Comment faire partie de l’Histoire d’une des plus grandes histoires humaines

Par Nicolas Defay mar 03/01/2023 - 12:00 , Mise à jour le 03/01/2023 à 12:00

Nous possédons tous un sérum qui permet de sauver des vies. Que notre peau soit blanche, noire, jaune, grise ou arc-en-ciel, ce trésor qui circule dans nos veines reste aussi rouge que précieux. Jeudi 5 janvier de 9h30 à 12h30 au Puy, rejoignez la fraternité des supers héros en donnant quelques gouttes de votre sang.

De tout temps et de toutes contrées, de tous sexes et de tout âge, qu’on soit « black », blanc ou « beur », que nos croyances parlent de Dieu, du Prophète ou de la Réincarnation, qu’on ne croit en rien, qu’on soit femme, qu’on soit homme, qu’on soit végétalien ou carnivore…une chose restera commune aux milliards d’être humains qui gambadent sur la Terre depuis des milliers d’années : la couleur de ce drôle de fluide rouge plus vital que jamais qui roule dans nos veines.

1667, du sang d’agneau pour les Hommes

Au fil de l’Histoire de l’homme, nombreuses ont été les expériences sur la transfusion sanguine d’un être à un autre. Et funestes parfois. En 1667, le médecin français Jean-Baptiste Denis a tenté le premier d’acheminer du sang d’un agneau à un garçon de 15 ans victime d’une fièvre tenace. Il survécut à l’action. Malgré tout, si certains guérissaient grâce à ce geste, bien d’autres seront les victimes d’un choc lié à la destruction des globules rouges par le receveur.

Quoi, quand, où…

Don du sang
Jeudi 5 janvier de 9h30 à 12h30
À la Salle Jeanne d’Arc au Puy-en-Velay
Vous pouvez venir directement sur place ou prendre rdv ICI
Pour savoir si vous êtes éligibles au don du sang, c’est par
Attention : Venir avec une pièce d'identité et ne pas venir à jeun.

1818, première transfusion sanguine entre humains

Pendant 150 ans, les médecins ont œuvré ainsi en croisant les doigts pour que le sang de l’agneau « de Dieu » (la religion était encore très imposante en ces temps anciens) sauvent malades et mourants. En vain. C’est alors qu’intervient l’obstétricien James Blundell en 1818. Cette année là, il tente le transfert d’humain à humain.

En dépit de la brillante idée, il est confronté à deux obstacles que personne ne saisit encore : l'ignorance des groupes sanguins propres à chacun et la coagulation du sang immédiatement après le prélèvement.

Prise de conscience de plusieurs groupes sanguins

Cet écueil est contré par un certain Karl Landsteiner en 1900. À force d’observation dans les microscopes de l’époque, il découvre un détail plus important que jamais. Le sang des humains se classent dans plusieurs catégories différentes, certains types s’avérant incompatibles avec d’autres. Cette trouvaille lui vaut le Prix Nobel de médecine en 1930. Sa date d'anniversaire, le 14 juin, a été retenue pour fêter la Journée Mondiale du Donneur de Sang.

Les années de guerres

Mais le périple sanguin continue de plus belle. Notamment avec les sombres périodes d’une autre Histoire humaine composée de soldats, de guerres, de croix gammée et de millions de morts et de blessés. En 1943, John Freeman Loutit et Patrick Loudon Mollison mettent au point des solutions anticoagulantes et préservatrices. Ces solutions permettaient de conserver le sang total pendant 21 jours. C’est aussi à cette période que se développèrent les premiers Centres de Transfusion.

Aujourd’hui, le temps de conservation du sang s’élève à 42 jours. Les analyses pointilleuses sont effectuées sur les échantillons prélevés pour déterminer le groupe sanguin du donneur et détecter toute anomalie qui pourrait révéler un risque pour la santé tant du donneur que celle du receveur.

Vous et nous. Et réciproquement...

Mais si chercheurs et scientifiques s’illustrent à travers moult publications au gré des avancés, d’autres éléments bien plus discrets mais tout autant primordiaux font que ce grand navire humain avance. C’est vous qui acceptent de confier un peu de ce pouvoir à eux, les accidentés de la route, les accidentés de la vie, de la naissance à la sénescence, filles, garçons, femmes et hommes. C’est nous tous qui avons besoin de chacun d’entre vous. Et réciproquement.

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

3 commentaires

ch

mer 04/01/2023 - 10:35

Quel rappel utile : que notre peau soit blanche, noire, grise ou arc-en-ciel, notre sang est le même pour tous les humains. J'ai souvent répondu aux tenants du " droit du sang", ou des théories racistes, que lors d'une opération d'urgence, ils ne se posaient jamais la question de l'origine du sang qui leur était transfusé et qui les sauvait.

gi

mer 04/01/2023 - 05:30

Bel article , j ' ai reconnu la plume de Mr Defay 

Je vais en profiter , méme si le rapport a rien a voir avec l article tout en restant dans le milieu médicale , remercier infirmiéres et infirmiers d oncologie qui font preuves de beaucoup de gentillesse merci a eux 

Et encore bravo Mr Defay 

li

mar 03/01/2023 - 18:05

Un article très bien mené. A la fois instructif avec l'histoire des transfusions sanguines (j'ignorais tout de ces pratiques, notamment celle d'utiliser le sang des agneaux) et incitatif. Intéressant et brillant.