Brives : la fin des bouchons avancée de 36 heures

jeu 01/02/2018 - 12:45 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:51

Ce sont finalement des travaux ordinaires, mais ils pénalisent beaucoup la commune. "Si c'était en campagne, on n'aurait pas ce problème, mais là, au coeur de Brives, c'est un vrai souci", commente le maire de Brives-Charensac Gilles Delabre.
Surtout que sa collectivité n'est pas maître d'ouvrage, c'est Enedis qui effectue des travaux de restauration d'un branchement électrique pour un foyer de l'avenue des sports, qui avait subi un incendie en juin dernier.

----De la Maison Pour Tous jusqu'au rond-point d'Auchan, en passant par la mairie et jusqu'au stade de foot, tous les véhicules étaient à l'arrêt mercredi soir, jusqu'à 19h30 environ. C'est évidemment aux heures de pointe que le problème est le plus sensible. On a recensé jusqu'à 1h30 pour rejoindre la mairie depuis le rond-point de la Chartreuse (au lieu de 5 minutes quand ça roule).-----Avec 20 000 voitures par jour dans Brives, "dès qu'on entreprend des travaux, c'est la panique"
Problème : il passe environ 20 000 voitures par jour dans Brives-Charensac et comme les travaux se trouvent à la croisée de plusieurs carrefours, on arrive à une situation de blocage total de la circulation dans la commune.
"Dès qu'on entreprend des travaux, c'est la panique", commente le maire de Brives, et ce n'est pas le contournement du Puy qui permettra de résorber le problème : "je ne crois pas non", répond le premier magistrat de la commune, "il continuera de passer beaucoup de monde dans Brives".

Les pendulaires et les parents des 1850 enfants scolarisés à Brives
Ce sont donc des travaux très pénalisants en particulier pour "tout le secteur de la descente du Mézenc", commente le maire de Brives, en référence aux communes d'Arsac, le Monastier, Lantriac, Laussonne, etc. Ce jeudi, les bouchons sont moindres car les gens ont pris leur disposition.
Malheureusement, tous ne peuvent pas contourner Brives et ce ne sont pas forcément les riverains qui se sont plaints mais plutôt l'ensemble des habitants du bassin du Puy qui empruntent cet itinéraire, notamment les fameux pendulaires mais aussi les parents des 1850 enfants scolarisés dans la commune, collèges et lycées compris. De nombreux scolaires ont d'ailleurs eu des problèmes de retard dans leurs établissements. Quant aux Tudips, ils passent tout de même mais avec de fortes perturbations sur les horaires inititiaux.

Que répondre aux automobilistes en colère ? Pourquoi ne pas entreprendre de tels travaux la nuit ?
Gilles Delabre est le maire de Brives-Charensac. Que peut-on répondre aux automobilistes en colère ? Pourquoi ne pas entreprendre de tels travaux la nuit ? Les travaux devaient se terminer vendredi soir, ils seront finalement clos un peu plus tôt ? 

----"Pour les prochaines fois, on essaiera d'avoir une réflexion différente même s'il n'y a pas une pléiade de solutions car le travail la nuit est très compliqué, idem les week-end car il y a des temps de repos", explique l'adjoint aux travaux.-----Deux fois plus d'agents mobilisés pour accélérer la manoeuvre
La bonne nouvelle pour les nombreux automobilistes qui ne peuvent contourner Brives-Charensac, ce sont les 36 heures de gagnées sur les travaux car ce problème devrait être réglé en milieu d'après-midi ce jeudi, au lieu de vendredi soir initialement. "On a été fortement sollicités ce mercredi", relève Jean-Paul Bringer, adjoint aux travaux à la mairie de Brives-Charensac, "on leur a expliqué que ce n'était pas de notre ressort et qu'on allait essayer de gagner du temps". 
C'est ce qu'ont fait les élus : "on a contacté les entreprises Cegelec et Enedis ce jeudi matin pour leur dire d'absolument gagner du temps sur leur chantier et de ramener une équipe complémentaire pour pouvoir réaliser les travaux au plus vite et que les automobilistes ne soient plus gênés ce jeudi après-midi". Au lieu d'être deux agents cet après-midi, ils seront quatre afin d'accélérer la manoeuvre, notamment sur la partie terrassement, qui n'aurait été réalisée sinon que vendredi dans la journée et qui aurait continué de scléroser la circulation brivoise.

Un sixième pont à Brives ? 
Enfin selon le premier magistrat de la commune, "Enedis n'a pas prévenu les riverains et le courant a été coupé dans les commerces et habitations attenantes". il devait être rétabli vers midi.
En conclusion et en guise de clin d'oeil, pour tenter de détendre les furieux automobilistes, le maire Gilles Delabre nous confie un de ses rêves : construire un sixième pont à Brives !

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire