer à travailler afin d’attraper de nouveaux marchés pour reconstruire sa trésorerie et retrouver ainsi une marge d’auto financement. Aujourd’hui l’objectif de l’entreprise Cheynet est d’arriver à un équilibre entre la partie lingerie/corsetterie et la partie hors lingerie (prêt à porter, sport, médical…).



Ca.L.





Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteM le 12 janvier 2018 - 07h32
fabriquent ils des parkas rouges ?

Signaler un abus