Dix accidents à la cascade de la Beaume, l'Agglo réagit

ven 09/07/2021 - 12:00 , Mise à jour le 09/07/2021 à 12:00

La cascade de la Beaume constitue une promenade rafraîchissante dans un site au cœur de la nature. Située près du village d’Agizoux, à 900 mètres d’altitude, entre Solignac-sur-Loire et Le Brignon, le site a connu une fréquentation accrue au cours de ces dernières années. Et les accidents qui vont avec.

D'après l'office du tourisme de la Communauté d'Agglomération du Puy-en-Velay, plus de 40 000 passages ont été comptabilisés en 2019. En 2020, ce sont 60 000 personnes qui sont venues sur ce site naturel remarquable. Et l’année 2021 commence fort, avec plus de 19 000 passages comptabilisés au premier semestre.

En parallèle, une dizaine d'accidents ont survenu en moins de trois ans causant non seulement des blessures parfois graves mais également l'intervention de la GRIMP (groupes de reconnaissance et d’intervention en milieu périlleux) et l'utilisation des hélicoptère de secours. Pour 60% des cas, l'hélitreuillage a été nécessaire pour extraire les victimes dans de bonnes conditions.

Face à ce constat, la Com d'Agglo, en partenariat avec les communes de Solignac-sur-Loire et du Brignon, a décidé de mettre en place un certain nombre d’aménagements.

Les règles pour aller marcher

Les pompiers rappellent qu'un minimum de condition physique et un équipement adapté surtout au niveau des chaussures apparait indispensables à chaque sortie.

Une incontournable cascade

Au cœur de la forêt d’Agizoux, du haut de ses 27 mètres, la fameuse cascade apparaît comme un spot incontournable pour les Altiligériens et les visiteurs de passage. Dans un écrin de verdure, elle dévale une coulée de lave basaltique, de quoi émerveiller petits et grands dans une promenade fraîche et familiale.

Qui dit sécurité, dit aménagements…

La sécurité, elle commence sur le parking du site. La collectivité a acheté un terrain de 2 000m², de quoi accueillir les visiteurs dans des conditions optimales, en agrandissant le parking "du haut". Cette parcelle est aménagée en parking simple, sans enrobé pour permettre le stationnement de 58 véhicules.

La création d’un belvédère pour accueillir des personnes à mobilité réduite (PMR) leur permettra d’avoir un point de vue non seulement sur la cascade, mais aussi d’accéder à plusieurs cheminements vers la cascade en répartissant le flux de véhicules et de visiteurs. Il est prévu également de créer un espace pique-nique.

Pour le financement du projet, la Communauté d’Agglomération du Puy-en-Velay a sollicité une subvention auprès de la Région Auvergne Rhône-Alpes, mais aussi du Conseil départemental de la Haute-Loire. Ces collectivités se sont engagées à financer ce projet.

Un site touristique entre les Gorges de l’Arzon et les Gorges de La Loire

Autre lieu, autre ambiance. Situé à 950 mètres d’altitude, le village de Saint-pierre-Duchamp s’étire sur un plateau volcanique entre les Gorges de l’Arzon et les Gorges de La Loire. Il est situé à la croisée de pôles touristiques ou évènements majeurs de la Haute-Loire : à 30km de l’ensemble abbatial de la Chaise-Dieu et son célèbre festival international de musique classique, à 10km du festival « Country Rendez-vous » de Craponne-sur-Arzon, et aussi à 10km de Vorey-sur-Arzon et sa station pleine nature Respirando de l’Emblavez.

Les élus du territoire, en lien avec la population et les acteurs du Tourisme local, départemental et régional ont souhaité mettre en œuvre un projet touristique fort pour la commune et ses alentours.

La Commune possède un terrain d’une superficie de 60 hectares au cœur des Gorges de l’Arzon et qui bénéficie d’une situation exceptionnelle. Il s’enfonce profondément dans de majestueuses gorges, presque impénétrables. Au cœur d’une nature sauvage et intacte, on note peu de patrimoine, si ce n’est les ruines du château d’Arzon qui occupent un vertigineux promontoire qui domine la rivière. Tout cela peut s’observer du belvédère de Peïra Plata.

Le projet sera phasé sur plusieurs années. Pour la première année :

  • La mise en place d’une signalétique de site
  • un circuit des légendes
  • La réalisation de deux tables d’orientation et de médiation reprenant les éléments historiques (Château d’Arzon, incendie de 1974)
  • L’aménagement de zones de pique-nique
  • L’aménagement d’une zone d’observation des étoiles identifiées sur Nolhac
  • L’instauration d’une communication à l’échelle du site

Dans le cadre de l’AMI Pleine Nature (Appel à Manifestation d'Intérêt), la Région Auvergne-Rhône-Alpes interviendra à hauteur de 30 %. Un financement des Fonds Européens Agricoles pour le Développement Rural (FEADER) à hauteur de 36 % complètera le financement.

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

4 commentaires

mi

dim 11/07/2021 - 18:48

et comment il font pour comptabiliser le nombre de passage ???????

lo

dim 11/07/2021 - 07:44

Il faut être un peu plus sévère envers les irresponsables qui mettent en danger leur vie et celles des sauveteurs ! Que les frais de secours générés par leur imprudence soient ENTIÈREMENT À LEURS FRAIS peut-être que cela en fera réfléchir quelques-uns  ? Si ça continue on ira voir le nombre grandissant de panneaux aux abords de la cascade plutôt que la cascade elle-même. ..

re

sam 10/07/2021 - 13:39

La sécurité le mot à la mode qui revient régulièrement dans les débats !  Installer des barrières, des  caméras etc... Les personnes en général se disent infantilisées par nos élus et dirigeants politiques. Mais quand on voit combien il faut leur signaler tous les dangers à tout instant, ne serait-ce pas les gens qui seraient encore de petits enfants qu'il faut guider en permanence. Il conviendrait peut-être de commencer par éduquer les adultes aux risques naturels de la vie ?

Mais que deviendraient alors les fabricants de barrières caméras et autres moyens de sécurité ?

 Continuons donc à ériger des panneaux et autres signalétiques qui défigurent les paysages !  Nous sommes indécrottables ! 

 

 

 

pi

sam 10/07/2021 - 08:13

Un projet financé par le FEDER en majorité et non par la région comme vous tentez de le faire croire