Tous

Yssingeaux

D'Allemagne, elles sont revenues 70 ans plus tard à Monistrol

jeu 06/09/2018 - 11:18 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:54

Karolina et Hilda ont posé leurs valises quelques jours en août 2018 dans un gîte à Saint-Maurice de Lignon. Les deux soeurs sont aujourd'hui âgées respectivement de 79 et 84 ans. Elles habitent Hamm, près de Cologne en Allemagne. Leur objectif : revoir la terre d'accueil de leur jeunesse et revivre leurs souvenirs.

La Haute-Loire, leur nouvelle patrie
En 1947, les deux soeurs d'origine yougoslave, alors âgées de 8 et 13 ans, ont trouvé refuge en Autriche avec toute leur famille. Dans le camp qui les héberge, un commandant français propose à leur père d'aller travailler en France. Avec la guerre, il y a eu beaucoup de pertes d'hommes et la main d'oeuvre est la bienvenue dans les fermes. C'est ainsi que la famille Schibelka arrive à Saint-Georges-Lagricol, en Haute-Loire. Le chef de famille va travailler comme ouvrier agricole. "La France était notre nouvelle patrie", se souvient Karolina, émue. Mais un séjour du père à l'hôpital du Puy-en-Velay va le convaincre de chercher du travail dans son domaine, car il est tourneur ajusteur. Il se fait donc embaucher à l'usine de boulonnerie Martouret, à Monistrol-sur-Loire et toute la famille s'y installe.

"Elle m'a donné le goût des livres"
Les enfants intègrent l'école laïque et apprennent le Français, grâce à leur institutrice Agathe Morin, dont elles se souviennent avec beaucoup d'émotion. "Notre maîtresse nous disait : si on lit beaucoup, on apprend mieux. C'est elle qui m'a donnée le goût des livres", se remémore Karolina. Elle a d'ailleurs conservé les livres de grammaire que lui avait offerts l'institutrice. Les jeunes soeurs nouent de solides amitiés, font leur communion et leur confirmation, et connaissent les longues processions rituelles. La plus âgée, Hilda, vivra son premier amour. Mais sept ans plus tard, les parents décident de rentrer en Allemagne. C'est l'heure des adieux.

Se souvenir des belles choses
Ce n'est pas la première fois que les deux soeurs reviennent dans la région. En fait, elles sont déjà venues en 1971, en 1980 et en 1985. "En 1971, notre ancienne maîtresse, avec qui nous avions gardé contact, nous a aidées à retrouver certaines camarades. Nous étions si heureuses de les revoir", commente Karolina, les yeux pétillants. "Mais ce n'est pas facile de les retrouver toutes car elles ne portent plus le même nom puisqu'elles se sont mariées", explique l'une des soeurs, en montrant des photographies d'époque jaunies par le temps. Cette fois-ci, elles ont échangé avec une ancienne voisine de la place du Monteil. La vieille dame était aussi émue qu'elles. Même si elles n'ont pas réussi à revoir toutes leurs amies de l'époque, Karolina et Hilda continuent de caresser l'espoir d'en retrouver certaines, afin de se souvenir des beaux moments de leur passé. Si leur histoire fait écho en vous, faîtes-leur signe, elles ont laissé leur adresse à Zoomdici.fr.

M-A.B.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire