Classes surchargées, salaires gelés : les professeurs sont dépités

mar 03/02/2015 - 19:38 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:32

Un préavis de grève avait été déposé pour ce mardi 3 février 2015 dans tout le pays, de la maternelle à la faculté. En Haute-Loire, la FSU, principale fédération d'enseignants, épaulée par la CGT, appellait à manifester pour les conditions de travail et la revalorisation des salaires.
Un rassemblement a eu lieu devant l'Inspection d'académie ce mardi à 11h30, où l'on a recensé une vingtaine de manifestants, alors qu'une rencontre avec l'Inspecteur d'académie, Jean-Williams Semeraro était programmée dans la foulée.

Une moyenne de 3,67 % d'enseignants grévistes en Haute-Loire
Alors que les syndicats tablaient sur un taux de gréviste d'environ 10 % (le taux moyen attendu en France), le rectorat a communiqué les chiffres exacts de la mobilisation de ce mardi dans l'Ecucation nationale en Haute-Loire.
En maternelle et élémentaire, 3,68 % des instituteurs étaient en grève ce mardi. Dans les collèges, ils étaient 1,38 %. Et dans lycées, 5,97 %, dont 2,82 % en filières professionnelles. Sur l'ensemble, cela donne donc une moyenne de 3,67%. Aucun personnel non enseignant n'a participé au mouvement.

  • Thomas Decoeur, secrétaire départemental de la FSU de Haute-Loire, revient sur les principales revendications des grévistes.


----La moyenne des pays de l'OCDE est de 21,4 élèves par classe. Ils sont 22,8 en France, c'est mieux que les 30,3 élèves par classe au Chili, et moins bien que les 17 élèves par classe en Estonie. En Europe, seuls l'Irlande (24,4) et le Royaume-Uni (25,1) font pire.-----La France reste un mauvais élève
La question de la taille des classes est "largement sous-estimée par les ministres successifs" selon le syndicat FSU, qui assure que "la réduction de la taille des classes bénéficie davantage aux élèves issus d'un environnement social ou scolaire défavorisé, et notamment à ceux scolarisés en éducation prioritaire". Le rapport publié la semaine dernière par l'OCDE indique que de nombreux pays ont engagé une baisse sensible des effectifs par classe au cours des 15 dernières années.
Pas la France, dont l'école primaire se singularise par un nombre d'élèves par classe largement au-dessus de la moyenne des pays européens, notamment en maternelle. Le ministère a estimé à plus de 7 700 les classes dépassant le seuil des 30 élèves et à plus de 90 000 celles dépassant 25 élèves. De plus, la Haute-Loire devrait connaître un retrait de cinq postes dans le primaire à la rentrée prochaine (pour une baisse de 42 élèves), et une demi-douzaine de classes de collèges devraient également fermer. Notons enfin qu'avec une moyenne de 28 élèves pour les ouvertures à partir de la cinquième classe, "la Haute-Loire possède une grille de seuils parmi les plus défavorables du pays".

De plus en plus d'élèves et de moins en moins de profs
L'équation n'est pas si simple mais sous la présidence de Nicolas Sarkozy (2007-2012), la France a supprimé 30 000 postes, rien que dans le primaire. Depuis, elle a certes bénéficié de 8 912 créations, dont 2 511 à la prochaine rentrée, mais dans le même temps, elle a du faire face à l'accueil de 100 000 écoliers supplémentaires.
Il faudrait donc aujourd'hui créer 37 000 postes dans le primaire pour atteindre la moyenne des pays de l'Union Européenne et 16 000 pour atteindre la moyenne des pays de l'OCDE.

Entretien avec Thomas Decoeur, secrétaire départemental de la FSU de Haute-Loire

  • Ce mouvement de grève fait suite à un appel de la FSU. Seule la CGT a répondu favorablement. Vous le regrettez ?

  • Vous avez évoqué des conditions de travail de plus en plus difficiles, un des plus mauvais salaires d'Europe et une formation qui a presque disparue... Pour vous, ce sont autant de facteurs qui contribuent à une crise des vocations dans l'enseignement ?

  • Les conditions de travail sont difficiles pour les enseignants mais sont-elles problématiques pour les élèves ?

  • ----Le département se situe effectivement au 26ème rang sur 100... plutôt flatteur mais pas extraordinaire non plus. En revanche, le département se situe à la 93ème place pour le taux effectif de remplacement.-----L'inspecteur d'académie a récemment déclaré sur Zoomdici que la Haute-Loire disposait de taux d'encadrement très favorable à l'échelle française comme académique, un taux d'encadrement envié dans tout le pays (lire). Il n'y a donc pas matière à se plaindre ?

  • Les récents attentats terroristes ont rappelé le rôle essentiel de l'école et de l'enseignement public dans la construction de futurs citoyens et dans la lutte contre l'obscurantisme. Ce que vous déplorez, c'est qu'on a un discours du gouvernement qui place l'Education Nationale comme l'un des secteurs prioritaires, mais au final, il n'y a pas les moyens mis en face ?

  • Pour finir, un mot sur la réforme des rythmes scolaires dans le premier degré. Quel bilan en dressez-vous pour l'instant ?


Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire