Doit-on avoir peur des nouveaux compteurs électriques Linky ?

jeu 08/06/2017 - 18:05 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:46

"Dans la majorité des cas nous sommes bien accueillis", assure l'un des agents de pose. Mais le technicien se heurte parfois à un refus. Certains - comme le collectif Stop Linky 43 - considèrent le compteur comme dangereux pour la santé ou la vie privée. Enedis dénonce "de fausses informations". Qu'en est-il?
1. Un danger pour la santé?
Pour le collectif Stop Linky 43 "Le compteur Linky, en envoyant des radiofréquences dans les fils électriques 24h/24, transforme toute l'installation électrique (fils et appareils inclus) en émetteur permanent d'ondes classées potentiellement cancérigènes par l'OMS depuis 2011". Enedis refute : "Cette technologie, déjà utilisée pour calculer les heures creuses, existe depuis 50 ans. Des tests prouvent que le compteur respecte l'ensemble des normes en vigueur concernant l'exposition aux champs électromagnétiques."

Dans une étude scientifique, l'Agence nationale des fréquences affirme que le compteur Linky émet moins d'ondes qu'une télé ou une plaque à induction. Le niveau de champ électrique à proximité du compteur Linky est 80 fois inférieur au seuil reglementaire. Et le niveau de champ magnétique 9000 fois inférieur à cette limite.

D'ailleurs ces seuils n'indiquent pas un danger, mais ont été fixé en application du principe de précaution. L'Organisation mondiale de la santé rappelle que "malgré de nombreuses recherches, rien n'indique pour l'instant que l'exposition à des champs électromagnétiques de faible intensité soit dangereuse pour la santé humaine."

2. Un danger pour notre logement?
L'association Anti Linky 43 alerte sur "des risques d'incendies". Pour les opposants il y en aurait eu 8 en France, en lien avec des compteurs Linky. Enedis répond que "ce compteur ne présente aucun défaut pouvant provoquer un incendie, et a subi de nombreux tests." Et d'ajouter : "Le risque existe pour tout matériel éléctrique, et est totalement indépendant du type de compteurs posés."
3. Un danger pour notre vie privée?
Le compteur Linky enregistre notre consommation en temps réel. C'est là son but principal : pour Enedis, plus d'information sur notre consommation permet de l'adapter. Mais ces données peuvent-elles être récupérées à notre insu? C'est ce que craingnent les anti-Linky. Enedis assure qu'elle ne vendra pas ces données à des entreprises sans notre accord. Quant aux hackers ou cambrioleurs, ils ne pourraient pas récupérer nos données car celles-ci sont "cryptées", assure Enedis. Cela sera-t-il suffisant? Il se peut que non. Les derniers cas de pirtatage à l'échelle mondiale prouve qu'un système informatique n'est jamais totalement sécurisé. Mais est-ce qu'un cambrioleur, qui voit déjà notre lumière s'éteindre depuis notre fenêtre, serait plus avancé avec nos données de consommation? Pas sûr non plus.
4. Un danger pour notre portefeuille?
Pour les anti-Linky, le nouveau compteur comptera différemment la consommation et permettra une modification du contrat. "Les termes de votre contrat restent inchangés", rétorque Enedis. Mais le débat se situe plutôt du côté des fournisseurs d'éléctricités (EDF, Engie, Direct Energie...). Ceux-ci n'ont rien à voir avec Enedis, qui ne s'occupe que du réseau. Vont-ils profiter du nouveau compteur, et de vos données de consommation, pour proposer des offres plus attractives? Ou, au contraire, plus onéreuses? Réponses dans les mois à venir.

Clément L'hôte

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire